S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.

TEST JVC DLA-X5000

 

Avec le nouveau JVC DLA-X5000, nous testons un second appareil de la nouvelle gamme 2015/2016 du constructeur japonais et champion du contraste natif. Après notre banc d’essai plus qu’enthousiaste du modèle amiral DLA-X9000 (positionné à 9990€), nous étions impatients de découvrir quelle image était capable de produire le plus abordable de ces nouveaux vidéoprojecteurs (4499€).

C’est également l’occasion de reprendre notre campagne d’essais après les vacances de Noël et avant l’avalanche d’informations dont vous bénéficierez grâce à la couverture du salon ISE d’Amsterdam dès le début du mois de Février 2016.

PRÉSENTATION

Alors que beaucoup de fans de la marque attendaient des nouveaux vidéoprojecteurs DLA de résolution UHD native (3840 x 2160 pixels) ou équipés d’une source lumineuse au laser, les ingénieurs de JVC ont préféré reconduire encore une fois des panneaux DLA de résolution 1080p associés à une source lumineuse à base d’une lampe UHP classique. La coque, qui en est à sa cinquième génération, conserve le bloc optique central. Celui-ci a le bon goût d’être entièrement motorisé, avec en prime un décalage horizontal et vertical de l’image (le lenshift) d’un battement vertical de +/-80% et horizontal de +/-34% pour aider à placer facilement l’appareil dans son environnement de projection. Cette motorisation s’accompagne d’une capacité de mise en mémoire de position du bloc optique, qui vaut aussi pour passer d’un format d’image 1.78 à un 2.35 et le zooming (c’est ce qu’on appelle la mémoire de zoom), tout ça d’une simple pression sur la télécommande.

Il n’y a donc à première vue aucune différence par rapport au X500 et la coque ne dispose pas de l’aspect laqué des X7000 et X9000. Le bloc optique est uniquement protégé par un cache plastique que l’on enlève manuellement (il est électrique sur le X7000 et X9000).

Les distances de projection sont les suivantes : Pour obtenir une base d’image de 2 mètres il vous faudra un recul compris entre 280 et 560 cm et pour une base de 2,50 mètres ces valeurs sont comprises entre 350 et 700 cm (minimum / maximum). Avec ses dimensions de 455 x 179 x 472 mm (Longueur/largeur/profondeur) et son poids de près de 15 kgs, ce n’est pas vraiment un mini-projecteur !

La plupart des différences sont intégrées dans les entrailles de l’appareil. Le JVC DLA-X5000 utilise la 4ème version de l’E-shift pour simuler l’affichage d’image UHD-4K de 3840 x 2160 pixels.

Cette dernière génération de vidéoprojecteurs est équipée d’une nouvelle lampe de 265 Watts (référence PK-L2615) permettant d’obtenir une luminosité de 1700 lumens. Elle est donnée pour une durée de vie de 4000 heures en mode économique.

La compatibilité HDR est présente sur tous les 3 nouveaux projecteurs de la marque. Elle offre une meilleure reproduction des lumières ainsi que des détails plus précis dans les zones sombres. Cette compatibilité HDR s’accompagne d’une connectique HDMI 2.0a (taux de transfert 18G) compatible 4K60P 4:4:4 avec support du protocole HDCP2.2.

La technologie E-shift 4 combinée au procédé de Contrôle Multiple des Pixels (MPC 2016) permet l’analyse de chaque point de l’image native afin de l’interpoler au format UHD-4K. Ce procédé est également mis en œuvre pour améliorer la précision des images 3D. De nombreux réglages images sont disponibles : ajustement des pixels, paramétrage en fonction de l’écran (255 modes), ajustement des gammas et gestion des couleurs grâce à un CMS sur 3 dimensions.

Le JVC DLA-X5000 offre une grande latitude de réglages pour s’adapter à tous les environnements de projection, avec un ajustement de l’alignement des panneaux à une échelle de 1/16ème de pixel. L’écran peut être segmenté en 121 zones afin d’ajuster parfaitement les propriétés colorimétriques. Enfin, le DLA-X5000 dispose du système Clear Motion Drive 3 (interpolation d’images) pour faire entièrement disparaître le judder (saccades inter-image).

