TEST ACER VL7860 : DLP 4K LASER

 

C’est le 31 août 2017 qu’Acer a annoncé le lancement d’un vidéoprojecteur DLP 4K à source lumineuse laser et nous avions relayé en direct cette information à l’occasion de la conférence de presse du constructeur au salon IFA 2017 de Berlin. Faute qu’une démonstration y soit proposée, nous avions alors seulement pu examiner la coque de ce mystérieux appareil.

ACER P8800

Conférence de presse ACER IFA 2017

Mais, ô joie ! Grâce à on ne sait quelle force (peut-être La Force?), devinez qui donc a atterri dans notre salon aujourd’hui ? [Te concentrer tu dois pour trouver la réponse] C’est bien le VL7860 (telle est sa référence officielle). Arsenal de test en main, voyons voir sans attendre si c’est un chevalier digne de son laser, ce qu’il a dans le ventre, si ses performances égalent voire dépassent celles de ses équivalents à lampes en les reléguant du côté obscur pour longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

PRÉSENTATION

TEST ACER VL7860

ACER VL7860 face

Ce nouveau modèle est un vidéoprojecteur dédié au cinéma à la maison et construit autour de la puce 0.66 TRP S610 4K UHD DMD DLP® de Texas Instruments™. A l’occasion des tests des Acer V9800/H7850/M550, BenQ W11000/X12000 et Optoma UHD550X et UHD65 nous vous avons déjà décrit toutes les particularités de cette puce. Sa résolution native est de 2716 × 1528 ; il ne s’agit donc pas d’une résolution native UHD 3840 × 2160 ou UHD 4096 × 2160. Afin de reproduire des films 4K, Texas Instrument met en œuvre une technique qui projette chaque image deux fois au moyen de la technologie de décalage XPR. La première trame est projetée normalement et la seconde légèrement décalée de 0,5 pixel. Cet affichage est si rapide que l’œil est incapable le déceler. Associée à l’extrême précision d’une image mono-dlp, cette technique permet d’égaler visuellement les performances en terme de précision et de netteté des projecteurs 4K natifs à trois panneaux LCD et même de les dépasser, nous l’avons déjà démontré à plusieurs reprises.

Le second point particulier et le plus innovant pour nous est la source lumineuse laser à roue au phosphore annoncée avec une puissance lumineuse de 3000 lumens et une durée de vie à plein rendement de 20000 heures (30000 heures en mode économique). Ce choix technologique a d’autres avantages que celui de sa longévité. On notera ainsi la possibilité d’offrir des couleurs plus puissantes, plus saturées grâce à un Gamut plus large (l’une des faiblesses de l’Acer M550) et une stabilité de la colorimétrie au fil du temps. Le contraste doit également être renforcé par rapport aux vidéoprojecteurs à lampe classique, même si nous ne croyons pas au 1 500 000:1 annoncé par le constructeur.

Le VL7860 sera commercialisé dès le mois de décembre 2017 au tarif inattendu de 3990€, alors que les représentants de la marque avaient annoncé un tarif avoisinant les 5000€ à Berlin. C’est une excellente surprise, d’autant que le modèle concurrent (voire le clone) de chez Optoma, le UHZ65, reste lui positionné à 5000€.

En matière de colorimétrie, grâce à sa roue chromatique RVBRVB, cet Acer VL 7860 est capable d’être calibré parfaitement à la référence rec709. Il est certifié ISFccc et dispose de deux menus cachés avec les outils de calibrage nécessaires à un professionnel pour ajuster précisément la colorimétrie.

L’engin est compatible 4K Het rec2020 et DCI-P3. Une de ses deux prises HDMI est HDCP 2.2, MHL 2.1 et supporte les signaux 4K à 18Gbps.

Ce nouveau vidéoprojecteur home cinéma conserve les autres options déjà présentes sur les V7850, H7850 et M550, à savoir un traitement vidéo avec aide à la fluidité sur signaux 1080p et 4K (un des plus performants actuellement disponibles sur le marché), un Lens-shift vertical, une télécommande avec rétro-éclairage, mais point de 3D.

