S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

TEST OPTOMA UHD51 DLP 4K

L’Ultra HD  4K dans les projecteurs commence à se démocratiser ! Dans les diverses offres des fabricants, des projecteurs arrivent avec la compatibilité à cette dernière norme de vision.

l'OPTOMA UHD51 en quelques chiffreS

2400

Lumens

500 000:1

Contraste

UHD

3840 x 2160 pixels

2D/3D

3D DLP-LINK

Habituellement, les vidéoprojecteurs UHD/4K, sont des appareils du segment milieu et haut de gamme, dont le prix est supérieur à 3000 €. Cet Optoma UHD51 répond aux besoins du secteur “entrée de gamme”, en proposant une machine compatible Ultra HD avec une résolution  4K et pourvu du HDR, avec un prix très attractif. 

L’Optoma  UHD51, peut être acheté à un prix inférieur à 1700  €, ce qui correspond environ à moins de la moitié de la valeur moyenne des vidéoprojecteurs UHD actuellement ! 

Dans ce segment, nous avons déjà testé dans nos colonnes plusieurs vidéoprojecteurs de technologie DLP(DMD) avec la fameuse puce de chez Texas Instruments qui défraye la chronique, son effet de bord que l’on pourrait appeler “effet cadre” est un des inconvénients de cette nouvelle puce.

Alors est-ce qu’Optoma nous propose mieux que BenQ ou la concurrence avec qui il fait base commune pour ne parler que du BenQ W1700 ? Découvrons-le…

Comparatif des Videoprojecteurs de même catégorie

BENQ W1700

1590
  • UHD 4K 2160p
  • Technologie: DLD/DLP 0,47"
  • Compatible 3D
  • 2200 lumens
  • 10 000:1 de contraste

OPTOMA UHD51

1699
  • UHD 4K 2160p
  • Technologie: DLD/DLP 0,47"
  • Compatible 3D
  • 2400 lumens
  • 500 000:1 de contraste
MODELE TESTé

EPSON TW7300

1990
  • UHD 4K 2160p
  • Technologie: 3LCD 0,74"
  • Compatible 3D
  • 2300 lumens
  • 160 000:1 de contraste

L’Optoma UHD51 est proposé en coloris noir, sur le haut vous trouverez un accès aux boutons permettant d’utiliser le projecteur sans la télécommande comme dans la plupart des vidéoprojecteurs actuellement sur le marché. Cette zone de contrôle vous permet d’accéder à tous les menus

 

TEST OPTOMA UHD51 COMMANDE PJHC

 

Le Vidéoprojecteur est équipé de dispositifs qui permettent le réglage de l’objectif. Ces derniers fonctionnent pour le zoom et la mise au point. 

 

TEST OPTOMA UHD51 LENTILLE PJHC

Le vidéo projecteur Optoma UHD51, offre aussi un Lens-shift uniquement vertical et de +/-10  % (fonction de déplacement de l’objectif) qui a le mérite d’exister.

Cependant et comme bien souvent sur les DLP d’entrée ou milieu de gamme, il n’apporte pas grande aide quant au placement optimal de l’appareil. 

En dessous de l’Optoma UHD51 vous avez également des pieds qui peuvent être vissés ou dévissés, pour surélever l’image ou mettre l’appareil de niveau

TEST OPTOMA UHD51 ZOOM LENS SHIFT PJHC

L’évacuation de la chaleur se fait par les côtés du vidéoprojecteur, une fuite de lumière est générée par ce procédé et contribue à une légère perte de contraste dans une salle totalement noire. 

Un réglage de trapèze est accessible via le menu de l’appareil, il faut toutefois se rappeler que l’utilisation de la correction trapézoïdale réduit la résolution de l’image et provoque un flou sur les bords, alors essayez de ne surtout pas avoir recours à cette correction sous peine que votre image soit totalement dégradée.