La connectique est particulièrement complète avec deux prises HDMI, un port Ethernet, une prise RS232 , une prise LAN et 1 port dédié à l’émetteur 3D. Les deux prises HDMI sont 2.0a avec HDCP 2.2 et sont compatibles avec les signaux suivants : 4K60p 4:4:4, 4K60p 4:2:2/36 bits et 4K24p 4:4:4/36 bits. La télécommande demeure fidèle aux générations précédentes avec son rétroéclairage jaune.

 

Enfin nous ne serions pas totalement complets sur les capacités du nouveau X5000 en omettant de vous parler de son logiciel de calibration automatique qui fonctionne avec une sonde Spyder4Pro en chargeant le logiciel suivant :

http://www3.jvckenwood.com/english/download/dla-x900r_x700r_xc7880_xc5880_rs67_rs57_rs49_calibrationsoft-dl.html

Le DLA-X5000 est disponible en noir ou en blanc au prix public recommandé de 4499€. Il n’est pas livré avec le kit 3D RF (comprenant l’émetteur (PK-EM2) et deux paires de lunettes (PK-AG3) RF) facturés respectivement 99E et 149€.

LES MENUS

Rien de nouveau sous le soleil, encore une fois. Les menus sont à l’identique de ceux des générations précédentes. Découpés en sous-section, ils prennent les appellations : « Qualité image, signal d’entrée, installation, affichage, fonction et infos ».

La plupart seront utilisés uniquement à la première installation et vous permettront de paramétrer les mémoires de zoom, d’intervenir sur le réglage d’alignement des panneaux pour corriger les dérives (qui viennent impacter la netteté de l’image), etc…..

JVC offre également la possibilité de faire correspondre votre projecteur à un catalogue de plus de 200 écrans sauvegardés en mémoire avec l’option « type écran », mais c’est principalement avec le menu « Qualité image » que vous allez le plus faire joujou.

A travers cela, vous aurez accès à trois réglages de colorimétrie configurés en usine : cinéma, naturel et animation. Mais pour les compléter, vous pourrez les faire varier avec un choix de profils couleurs beaucoup plus nombreux ou encore un réglage séparé des niveaux RVB Gain et Offset. Si la calibration vous rebute, vous pouvez sélectionner directement des températures de couleurs prédéfinies et qui, comme pour la luminosité (voir la partie verdict technique), correspondent de belle manière aux valeurs annoncées par le constructeur.

Les possibilités de calibration sont complétées par un CMS sur les 3 dimensions du gamut et d’un éditeur de gamma, ainsi que de valeurs de gamma étalonnées en usine.

Autres options notables : la présence du MPC (autre sigle correspondant à l’option de simulation 4K de JVC l’E-Shift4) et juste en dessous, l’aide à la fluidité qui porte l’appellation appropriée de réduction du flou. Pour la 3D, le choix se cantonne aux sélections auto, haut et bas et côte à côte.

Les menus de JVC sont complets et permettent dès l’entrée de gamme de répondre à toutes les attentes des amateurs de grandes images à domicile. Vous noterez au passage, la précision et la netteté des lettres signes en préambule de notre analyse sur la précision de l’image.

VERDICT TECHNIQUE

Nos observations et mesures sont menées à l’aune de nos vérifications du précédent modèle JVC de la gamme 2016 que nous sommes toujours les seuls à avoir tester : le DLA-X9000. Rappelons qu’il s’agit tout bonnement pour nous du meilleur vidéoprojecteur 2D actuellement disponible sur le marché. C’est donc face à ce concurrent d’exception que nous avons soumis le X5000 à notre batterie de tests.

Nous tenons également à préciser que ce X5000 de test, avec ses 300 heures d’utilisation au compteur, a beaucoup souffert de ses différentes pérégrinations journalistiques ; certains des défauts relevés trouvent peut-être leurs origines dans ces périples.

Bruit de fonctionnement :

Positionné à une distance de 0.50 mètre (position table), à côté du projecteur sur sa table basse et munis de notre sonomètre nous avons mesuré 30db en mode lampe basse (limite de notre appareil de mesure) et 42db en mode lampe haute (valeur légèrement en retrait par rapport au X9000). Le X5000 est un projecteur quasiment inaudible en mode économique.