TOUR PHYSIQUE

TEST ACER VL7860Sans atteindre les dimensions d’un SONY VPL-VW260ES (voir photo) que nous testons en même temps, l’ACER VL7860 est plus imposant que son petit frère le M550. Les dimensions de sa coque blanche sont de 458×289×157 mm.

TEST ACER VL7860

De gauche à droite : Acer M550 Sony VW260 Acer VL7860

L’appareil est livré avec une sacoche de transport noire, bien pratique pour le protéger en cas de voyage inter-astral, ou plus simplement si l’on va faire le cinéma chez des amis. En mémoire de cette caractéristique nomade le vidéoprojecteur est également pourvu de deux haut-parleurs de 5 watts.

Le bloc optique, manœuvrable verticalement de +et- 15% grâce à la molette escamotable du lens-shift, est protégé par un cache en plastique qui se retire manuellement.

Tout son fonctionnement est d’ailleurs manuel (zoom, mise au point).

Le VL7860 est pourvu d’un zoom de 1.6x et d’un rapport de projection de 1.39 – 2.22. Dans ces conditions et pour remplir notre écran de 2m50 de base il faut un recul compris entre 3.38 et 5.55 mètres, ces distances passant à 4.73 – 7.77 mètres pour 3m50 de base (2.70 – 4.44 m pour 2 mètres de base).

Son panneau de connectique comprend en entrée : 1 HMDI 2.0 HDCP 2.2., 1 HDMI 1.4a HDCP, 1 prise audio in 3.5mm et 1 D-Sub analogique RGB, En sortie : 1× D-Sub Analog RGB, 1× DC Out (5V/1,5 A) USB A, 1× 3,5mm Audio Out, 1× USB A, 1× RS232 (D-Sub) Anschluss, 1× RJ45 (LAN – ), 1× 12V Trigger DC.

TEST ACER VL7860

connectique acer vl7860

Un panneau de commande est présent sur le capot de l’appareil, mais il est plus commode de se servir de la petite télécommande rétro-éclairée disponible qui permet de configurer directement l’Accumotion (interpolation d’images) ou le HDR, par exemple.

MENUS

Les similitudes entre les DLP 4K Acer et Optoma sont également perceptibles dans l’apparence et l’organisation des menus. Celui dont vous vous servirez le plus est le menu Image et ses modes de couleurs ajustés en usine. Ils sont nombreux, tout comme les modes de gamma (le VL7860 ne dispose pas d’éditeur de gamma). Voici la liste des différentes options disponibles : Lumineux, Standard, sRGB, rec709, film, cinéma, sombre, jeux, sports, silence et une mémoire utilisateur.

Test ACER VL7860Attardons nous un peu sur cette mémoire utilisateur  : elle sera le pivot de vos réglages de colorimétrie puisque tout changement opéré sur un des modes précités fera automatiquement basculer dans cette mémoire.

Il est possible de tricher en utilisant les 2 menus cachés ISF comme mémoires supplémentaires mais encore faut-il avoir accès au code.

Test ACER VL7860

Toujours pour ajuster la colorimétrie, le VL7860 offre dans ses menus un ajustement Gain et Bias des niveaux de gris et également le Brilliant Color qui augmente la luminosité des couleurs. Ajoutons à cela un dispositif de contraste dynamique agissant en temps réel sur la puissance du laser  : il adapte la puissance lumineuse au contenu de l’image et permet ainsi d’augmenter le contraste dans les scènes nocturnes.

Pour le traitement vidéo, le VL7860 reconduit l’amplification de la netteté sur 6 niveaux et surtout l’aide à la fluidité (Accumotion) que nous apprécions tant.