Une nouvelle télécommande, plus petite que les anciennes versions vous donnera accès aux fonctions les plus importantes en une simple pression.

Toutes les prises de connexion du projecteur sont situées à l’arrière. La connectique est plus que complète puisque vous avez tout de disponible pour relier votre Optoma UHD51 en entrée ou en sortie (audio ou vidéo) à votre système homecinema, la mode venant à en mettre un minimum, Optoma a décidé d’en faire autrement, un bon point pour la marque.

Vous trouverez: 

1 x VGA, 2 x HDMI HDCP 2 – nécessaire pour Ultra HD, 

1 x entrée audio (mini-jack),

1 x sortie audio (mini-jack), 

1 x S/PDIF,USB (type A), 

1 USB service, 

1 x RS232 (DB-9pin) et 1 12V trigger, 

1 x prise LAN (RJ-45).

Une qualité difficile à atteindre pour des appareils de taille réduite et donc un chemin optique plus simple… Comment va-t-il affecter la netteté de l’image ou la convergence des couleurs ?

TEST OPTOMA UHD51 LENTILLE PJHC

Les résultats sont décents, avec la netteté réglée au minimum ! Car dès que l’on augmente celle-ci, cela se traduit par des doubles contours et artefacts ce qui est à proscrire meme si visuellement le spectateur y trouve un léger mieux ce n’est qu’un impression et un artifice, les mires de netteté ne trompe pas l’oeil, nous vous recommandons donc de laisser la netteté au minimum.

La netteté et la convergence des images étaient très bonnes au milieu de l’image dû à un facteur de remplissage élevé typique aux DLP (petites distances entre pixels voisins), qui se traduit par un effet de profondeur accru. Sur les bords, la netteté a légèrement diminué. Cela est tout à fait normal, cela est du fait des optiques de ces gammes de produits.

SCREEN UNIFORMITE OPTOMA

La luminosité la plus élevée avait le point central au bas de l’image. C’est typiquement le cas avec les vidéoprojecteurs ayant des chemins optiques simplifiés de part la taille des machines qui réduit la possibilité de mettre des optiques de plus haut niveau.

Plus les machines sont petites et moins l’on peut y mettre d’objectifs de qualité, il y a aussi le coût de ces derniers qui peuvent devenir très importants et pour rester cohérent, il faut faire des assemblages aux couts raisonnables pour le grand public.

 

L’Optoma UHD51 possède plusieurs modes : Cinéma, Jeu, Référence, Lumineux, Utilisateur, Trois dimensions, plus deux modes ISF accessibles via un code».

L’image du mode Cinéma est correcte, bien qu’un peu chaude, c’est le meilleur choix que nous allons paramétrer par la suite. 

Cela signifie que les couleurs rouges et vertes dominent et que les tons chair sont trop rouges. Les réglages de luminosité entraînent un faible contraste a l’image. 

Le gamma un peu bas de 1,9 contribue aussi au peu de profondeur d’image et a la perte de contraste intra-image . 

Une bonne chose, étant que l’échelle de gris semble linéaire, c’est souvent le cas sur les appareils DLP, par contre les erreurs sur les points de référence du Gamut apportent une mauvaise teinte à l’image, du fait que le mode “brilliant color” soit réglé au maximum d’usine. 

Heureusement qu’Optoma a implémenté des fonctions d’étalonnage étendues.

 

MODE CINEMA PRE-CALIBRAGE

MODE CINEMA OPTOMA UHD51
OPTOMA UHD51 4K avant calibrage vidéo

MODE CINEMA APRES-CALIBRAGE

OPTOMA UHD51 4K après calibrage vidéo

OPTOMA nous a longtemps habituée à la présence de fonctions d’étalonnage précises qui nous permettent d’obtenir presque le même rendu des couleurs que le réalisateur l’a vu en studio.  

Le rendu bien saturé et naturel des couleurs impressionnent après calibrage. 