HDMI Handshake et problème de gestion des formats :

Avec le X5000, nous n’avons pas connu les mêmes soucis de reconnaissance de formats rencontrés avec le X9000 à l’occasion de son banc d’essai. Il n’en va pas de même pour les liaisons HDMI toujours sujettes à quelques hésitations, mais sans générer un blocage complet de l’appareil constaté sur le JVC DLA-X500.

Netteté/Piqué/alignement des panneaux

En sortie de boîte, nous sommes légèrement effrayés par un écart marqué d’alignement des panneaux touchant majoritairement le bleu et dans une moindre limite le rouge. Après un passage obligatoire par le dispositif intégré de correction de l’alignement, nous retrouvons le sourire avec des lignes blanches ne présentant plus de dérives bleue, verte ou rouge.

La précision d’image s’en ressent et la qualité du bloc optique du X5000 est à souligner. Les croix de nos mires de netteté sont reproduites aussi bien que ce dont sont capables des projecteurs tri-matrice équipés de panneaux LCD réflectifs.

Traitement vidéo et effet de la simulation 4K E-Shift

Compte tenu des excellents résultats obtenus sans activer le MPC (multi pixels creation) ou E-shift4, nous étions curieux de voir ce que la simulation 4K entraînait à l’image. Nous avons utilisé pour cela deux plans tirés du dernier James Bond, SPECTRE et d’OBLIVION.

Nous vous positionnons les images comparatives et sommes au regret de vous annoncer que nous n’arrivons pas à voir de grandes différences entre les deux modes. Nous vous laissons juges mais la démonstration est tout sauf probante. Ce constat, nous l’avions également fait avec le X9000.

COMPARO MPC activé désactivé horizontalcomparaison X5000 oblivion mpc

En zoomant sur chaque image, nous constatons que l’E-shift lisse l’image réduisant voir annihilant toute perception du lignage des pixels.

Fluidité (CMD Clear Motion Drive)

Nous arrivons ici dans les mêmes niveaux de performances que le X9000. Le judder disparaît dès l’activation du mode bas du Clear Motion Drive (deux niveaux sont disponibles : bas et haut). En complément du CMD, une seconde option intitulée « amélioration du mouvement » est présente. Nous vous conseillons de la laisser désactivée ; elle doit correspondre à une insertion de trames qui présente le désagréable inconvénient de laisser une traînée à l’image qui accompagne un objet en mouvement, telle que sur la pointe de notre pendulaire Burosch.

fluidité x5000mire de fluidité sans motio flow

Input lag (Jeux vidéo)

Tout comme son grand frère le X9000, le X5000 est un projecteur dédié au cinéma et il le fait très bien ! Pour les jeux vidéos, il faudra envisager une autre solution car avec un retard de 131msec il ne vous permettra pas de devenir le roi de la montagne dans Call of Duty ! Il fait toutefois mieux que le X9000 qui lui affichait 193msec. de retard.

Mesure d'input lag JVC DLA-X5000

Mesure d’input lag JVC DLA-X5000

Artefact/bruit vidéo/uniformité

De longs débats alimentent les forums allemands et américains sur la présence de coins lumineux (bright corners issues). Nous n’en avions pas sur le X9000, nous n’en avons toujours pas sur le X5000.

Mire de gris x5000

Mire de gris x5000

Notre mire de gris est exempte de dérives colorées et le taux de remplissage, qui avoisine les 98% de l’image (E-Shift désactivé), permet au X5000 d’offrir une image lisse sans aucun défaut de grille, sans toutefois sacrifier à la netteté.

Overscan

Aucune remarque sur ce point : l’image projetée contient l’ensemble des symboles de notre mire de cropping, preuve que rien ne manque.

Mire d'overscan JVC DLA-X5000BE

Mire d’overscan JVC DLA-X5000BE

 

Luminosité/contraste

Avant de vous présenter nos mesures de contraste et de luminosité, il faut conserver en mémoire plusieurs chiffres, tout d’abord les annonces constructeur d’un contraste on:off de 40 000:1 associé à une luminosité de 1700 lumens et dans un second temps, la lampe de notre modèle de test qui affiche plus de 300 heures de fonctionnement.