VERDICT TECHNIQUE

Après ce tour de présentation voici l’heure de passer aux mesures. Entamons ce tour d’horizon par le bruit de fonctionnement :

Le VL7860 est particulièrement lumineux mais, que la planète se rassure, cela ne signifie pas pour autant qu’il nécessite une soufflerie de Faucon Millenium pour le refroidir. Son système de refroidissement est en effet bien intégré dans la coque et le bruit ne pollue en aucune circonstance l’usage de l’appareil. Avec le laser en mode économique on se situe dans les limites basses de notre sonomètre et du bruit ambiant puisque nous mesurons 29dB à 50 cm de l’appareil ; le passage en mode laser haut entraîne une légère élévation à 34 dB mais vraiment rien de rédhibitoire. En comparaison, le SONY VPL-VW260ES est bien plus bruyant dans la configuration de lampe haute.

Piqué/netteté/qualité du bloc optique :

Nous avons conduit cette analyse de deux manières, une première avec le traitement XPR désactivé et la seconde actif.

En désactivant la simulation 4K dans le mode silence, le projecteur travaille dans sa résolution native de 2716 × 1528. Elle permet de vérifier les résultats par rapport à l’optique  : ils sont excellents et participent à la sensation globale de netteté.

Test ACER VL7860

Comparaison super résolution activée et désactivée ACER VL7860

L’activation de l’XPR dans les autres modes lisse le rendu général des mires de précision 4K mais sans nuire au piqué ; nous n’avons décelé aucune aberration chromatique.

Pour mettre à l’échelle les signaux 1080p, le traitement vidéo du VL7860 est le même que celui équipant les H7850 et M550. Il prend l’appellation de « super résolution » et dispose de 6 niveaux de réglages. Nous préférons le numéro 2  ; il apporte ses bénéfices à l’image, sans en faire de trop, s’abstenant de générer des artefacts comme du double contour ou du bruit vidéo. Ce dispositif est utile pour les Blu-ray 1080p mais n’a par contre que peu d’intérêt avec les films sur UHD Blu-ray.

Fluidité :

Troisième domaine d’excellence de ce VL7860 après la discrétion de fonctionnement et la précision de son image : la fluidité ! L’accumotion ou interpolation d’images made in Acer peut varier sur 3 niveaux de fonctionnement (bas, moyen et haut). Ce système vient aider à la précision de l’image dans les travellings et supprimer tout judder (cet effet de traîne particulièrement désagréable). Son action ne s’accompagne qu’exceptionnellement d’artefacts de bougé et nous sommes là devant un des meilleurs dispositifs de ce type actuellement intégré dans un vidéoprojecteur. Cette option, nous tenons à le rappeler, est disponible pour les sources 1080p comme pour les programmes 4K et tout ceci dans un projecteur laser qui coûte 3999€… un modèle comparable en capacités va sortir prochainement chez Sony… mais à 14999€ !

Input lag :

TEST ACER VL7860

Input lag sans accumotion

Après 3 points forts, voici le talon d’Achille du VL8760, l’input lag. Avec 90.5 ms de retard sans activer l’Accumotion, le VL7860 ne séduira pas les amateurs de jeux en réseau pour lesquels le temps de réponse à l’image est primordial. Cette latence est encore plus importante avec l’interpolation d’images active puisqu’elle s’élève alors à 161 ms.

TEST ACER VL7860

Input lag avec accumotion

Bref : le VL7860 est simplement parfait pour le home cinéma, moins pour le jeu vidéo.

Overscan/bruit vidéo/uniformité :

En veillant à mettre le réglage HDMI sur sous-balayage, l’overscan est débrayé et toutes les flèches externes de notre mire de test sont bien présentes à l’image, aucun rognage n’est appliqué.

Pour la recherche de bruit vidéo, nous avons cherché, cherché, cherché… et bien contrairement au M550 dans certaines configurations, le VL7860 est épargné par la présence de fourmillement dans les arrières-plans, l’image reste lisse en toute circonstance.

Sur une mire à 00IRE (noire), la recherche de défaut d’uniformité est vaine, le VL7860 propose une image dépourvue de coins plus brillants que le centre de l’écran, par exemple.