Les tons de peau, les rouges et les verts sont exactement à leur place… 

Le dynamic black n’a pas été activé, car il détériore l’additivité des couleurs primaire de l’échelle de gris. 

Dans le domaine de la reproduction des couleurs, vous ne pouvez donc pas imaginer un meilleur projecteur à ce budget.

Contraste séquentiel 487: 1

Contraste ANSI 215: 1

Erreurs de couleur après calibrage dE moyen: 1,12  max dE: 2,2

Erreurs échelle de gris après calibrage dE moyen : 0,8 max dE: 1,9

Délai d’entrée  (important pour les joueurs) 60,7 ms

Matériel de mesure utilisé

Cliquer pour afficher le matériel

Matériel de calibrage

Spectroradiomètre (4,5nm) de référence Jeti Specbos 1211 Colorimètre Klein K10-A
Conformité du colorimètre avec le spectroradiomètre supérieur ou égal à 0,0005 avec les coordonnées chromatique CIE 1931 ﴾pour WRGB﴿ Générateur Murideo 6G – 4K/HDR Ecran ORAY Microperf, 2M80 de base, gain 1

Le projecteur possède un contraste dynamique (Dynamic Black), destiné à tromper la vue du spectateur. 

La mesure du contraste de l’optoma UHD51 est conditionnée par la qualité du capteur d’image et de l’objectif. 

Pour le moment, les résultats de cette catégorie DMD 0,47″ sont dans ce domaine quelque peu décevants. L’utilisation du dynamic black peut être utilisée pour doubler la valeur de contraste séquentiel au détriment de la fidélité de l’image !

Le niveau de noir sur le L’Optoma UHD51 n’est pas impressionnant, mais correct en rapport à la concurrence qui utilise la même puce. Comme vous pouvez le voir, la puce 0.47″ souffre du même problème que son frère aîné 0.66″. 

Un plus grand degré de diffusion de la lumière entraîne un blocage plus important et par conséquent, un noir inférieur.

mire_ansi_contraste optoma UHD51 pjhc
Rapport de contraste intra-image (ANSI) 215 : 1
contraste ON_OFF optoma UHD51 pjhc
Rapport de contraste séquentiel (on/off) 487 : 1 L'utilisation du Dynamic black double cette valeur

L’Optoma UHD51 accepte correctement tout types de fréquences, c’est-à-dire 24, 50 et 60 Hz et sont affichés proprement. 

Un système d’interpolation d’images « PureMotion » est implantée pour les contenu Full HD, mais ne fonctionne pas en Ultra HD et résolution 4K !  

Vous ne pouvez pas forcer un DMD de 0.47 à 120Hz, car son taux de rafraîchissement qui est multiplié par 2 est utilisé pour afficher la résolution 4K (240hz) au moyen d’un décalage de pixel rapide.

La société Texas Instruments, qui fabrique les convertisseurs d’image (DMD) pour les projecteurs, possède des puces avec une résolution native de 4K. 

Cependant, ce sont des systèmes très volumineux et coûteux qui sont surtout destinés aux salles de cinéma commerciales. 

L’Optoma UHD51 possède cette nouvelle puce 0,47″ de 1920×1080 utilisant un traitement vidéo propriétaire fonctionnant à très grande vitesse qui peut placer tous les pixels d’origine dans chaque trame 4 K sur l’écran, mais pas simultanément, en multipliant par quatre le taux de rafraichissement de l’image (240hz), chaque rafraichissement montrant le quart des pixels. 

Comme la puce 0.67″, qui a deux fois plus de pixels que la 0.47,” n’a besoin elle que de rafraichir deux fois l’image (120hz), pour obtenir l’ensemble des 8 millions de pixels d’une source 4 K. 

Pour comparer avec la puce 0,66″, dont les appareils sont quasiment 3 fois supérieurs, certes il y a une petite différence due à la taille de l’appareil et l’optique, mais elle offre essentiellement la même efficacité! 