C’est assez rare pour le souligner mais dans le mode Naturel nous obtenons en mode lampe haut, les 1700 lumens annoncés par JVC, le contraste s’élève lui (dans notre pièce non dédié) à 14340:1 sans iris dynamique jusqu’à 58262:1 iris activé dans le mode auto 2.

Après calibration la luminosité descend légèrement à 1674 lumens et concomitamment le contraste natif monte à 15932:1

En passant dans le mode lampe bas, même après calibration, la luminosité reste positionnée au-dessus de 1000 lumens avec 1090 lumens mesurés. Dans ces conditions le DLA-X5000BE, est parfait pour un écran de 3m50 de base avec son mode d’économie et jusqu’à 4m50 de base en mode lampe haut.

MESURES CONTRASTE LUMINOSITE JVC DLA-X5000

MESURES CONTRASTE LUMINOSITÉ JVC DLA-X5000

Iris fixe et dynamique

L’iris dynamique dispose de trois positions. Une position AUTO1 pour optimiser le contraste, une position AUTO2 dédiée aux gradations de l’image et une position MANUAL pour laquelle l’iris dynamique sera désactivé et restera en position fixe ajustable sur un pas de 15 niveaux. Cette dernière option permet de juguler le plus finement possible la puissance lumineuse.

COLORIMÉTRIE

Nous avons mesuré les trois modes de couleurs ajustés en usine du JVC DLA-X5000BE, pour chacun d’entre eux, nous vous positionnons, nos relevés : RVB, GAMMA, CIE, LUMINANCE ainsi qu’une image issue du film MAD MAX FURY ROAD pour jauger de l’influence de différentes sélections.

MODE NATUREL

L’espace couleurs du JVC DLA-X5000 est trop étendu par rapport à la référence HDTV. Le relevé de luminance affiche des écarts relativement restreint à l’exception du bleu.

Le gamma est trop bas, avec une moyenne de 2.08 et la température de couleurs trop élevée à 7183K et un écart deltaE supérieur à 3 (5.3). Ce n’est pas le mode que nous vous recommandons.

MODE CINÉMA

Notre diagramme CIE présente des similitudes avec celui du mode naturel, il est également trop étendu. Les écarts de luminance sont en revanche réduits à l’exception encore une fois du bleu.

Le gamma est toujours trop bas avec une moyenne de 2.05 (2.2 recherchée) et la température de couleurs s’élève à 6951K avec un écart deltaE de 3.8 (de meilleurs résultats que ceux obtenus à partir du mode naturel). Là encore, nous ne vous recommandons pas ce choix.

MODE ANIMATION

Le mode animation détonne complétement par rapport aux sélections Naturel et Cinéma. L’espace couleurs mesuré est toujours beaucoup trop large mais les écarts de luminance sont ici beaucoup trop marqués.

La température de couleurs est mesurée à 6921K avec un écart deltaE de 3.2 mais le gamma est cette fois bien positionné à 2.21.

RÉGLAGES RECOMMANDES

Simplement en utilisant les différentes options disponibles dans les menus du JVC DLA-X5000, il est possible d’arriver à obtenir une colorimétrie respectant les références de l’espace couleurs HDTV Rec.709.

Pour cela appliquer les réglages suivants :

MÉMOIRE UTILISATEUR 1

PROFIL COULEUR STANDARD

TEMPÉRATURE DE COULEURS 6500K

GAMMA A

Après avoir sélectionné ces différentes options, l’espace couleurs est réduit, la température de couleurs est maintenant mesurée à 6583K (6500K recherchée), l’écart deltaE inférieur à 3 (2) et surtout le gamma bien linéaire à 2.18.

HDR/4K/3D 

Faute de contenu (ce point sera prochainement réglé avec la sortie des futurs lecteurs Ultra HD Blu-ray), nous n’avons pu tester les capacités HDR du X5000 ; nous espérons pouvoir le faire à l’occasion du futur test du DLA-X7000. Notre module 3D ayant été vraisemblablement endommagé pendant le transport, nous n’avons pas pu vérifier (encore une fois) les capacités 3D du X5000.

Nous vous positionnons toutefois deux mires 4K Burosh reproduites par le DLA-X5000BE.