Speckle :

Toutes les technologies de projection connaissent un défaut que nous dénommerons « identitaire » ou lié à la manière dont elles travaillent. Pour les DLP, c’est le fameux effet arc-en-ciel pour lequel la rotation de la roue chromatique des mono-dlp fait percevoir par certains spectateurs sensibles des flashs colorés intempestifs. Les tri-lcd transmissifs sont touchés de leur côté par une affection de l’image, en l’occurrence le shading (des dérives colorées visibles sur fonds clairs). Enfin, les lcd réflectifs connaissent soit des soucis d’uniformité (bright corners) pour les SXRD, soit le phénomène de Banding pour les D-iLA.

Les vidéoprojecteurs laser peuvent quant à eux être sujets à l’effet speckle : tavelures ou chatoiement (speckle en anglais), à plus simplement parler un ensemble de petites taches rapidement fluctuantes qui apparaissent dans la texture instantanée d’une image et lui donnent un aspect granuleux. Hé bien ! bonne nouvelle qu’on peut clamer sur Tatooine ou Naboo : l’image du VL7860 est propre et lisse, épargnée par tout effet de grain.

Colorimétrie :

Si l’espace couleurs et la saturation de celles-ci sont plutôt bien ajustés en sortie de boîte, il faudra toutefois retoucher les niveaux RVB.

Pour les sources HDTV (Blu-ray 1080p par exemple), le mode rec709 est le mieux adapté. Le gamut du projecteur est à 96,7% de la valeur de référence rec709.

TEST ACER VL7860

Ensemble mode rec709

Pour les sources 4K HDR, nous vous recommandons plutôt le mode cinéma dont l’espace couleurs couvre 86,9% du Gamut DCI-P3, caractéristique qui va bénéficier à la « force » des couleurs qui apparaîtront plus saturées.

test acer VL7860

Mode cinéma sombre acer VL7860 complet

Pour le gamma, les valeurs des modes sRGB et rec709 sont les plus proches de 2.2 tout en restant linéaires. Le VL7860 ne dispose pas d’éditeur de gamma ; il faudra vous contenter des 9 valeurs prédéfinies en usine (1.8 ; 2.0 ; 2.2. ; 2.2 Scurve ; 2.2 BE1, 2.2. BE2 ; 2.2.WE, BT.1886, 2.4) et pour le gamma EOTF des 4 modes HDR disponibles.

TEST ACER VL7860

Sélection des différents gamma

Nous vous plaçons ci-dessous l’ensemble de nos mesures de colorimétrie pour le VL7860. Cliquez sur le bouton « Load more » pour y avoir accès.

Contraste et luminosité :

Les 3000 lumens annoncés par le constructeur sont presque là : 2928 lumens dans le mode lumineux mais avec une forte dérive dans le vert inutilisable en home cinéma. Après calibrage, il reste tout de même 2242 lumens avec le laser à pleine puissance et 1738 lumens en mode économique. Dans ces conditions, le VL7860 peut illuminer en conservant 16 fL un écran 16/9ème de 4m80 de base ! (4m20 en mode économique).

TEST ACER VL7860

C’est énorme ! De quoi mettre l’Etoile Noire en slip! Mais le VL7860 est également à l’aise avec les petites bases ; il suffit de basculer dans les modes « sRGB » (à ne pas confondre avec le mode R2-D2;-) ou «rec709 ».

Cette puissance lumineuse est un atout indéniable pour le rendu HDR et pour pouvoir attaquer des tailles d’écrans supérieures à 3 mètres en 4K HDR.

Least but not last, un élément ravira cette fois les obscurs et revanchards Siths : la source lumineuse au laser permet d’obtenir un noir absolu sur une mire à 00 IRE. Nous l’avons vu plus haut, le VL7860 propose un ajustement de l’intensité de la puissance lumineuse pour pouvoir accroître un contraste natif qui, avec une moyenne de 1900:1, frise l’atmosphère des meilleurs DLP du moment (BenQ W2000 par exemple).