C’est une énorme qualité pour cet appareil et la preuve que le convertisseur n’a pas besoin d’avoir une résolution physique 4K pour rivaliser avec de tels produits…

 

En fait, les deux méthodes pour obtenir la résolution 4K permettent de certifier les appareils comme 4K selon les exigences de l’OTC.

DMD 0.47 "(RÉSOLUTION: 1920 X 1080)

TEST OPTOMA UHD51 FACE DMD 0,47 PJHC

DMD 0,66 "(RÉSOLUTION: 2716 X 1528)

Malgré le fait qu’il soit compatible avec une large gamme de couleurs (Rec.2020), il n’a malheureusement pas la technologie pour obtenir une couverture suffisante. Cela signifie que les couleurs seront acceptées et traitées correctement, mais nous ne verrons pas une plus large saturation des couleurs, c’est-à-dire que nous n’obtiendrons pas plus de nuances saturées que dans les films ordinaires. 

Ceux qui peuvent être affichés seront cependant correctement mappés. Le suivi du Gamma ST2084 ne peut pas être suivi correctement dans les faibles niveaux de l’échelle de gris, le noir résiduel étant trop important et aucun réglage ne permettent d’améliorer cela !

 

Sans aucun doute, la projection en Ultra HD a beaucoup d’avantages sur l’Optoma UHD51 si l’on reste sur une base d’écran ne dépassant pas 2,40. Tout d’abord, nous avons le bénéfice d’une résolution plus élevée. 

Deuxièmement, il y a plus de détails dans les niveaux de blancs les plus lumineux grâce à la technologie HDR. L’inconvénient est certainement le niveau de contraste, qui n’est pas le meilleur et ne permet pas d’avoir un plage dynamique optimale.

TEST OPTOMA UHD51 paysage2 PJHC
TEST OPTOMA UHD51 paysage PJHC

L’Optoma est un vidéoprojecteur très intéressant et innovant qui va sûrement plaire à de nombreux utilisateurs en attente de ce type d’équipement dans un budget raisonnable. 

Ce modèle possède la dernière puce DMD 0.47 , ce qui réduit considérablement le coût de l’appareil, et en même temps n’a pas causé une perte significative de qualité. 

Après calibrage, en SDR le résultat est remarquable avec un rendu très fidèle par rapport aux projecteurs de la même gamme. Le fameux cadre lumineux typique des DLP 0.47 est visible, mais beaucoup moins que la concurrence et facilement dissimulable dans le cadre de l’écran ou le mur noir d’une salle dédiée.

Les effets arc-en-ciel sont visibles, mais réduits grâce à sa roue chromatique RVBRVB. 

En termes de résolution 4K, le projecteur peut aussi rivaliser avec les projecteurs 4K qui coûtent beaucoup plus cher. C’est le projecteur actuellement le moins cher avec une image si détaillée et résolue. 

Le décalage d’entrée n’est pas au niveau de la concurrence. Le projecteur est aussi l’un des modèles le moins chers compatibles HDR, les résultats sont suffisants pour cette gamme de prix. 

Un inconvénient est le contraste qui est correct, mais pas très élevé, ce qui peut être pour certains utilisateurs une contre-indication à l’utiliser dans une salle home cinéma trop sombre. 

Au final, c’est un très bon projecteur, moderne et abordable basé sur la dernière technologie d’affichage 4K HDR.

Bravo à Optoma!

Une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cédric

Cédric

Testeur pour PJHC

LES AVANTAGES

  • La résolution 4K
  • Netteté
  • Support du HDR et WCG
  • Excellent rendu des couleurs en SDR après calibrage
  • système d'interpolation d'images
  • Un grand nombre de connecteurs
  • Prise en charge de la technologie 3D
  • Le prix

LES INCONVENIENTS

  • Contraste séquentiel moyen
  • Couverture large gamme de couleurs Ultra HD insuffisante
Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn
%d blogueurs aiment cette page :