IMPRESSIONS SUBJECTIVES

Le JVC DLA-X5000, tout comme son grand frère le X9000, est entré dans le cercle très envié des vidéoprojecteurs qui donnent envie d’arrêter toute cette course au « toujours mieux, toujours plus d’options » et simplement s’arrêter là pour profiter dans les meilleures conditions de restitution du film que vous avez sélectionné.

A aucun moment nous n’avons pesté sur tel ou tel défaut à l’image. Celle-ci impressionne par sa dynamique. Les noirs sont profonds et détaillés. Mais rien de surprenant chez JVC. En revanche, la faiblesse de luminosité des vidéoprojecteurs DLA est maintenant reléguée aux oubliettes. Le X5000 alterne les passages lumineux et les scènes de nuit sans jamais faillir, ce qui est déjà un exploit. Mais le nouveau JVC ne s’arrête pas là : épaulé par un bloc optique de solide constitution il va projeter une image d’une précision extrême. Cette netteté est renforcée par l’aide à la fluidité qui atteint maintenant les niveaux de qualité offerts par Sony et Epson.

Or, toutes ces qualités du JVC risqueraient d’être gâchées si la colorimétrie était non maîtrisée. Heureusement, dans ce domaine encore, les ingénieurs de la marque ont excellé en offrant des réglages d’usine qui permettent sans calibration de coller aux références de l’espace couleurs HDTV.

Nous vous positionnons à côté de ce paragraphe des photos de l’image du JVC DLA-X5000BE projetée dans une pièce non dédiée sur notre écran Lusoscreen Homecinéma. Elles sont volontairement non compressées. Ces scènes proviennent des fims suivants : SPECTRE, OBLIVION, SEUL SUR MARS et MAD MAX FURY ROAD.

CONCLUSION

Après le test du DLA-X9000, le X5000 achève de nous convaincre de l’excellence de cette nouveau lignée DLA 2016. Les choix opérés par le constructeur se sont avérés judicieux et la simulation 4K vient taquiner voire distancer un autre constructeur qui met en avant ses panneaux 4K natifs. Amoureux du cinéma et des belles images précises, lumineuses et contrastées tout à la fois, le JVC DLA-X5000 est définitivement le modèle que nous vous recommandons. Au delà de quelques défauts techniques anecdotiques que nous mettrons sur le coup de la jeunesse et qui seront surement résolus par mise à jour, le JVC DLA-X5000 est un « MUST HAVE » ou « Absolument à posséder » en français dans le texte et il vous procurera de longues heures de très bon cinéma à domicile. Bravo encore une fois à JVC pour revenir dans le peloton de tête des meilleurs vidéoprojecteurs actuellement disponibles chez vos revendeurs.

Nous avons aimé :

  • Luminosité
  • Contraste
  • Netteté
  • Fluidité
  • Bloc optique entièrement motorisé
  • Menus complets
  • Colorimétrie à la norme sans calibration
  • Discrétion de fonctionnement en mode lampe bas

Nous regrettons :

  • Toujours des problèmes de HDMI Handshake
  • Une résolution 1080p alors que la 4K arrive
  • Une source lumineuse à base de lampe classique

CARACTÉRISTIQUES (données constructeur)

Zoom sur les caractéristiques des nouveaux JVC 2016

Zoom sur les caractéristiques des nouveaux JVC 2016


Nouvelle gamme JVC DLA-X5000 X7000 X9000

Nouvelle gamme JVC DLA-X5000 X7000 X9000

Venez nous rejoindre sur le sujet dédié au JVC DLA-X5000BD sur le forum de PJHC.FR et rejoignez la communauté des amoureux des grandes images et du cinéma à la maison : FORUM PJHC.FR

TEST JVC DLA-X5000
Modèle d'appel de la nouvelle gamme de JVC, le DLA-X5000BE ne transige pas sur la qualité de son image. En choisissant ce modèle, vous vous garantissez de longues heures de plaisir cinématographique à domicile.
Qualité de l'image 2D100%
Qualité de fabrication90%
Facilité de placement100%
Menus et options100%
98%Note Finale

Articles similaires

55 Réponses

  1. COELHO

    Bonsoir,Merci de votre réponse!!!)je dois vendre mon JVC DLA_ x500 pour acquérir un nouveau videoprojecteur.mais j’esite entre le JVC DLA_X 5000 et le BENQ W2000 . Pouvez -vous m’aider a faire mon choix..?
    merci

  2. CARL

    bonsoir grégory,
    pourquoi n’a ton a pas attribué un gold award au DLA X5000..?
    vous est-il possible de nous donner vos réglages aprés calibration.. ? J’avoue que je suis un peu perdu tant les possibilités de réglage sont nombreuses. Merci de votre compréhension.