L’activation du contraste dynamique va encore renforcer la profondeur et l’intensité des noirs et ceci sans effet de pompage. Il ne faut donc pas hésiter à le mettre en œuvre ; dans ces conditions le contraste dynamique n’atteint certes pas les 1 500 000 :1 galactiques annoncés par le constructeur mais un très honorable 183 859:1.

La liste des points forts de ce modèle s’allonge et vient de s’enrichir de l’item « puissance lumineuse ».

Nous vous plaçons ci-dessous l’ensemble de nos mesures. Cliquez sur le bouton « load more » pour y avoir accès.

VERDICT SUBJECTIF

Pour décrire l’image du VL7860, il est facile de la comparer avec un autre DLP 4K de la marque récemment testé : le M550. Ce petit vidéoprojecteur nous avait régalé par son image et surtout son petit prix, mais il fallait toutefois consentir à quelques compromis dont un contraste moyen voire faible et des couleurs moins saturées à cause d’un gamut réduit.

Le VL7860 vient faire disparaître ces reproches ; le contraste natif conjugué au contraste Ansi donne une image tout à fait convaincante, tant dans les scènes de jour de Jurassic World que dans les extraits gris d’Alien Covenant ou encore ses passages les plus sombres dans le temple des ingénieurs.

TEST ACER VL7860

µL’espace est également reproduit avec des noirs profonds et surtout des étoiles brillant de tous leurs feux. C’est l’effet du DLP et de ce fameux contraste Ansi recherché par tous les amoureux de cette technologie de projection.

Le VL7860 est à son aise aussi bien avec les sources 1080P qu’il met de très belle manière à l’échelle grâce à l’option super résolution mais encore plus avec le 4K HDR qui bénéficie d’une netteté au rasoir encore plus soulignée par la forte dynamique de l’image.

TEST ACER VL7860Le point sur lequel ACER doit travailler encore est la précision des couleurs en sortie de boîte ; les niveaux RVB de tous les modes doivent être retouchés en diminuant principalement un rouge trop exubérant et, surtout, en la circonstance et d’une façon générale il faut nous mettre à disposition un minimum de 3 mémoires utilisateurs !

 

ACER VL7860 versus SONY VPL-VW260ES

 

La présence simultanée des deux vidéoprojecteurs, le Sony VPL-VW260ES et du DLP laser 4K VL7860 d’Acer, nous a permis de mener une comparaison directe entre un vidéoprojecteur 4K natif à lampe mais avec 3 panneaux SXRD et un DLP simulant une résolution 4K mais avec une seule puce.

 

 En SDR ou en HDR, le mono-dlp prend un net avantage en terme de précision et de dynamique d’image. Sur les films 1080p, le SONY conserve l’avantage d’un meilleur contraste natif mais qui est visuellement compensé par le contraste Ansi du DLP.

Source BR 1080P SDR

 

Pris séparément, le Sony VPL-VW260ES produit une image définie et précise, mais l’Acer va bien plus loin et vous offrira une image avec une précision phénoménale.

Sur source 4K HDR, le DLP s’éloigne encore plus, sa puissance lumineuse doublée par rapport au SXRD l’emmène vers des sommets de qualité qui sont hors de portée des 1500 lumens du nouveau Sony.

CONCLUSION

Amis home cinéphiles, si vous êtes tentés par l’acquisition d’un vidéoprojecteur en perspective des fêtes de fin d’année ne passez pas à côté de ce modèle qui va vous diffuser une image sans défaut ou faiblesse, avec une source lumineuse à longue durée de vie et tout ceci sans bruit de ventilation gênant. Nous aimerions lui trouver des défauts pour tempérer notre enthousiasme et tenter d’enlever cet irrésistible envie mue par La Force de l’installer dans notre salle de projection mais ce nouvel espoir est vain.

Rares sont les vidéoprojecteurs laser à avoir réussi à nous convaincre de l’utilité de cette source de lumière face à nos lampes classiques. Jusqu’à présent seuls les EPSON LS10000/10500 ou JVC DLA-Z1 avaient trouvé grâce à nos yeux et dans cette courte liste ne figurait aucun DLP. Or, brandissant son sabre en Solo, cet ACER VL7860 a modifié cette situation. Le constructeur taïwanais nous offre là un appareil home cinéma avec une image remplie de qualités. Elle est lumineuse, contrastée, détaillée et fluide et surtout proposée à un prix relativement accessible. Le futur Optoma UHZ65 pourrait avoir du mal à justifier son surcoût de 1000€ et que dire d’un SONY VPL-VW760ES au tarif Jabbatique de 14990€ et qui ne parlera donc qu’aux quelques tenants de l’expression « que la Bourse soit avec Toi » !!

A nos yeux et nonobstant l’absence de plusieurs mémoires utilisateurs pour sauvegarder ses réglages, ce droïde rebelle qu’est l’Acer VL7860 mérite 2 Gold Award PJHC pour bien marquer sa qualité et saluer le travail des concepteurs d’un tel petit bijou, prodige tout dédié à combler notre passion commune, le cinéma à la maison.

Gold-Award-pjhc-projection-homecinema-fr

Gold-Award-pjhc-projection-homecinema-fr

Gold award PJHC.FR

Nous avons aimé :

– Luminosité – Contraste, – Gamut élargi, – Allumage/extinction immédiats, – Netteté, – Fluidité, – Discrétion de fonctionnement même avec laser à pleine puissance, – Image sans défaut, – Contraste dynamique sans effet de pompage, – Rendu SDR et HDR.

 

Nous regrettons :

– Lens-shift anecdotique,

– Une seule mémoire utilisateur,

– Couleurs moins bien ajustées en sorte de boîte que celles du M550.

ACER VL7860

ACER VL7860

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES (Données constructeur)

 

Luminosité en mode standard / 3000 lumens

Rapport hauteur/largeur natif / 16:9

Rapport hauteur-largeur compatible / 4:3

Contraste / 1,500,000:1

Ratio de projection / 1,39 à 2,22 (1651 mm@2000 mm)

Synchronisation Verticale Maximum /120 Hz

Synchronisation Horizontale Maximum /135 kHz

Minimum de synchronisation verticale /24 Hz

Minimum de synchronisation horizontale /15 kHz

Couleur compatible  / 1.07 milliards de couleurs (30 Bits)

Objectif de Projection /Type de lentille

Focus Manuel / Zoom manuel

Ouverture minimum de l’objectif /F/2,5

Ouverture maximale de l’objectif /F/3,26

Focale minimale /20,91 mm

Focale maximale /32,62 mm

Minimum de diagonale de l’image /508 mm

Maximum de diagonale de l’image /7,62 m

Distance de projection minimum /1 m

Distance de projection maximum /9,30 m

Zoom optique /1,6x

Type de lampe / Laser

 

Durée de vie de la lampe en mode normal /20000 Heure(s)

Durée de vie de la lampe en mode économie /30000 Heure(s)

Interfaces/Ports /HDMI /Oui

HDMI /HDMI 2.0 /

Nombre de ports USB /1

USB /Oui

Type de Connecteur USB /1x Type-A

Nombre de ports RJ-45 /1

Réseau (RJ-45) /Oui

Nombre d’entrées VGA /1

Entrée VGA / Oui

Nombre de sorties VGA /1

Sortie VGA /Oui

Nombre d’entrées audio /1

Nombre de sorties audio /1

Entrée ligne audio /Oui

Sortie ligne audio /Oui

Nombre total de ports HDMI /2

Caractéristiques techniques

 

Audio

Nombre de haut-parleurs /2

Puissance de sortie du haut-parleur /5 W

Mode de sortie du haut-parleur /Stéréo

Réseau & communication /Capacité Ethernet (LAN)

Crestron eControl

Caractéristiques de l’alimentation

Système d’alimentation /100 V AC~240 V AC

Tension d’entrée /120 V AC / 230 V AC

Caractéristiques physiques

Niveau Sonore du Ventilateur

24 dB Approximatif Mode silencieux 26 dB Approximatif Mode Économie 30 dB Approximatif Mode Standard