    • Grégory

      Bonsoir Carl, tout est expliqué dans le banc d’essai et le X5000 souffre de petits défauts absents du X9000 qui lui bénéficie d’un Gold Award amplement mérité.

      Pour les réglages voici la partie du test : RÉGLAGES RECOMMANDES

      Simplement en utilisant les différentes options disponibles dans les menus du JVC DLA-X5000, il est possible d’arriver à obtenir une colorimétrie respectant les références de l’espace couleurs HDTV Rec.709.

      Pour cela appliquer les réglages suivants :

      MÉMOIRE UTILISATEUR 1

      PROFIL COULEUR STANDARD

      TEMPÉRATURE DE COULEURS 6500K

      GAMMA A

  3. CARL

    bonjour,merci pour ses précisions…je possède un sonde spyder 3 Elite,
    Avec le logiciel de calibration JVC je pourrais obtenir un bon calibrage
    ou je me réfère a votre calibrage…. Vous notez sur le test source lumineuse à base de lampe classique..je croyais que JVC avez fait des efforts dans se domaine..?

  4. RICHARD Thierry

    Bnjour,
    je découvre, en décalage, votre test pour ce dla-x5000. Merci pour vos remarquables précisions et votre objectivité. N’étant pas familiarisé avec la vidéo-projection et avant de “basculer” et d’acheter, j’ai besoin de quelques info. pratico-pratiques :
    – Est-il compatible DLNA ?
    – Via la prise réseau pourrais-je me connecter sur mon serveur (diffusion de films) via une interface qui permettra a saisie du user/pass du compte ?
    – Quelles seraient les possibilités de diffusion des photos dispo. également sur mon réseau local ?
    Merci par avance pour vos réponses qui vont m’aider à comprendre les possibilités en terme de vidéoprojection.
    Thierry RICHARD

    • Grégory

      Bonjour Thierry, le X5000, tout comme les X7000 et X9000 peuvent être reliés à un réseau par leur prise RS232/LAN mais uniquement pour contrôler le vidéoprojecteur et pas pour envoyer ou recevoir des signaux vidéo. La seule solution pour le lien avec un PC, c’est la liaison directe en HDMI.

      • Thierry

        Merci Grégory pour ces précisions. Donc, vu pour ce vidéoprojecteur mais en existe-t-il (de bonne facture) qui me permettrait d’accéder aux fonctionnalité réseau que je souhaite y compris compatibilité DLNA ?
        Et dernièr point pratique est-ce les vidéoprojecteurs sont bien compatibles avec une fixation en plafond (image inversée) ?
        Merci à vous

      • Grégory

        Tous les vidéoprojecteurs sont compatibles avec une fixation plafond, le X5000 ne fait pas exception. Mais compte tenu de son poids, il faut ne faut pas mégoter sur la qualité du support de fixation.
        Pour les réseau, directement compatible DLNA, il y a le LG PF1500 Largo également en test sur le blog, mais son image n’a rien à voir avec celle d’un JVC X5000.

  5. Laurent

    Bonjour, et merci pour ce test très complet ! Le X9000 étant hors de portée de mon budget, je me demande si l’écart de qualité entre le X5000 et le X7000 est important ou non. Le prix étant relativement serré entre les deux, me conseilleriez-vous d’opter pour le X7000 ou le X5000 ? Merci pour vos conseils ! Laurent

  6. Aurel

    Bonjour Grégory,
    Dans l’hypothèse d’un HW65 avec de bonnes convergences, penses-tu que l’écart du coût avec le JVC X5000 est justifié purement au niveau de l’image en 1080p (Contraste, Luminosité, Netteté, Piqué, Fluidité, Couleurs…).
    Je veux dire sans considérer les aspects E-shift, zoom et lenshift motorisé, HDR… dont dispose le JVC.

    • Grégory

      Je répondrai comme si je devais faire ce propre choix, le X5000 oui, le HW65 non. La qualité d’image du JVC justifie ce surcoût tarifaire et je ne parle même pas des options supplémentaires.

  7. Manu

    Bonsoir, quand je regarde la mire concernant la partie overscan je vois un liseré bleu au dessus des lignes et caractères blancs.
    La photo a t’elle été prise avant le réglage des convergence ou cela vient til de la prise de vue (ce liseré n’étant pas présent a l’écran) ?
    merci

  8. Franck

    Bonjour Grégory,
    Petite question complémentaire suite au ‘manque’ dans votre test super complet par ailleurs :
    Avez vous réussis depuis à tester la 3D (avec l’adaptateur à ajouter svp ?
    Et est-il possible d’acheter des lunettes compatibles (type Expand par ex) nettement moins onéreuses que les JVC officielles svp ?
    Merci d’avance pour vos ‘lumières’ ! 🙂

    • Grégory

      Ce “manque” devrait être rapidement rectifié avec l’arrivée de mon nouveau X5000 et de son kit 3D (je l’ai reçu hier) donc ce week-end j’espère pouvoir compléter le banc d’essai.

  9. Courbassier

    Ok merci quand même. Dommage j’aurais bien voulu avoir des infos à ce sujet. En comparaison au sony 65es et optoma hd91, est il vraiment au dessus? Ou c’est pas si évident?
    Merci

  10. Luc

    Pour tirer parti du contrast du X5000, il faut un écran à la hauteur. Est-ce que vous avez pu ou vu la surface MX1000X par Draper? Est-ce que c’est aussi bon que d’autres toiles grises que vous avez pu tester ?

  11. Gonthier

    Bonsoir Gregrory
    Je possède un JVC X500 et je souhaiterai changer; j hésite entre le SONY VPL-VW320ES et le JVC X5000..?!Avec un petit penchant sur le SONY pour la 4K..?!
    Peux tu m aider stp
    merci d avance

  12. Alex

    Bonjour,
    j’hésite entre le sony HW45ES et le JVC DLA-X5000. Je me demandais si l’écart de prix entre les deux était vraiment justifié…surtout pour quelqu’un comme moi qui possédait jusqu’à présent un vieux Panasonic PTAX-100.
    Dernière question : si j’opte pour le JVC j’ai entendu qu’il fallait passer par une phase de calibrage (ou étalonnage). Cette manipulation n’est elle pas trop complexe pour le débutant que je suis ?
    Merci d’avance pour ta réponse
    Cdt

    • Grégory

      Le prix se justifie amplement et si effectivement le HW45 propose des couleurs mieux ajustées en sortie de boîte, le X5000 propose également des modes usine avec une colorimétrie naturelle.

      • Alex

        Au risque de me répéter, la calibration est elle compliquée pour un novice ? Quels sont les pré requis nécessaires (connaissances, logiciels…) ? Vu l’investissement je voudrais être sûr que le résultat final soit optimal. Sinon autant investir dans le Sony.
        Merci d’avance

      • Grégory

        Vous avez un tutoriel sur la calibration sur le blog et avec un petit investissement financier (300€) il est possible de s’y attaquer facilement avec un logiciel particulièrement aisé à appréhender : ChromaPure. Vous pouvez très bien prendre un Sony HW45 (j’ai souligné la qualité de son image dans son test) mais le X5000 est d’un niveau supérieur.

  13. Alex

    Bonjour,
    Ca y est, j’ai craqué, je passe commande pour la bête.
    Afin d’exploiter pleinement les capacités de la machine, pouvez vous m’aiguiller sur le choix à faire en matière de lecteur blu-ray, de préférence sans me ruiner, à moins qu’il ne soit préférable d’investir dans un lecteur Blu-ray 4K.
    Merci d’avance

  14. Eric

    Bonjour Grégory, désolé pour ma question bête mais j’ai un EPSON TW4400 (que avait testé en 2010) et j’ai envie de passer sur un X5000 d’occasion (quasi neuf).
    L’écart qualitatif entre l’Epson et le JVC vaut vraiment le coup ?
    En sachant aussi que j’ai la chance d’avoir un OPPO 203 depuis sa sortie.

    Merci pour ta réponse.

    Eric.

%d blogueurs aiment cette page :