Plage de températures accepté

0 °C à 40 °C

 

Poids (approximatif)

8,50 kg

 
 

 

 

TEST ACER VL7860 : DLP 4K LASER
Un quasi sans-faute pour cette première incursion d'Acer dans la vidéoprojection laser 4K ! Nous n'avons pas réussi à la prendre en défaut et nous avons passé des heures à savourer son image. Vivement sa sortie qui devrait intervenir pour le mois de décembre 2017. Espérons qu'il ne sera pas en retard car il nous manque déjà !
Qualité d'image globale100%
Contraste et luminosité 96%
Piqué, netteté et fluidité100%
Colorimétrie90%
Menus, options et équipements93%
Facilité de placement et utilisation90%
95%Note Finale

11 Réponses

  1. BIBI772

    Bonjour,
    -Même s’il n’y a pas de lens-shift horizontal, Y-aurait-t-il un moyen de l’installer avec un petit décalage de 0,80cm par rapport à l’axe horizontal, sur 6 m de distance de projection. Avec une sorte de réglage de keystone… ?
    -Est-ce un appareil adapté à une « pièce à vivre » ?

    Répondre
  2. CHRISTIAN REYT

    bonjour greg ,
    la roue RGB est toujour la ,,,, y a t’il des solution pour la virer ??
    amicalement
    fantaorange

    Répondre
  3. Papa Ours

    Je répond pour Greg, vu qu’ici il est 7h du mat un dimanche et que j’ai rien d’autre à faire 😛

    Pas de correction keystone.

    Tu proposes quoi pour remplacer la roue chromatique, une chaussette ? A mon avis, même si tu la vire, t’auras même pas de noir et blanc mais bon, essayes et fait nous savoir.

    Répondre
    • CHRISTIAN REYT

      et ben reste au lit !!!
      tchao a toute et a tous ,, je me retire du post ,, ca me saoul ,
      pour greg , bravo pour tes tests ,
      pour les autres , bonne nuit les petits

      Répondre
  4. Stéphane

    Bonjour,

    Merci pour ce test, ça donne vraiment envie de franchir le pas.

    Quelques questions qui me viennent « en vrac » :
    – Effet arc-en-ciel : y a-t-il une caractéristique technique qui permette d’anticiper si ce projecteur en générera beaucoup ou peu ? Ou faut-il attendre que ce modèle soit « visible » en magasin pour se faire sa propre idée de la gêne que ça pourrait provoquer ?
    – Dans le chapitre netteté du bloc optique, l’exemple proposé me semble moins bon avec le mode super résolution activé : photo de droite, sur laquelle on voit des franges colorées et du dédoublement. Sur images photos on distingue assez clairement des pixels : correspondent-ils à la trame 2K ou à la trame 4K reconstituée ?
    – Vous indiquez que l’image est dépourvue d’aberrations chromatiques : est-ce bien le cas aux 4 coins de l’image ?
    – Le lens-shift limité à + ou – 15% en vertical, et l’absence de compensation « keystone » signifient-ils que le projecteur, positionné plus haut ou plus bas que 15% de la hauteur d’image, par rapport à l’axe médian de l’écran, occasionnerait une image trapézoïdale ? (ça me semblerait extrêmement restrictif !)
    – Les réglages d’ajustement de la colorimétrie ont l’air limités – permettent-ils néanmoins, même sans avoir accès aux modes réservés aux installateurs, d’atteindre des deltaE inférieurs à 2, pour chaque couleur ?
    – Est-il nécessaire de modifier les réglages pour conserver une colorimétrie optimale, lorsqu’on passe d’une source standard (un blu-ray full HD par exemple) à l’image HDR d’un blu-ray 4K ? (auquel cas la présence d’une seule mémoire utilisateur serait vraiment problématique)

    Merci d’avance.

    Stéphane.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :