TEST ACER K650i

Nous avons réceptionné cette semaine le tout nouveau ACER K650i. Il s’agit d’un vidéoprojecteur DLP 1080p dont la source lumineuse est composée de trois diodes LED. Cette solution technique vise à proposer une alternative aux lampes classiques au mercure en offrant une longévité supérieure (annoncée à 20000 heures par le constructeur) et un fonctionnement ne nécessitant aucun préchauffage ou refroidissement. Les LED sont également réputées pour être moins gourmandes en énergie (125W pour le K650i) et l’un de leur défaut principal (une luminosité faiblarde) a été corrigée depuis ces deux dernières années avec des projecteurs à LED dépassant aisément les 1000 lumens. Le nouvel ACER est en l’occurrence annoncé avec une puissance de 1400 lumens. Enfin, leur petite taille contribue à réduire l’encombrement des vidéoprojecteurs, mais ce n’est pas le cas du K650i dont les dimensions ne l’autorisent pas à rentrer dans la catégorie des pico ou mini-projecteurs.

Après cette première présentation, entrons maintenant dans le vif du sujet en nous intéressant à ces performances et caractéristiques.

 

PRÉSENTATION

L’embonpoint du K650i ne permet pas de le classer dans la catégorie des Vivitek Qumi Q8 ou LG PF1500. Avec ses 35 cm de long et ses 23 cm de profondeur et alors que seule la hauteur a été réduite, il rejoint en effet des modèles comme le A1500 ou le H6520BD. Quant au look de ce K650i, c’est celui d’un appareil totalement blanc au design de soucoupe volante aplatie.

 

TEST ACER K650i

ACER K650i

A 1199€, son tarif public recommandé, nous nous retrouvons face à un DLP 1080P équipé d’une puce de 0.47 pouces de Texas Instrument. La source lumineuse à LED est composée de trois diodes Rouge, Verte et Bleue offrant une luminosité maximum de 1400 lumens et un contraste annoncé par le constructeur à 100 000:1.

Le K650i est livré avec une sacoche de transport qui permet de l’emporter en déplacement.

 

TEST ACER K650i

Acer K650i, sac de transport et télécommande

Le bloc optique est entièrement manuel et est protégé par un cache en plastique. Seul le réglage de focus est disponible ; un zoom existe mais il est à oublier car uniquement électronique. C’est donc la distance de placement de votre appareil qui déterminera la taille de votre image et son bon positionnement qui en respectera les proportions (en effet, nous ne sommes pas partisan des dispositifs de zoom et trapèze électronique qui nuisent à la précision d’image).

Pour obtenir une image de 2m50 de base (la taille de notre écran de test), nous avons placé le K650i à distance idoine, à savoir 2m80.

Ce DLP à LED ne dispose d’aucune mécanique agissant physiquement sur le bloc optique (lens-shift). Pour déplacer l’image et la faire correspondre au plan de votre écran il faudra donc jouer des molettes dévissables placées sous l’appareil pour le mettre au bon niveau. Pour compenser les défauts de géométrie, une correction de trapèze sur 4 axes est disponible.

La connectique comprend deux prises HDMI/MHL ; l’une d’elle est dissimulée sous la coque et doit permettre de connecter un module de liaison sans fil et la seconde est sur le panneau arrière, à côté d’une prise VGA, d’une USB alimentée, d’une prise LAN, d’une RS232, d’une mini-USB et de deux prises audio entrée et sortie.

ACER K650i connectique

ACER K650i connectique

Ce nouveau projecteur est équipé de deux haut-parleurs d’une puissance de 5W qui peuvent accessoirement libérer l’appareil d’une connexion à un amplificateur, par exemple en déplacement (lieu de vacances, hôtel, etc.) Point notable et appréciable, il est possible d’associer via Bluetooth le projecteur à une enceinte externe. Voilà une commodité fort appréciable… mais qui rend du coup la présence des haut-parleurs intégrés critiquable tant les enceintes nomades sont désormais répandues en même temps qu’elles délivrent un son d’une autre qualité que les malheureux nasilleurs intégrés à la plupart des projecteurs… et dont d’ailleurs personne ou presque ne se sert ! (selon les premiers résultats d’un sondage fait auprès des inscrits à PJHC).

Pour piloter toutes ses fonctions, une petite télécommande grise est fournie avec cet Acer mais elle n’est encore une fois pas éclairée (c’est une fâcheuse constante chez ce constructeur).

TEST ACER K650i

Télécommande ACER K650i

Enfin, le K650i est 3D Ready en le corrélant à des lunettes DLP-Link, à acquérir en option.

 

MENUS

2 types d’affichages sont disponibles. Le premier liste toutes les possibilités de connexion : HDMI 1 et 2, USB, VGA, lecteur médias intégrés, mémoire interne de 4 GB et liaison avec un réseau domestique.

TEST ACER K650i

OSD acer K650i

Le second menu donne accès aux réglages couleurs : Lumineux, standard, sRGB, film, cinéma sombre, rec709, jeux et une mémoire utilisateur.

TEST ACER K650i

menu couleur

Aucun éditeur de gamma à l’horizon ; il faudra vous contenter de valeurs prédéfinies par le constructeur et qui s’échelonnent de 2.0 à 2.4.

La température de couleurs peut être ajustée soit par le biais d’un réglage Gain et Bias qui permet d’ajuster finement les paliers de gris ou par l’intermédiaire de niveaux prédéfinis.

TEST ACER K650i

menu couleur 2

N’espérez pas trouver de CMS pour régler l’espace couleurs, il n’y en a pas.

Le traitement vidéo interne est des plus simples, sans aide à la fluidité, et si le K650i ne dispose certes pas d’un iris fixe pour ajuster la puissance lumineuse, le constructeur reconduit son dispositif LumiSense+ qui est conçu pour optimiser intelligemment la luminosité et la saturation des

couleurs de l’image projetée en fonction de la lumière ambiante réelle.

 

 

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement :

Qu’importe le mode sélectionné (mode normal ou économique), le K650i se révèle être un appareil relativement discret avec des mesures de 31dB en mode économique et 33dB en mode normal (sonomètre placé à 50 cm).

Piqué et netteté :

TEST ACER K650i

Mire de netteté acer k650i

Ouch ça fait mal ! Le constat ne peut être que sévère. En effet, il ne suffit pas de proposer des solutions techniques attrayantes sur le papier (LED à forte luminosité, longévité et stabilité colorimétrique dans le temps), encore faut-il que l’optique suive. Ce n’est malheureusement pas le cas avec cet ACER K650i. S’il est certes possible d’obtenir facilement un bon niveau de précision dans le centre de l’image, ce n’est pas le cas avec les rebords qui demeurent alors flous. En définitive, vous avez le choix mais pas d’alternative : soit vous privilégiez le focus sur les extérieurs de l’image et alors le centre sera flou, soit c’est l’inverse, mais il n’est guère possible, en tout cas avec notre exemplaire de test, d’avoir les deux en même temps.

TEST ACER K650i

Zoom mire netteté acer k650i

Pire ! : notre modèle de test affiche un beau défaut visuel sur la partie inférieure droite de l’image (matérialisée ci-dessous en photo). Amoureux de la précision d’image et de la netteté, le K650i ne répondra pas à vos attentes.

Fluidité :

Point de miracle à attendre faute d’aide à la fluidité : le judder est bien présent et notre balancier Burosh n’est pas au meilleur de sa forme avec la pointe et les blocs en mouvement bien déformés par l’action de balance latérale.

TEST ACER K650i

Fluidité acer k650i

Input lag :

Avec 73.7 ms de retard, le K650i ne pourra pas convenir aux adeptes des parties de Frags en multi-joueurs. Nous évaluons le retard «supportable » par un gamer à des valeurs inférieures à 50 ms pour un vidéoprojecteur et le nouvel ACER est bien au-delà.

TEST ACER K650i

Input lag ACER K650i

Uniformité et overscan :

L’uniformité est relativement bonne avec un éclairement uni de toute la surface de l’écran sans phénomène de coins plus lumineux que le centre. Par défaut le réglage d’overscan est désactivé et la totalité des symboles de notre image de test figure bien à l’écran, signe qu’un rognage n’est pas effectué par le vidéoprojecteur.

TEST ACER K650i

Overscan acer k650i

LUMINOSITÉ ET CONTRASTE

 

Après les résultats piteux en terme de piqué et de netteté, c’est dans cette seconde partie que, chers lecteurs à pilosité crânienne positive, vos cheveux vont se hérisser d’effroi. Ne vous y trompez pas, il ne manque aucun chiffre à nos mesures de contraste. Quel que soit le mode usine sélectionné, impossible de dépasser les 400:1 de contraste séquentiel, ce qui est une hérésie pour envisager d’utiliser cet appareil dans une configuration de cinéma à domicile. Certes, nous arrivons à des valeurs légèrement supérieures aux déjà très mauvais LG PF1500, Largo et consorts mais ce n’est pas une excuse. Visuellement, il est facile de se rendre compte que les noirs sont plus gris que sombres.

TEST ACER K650i

Contraste et luminosité ACER K650I

La luminosité promise est par contre au rendez-vous. Dans le mode lumineux nous frôlons les 1400 lumens annoncés mais avec des couleurs verdâtres. Avec des couleurs plus naturelles, on obtient 794 lumens ce qui est suffisant pour éclairer une image de 2m90 de base en obtenant 16 fL en mode LED normal et 2m50 de base en mode LED économique.

COLORIMETRIE

 

TEST ACER K650i

rec709 CIE

Conformément à notre protocole de tests, nous avons mesuré l’ensemble des modes de couleurs proposés par le constructeur en sortie de boîte. Seul le mode rec709 s’approche des valeurs de références HDTV, mais il ne fait que de s’en rapprocher car les écarts par rapport aux « idéaux » recherchés restent au-dessus des tolérances.

 

TEST ACER K650i

REC709 RVB GAMMA ACER K650i

Ceux qui envisageraient un calibrage vont rester sur leur faim. Les menus ne comprennent aucun CMS et pas davantage d’éditeur de gamma. Toutes les modifications vous feront atterrir dans la seule mémoire utilisateur disponible sur ce modèle (c’est encore une manie chez Acer).

Tous nos relevés figurent ci-dessous.

VERDICT SUBJECTIF

TEST ACER K650i

Lucy revolver acer k650i

 

Mieux vaut-il ne pas trop s’attarder sur cette partie au risque d’accumuler les commentaires négatifs sur le K650i. En effet, si ce nouveau vidéoprojecteur à LED peut donner illusion sur des scènes de jour avec une image relativement équilibrée en terme de couleurs et de luminosité, ce constat est rapidement terni. D’une part, la conséquence de l’optique de piètre qualité est une absence de précision et, d’autre part mais surtout, l’image est totalement anémique dès que du sombre paraît à l’écran.

TEST ACER K650i

Max pistolet acer K650I

Les scènes nocturnes ont une densité nulle et aucune profondeur. Le judder vient parachever ce triste constat avec une image dont le mouvement « renâcle » pendant les travellings. Dans ces conditions, tenter de regarder un film s’apparente à de la torture et nous avons rapidement renoncé à souffrir. Les photos parsemant cette partie sont prises à partir de l’image projetée par le K650i sur un écran technique gris à gain de 2m50, lequel vient pourtant rehausser le contraste de ce mauvais élève. Nous n’osons imaginer le résultat sur un écran blanc en environnement non dédié !

CONCLUSION

 

Nous ressortons amers et déçus des piètres performances de ce vidéoprojecteur DLP à LED qui présentait pourtant sur le papier d’intéressantes caractéristiques. On est bien loin des performances d’un Vivitek QUMI Q8 et encore plus de celles d’un Optoma HD91+. Le K650i est peut-être adapté à une utilisation bureautique nomade grâce à sa forte luminosité (pour un modèle à LED) mais à notre grand regret nous sommes obligés de conclure qu’il n’a rien à faire dans une salle de cinéma à la maison.

 

ACER K650i côté

ACER K650i côté

Nous avons aimé :

– Son look futuriste

– Sa luminosité

– L’allumage et l’extinction immédiate

– La discrétion de fonctionnement

 

Nous regrettons :

– Le contraste

– La netteté

– La fluidité

– Les menus où manquent beaucoup d’options

– La télécommande sans éclairage

– La taille de l’appareil

– La colorimétrie

 

SPECIFICATIONS TECHNIQUES (Données constructeur)

 

Système de projection

DLP TM

Résolution 1080p

Format Auto, 4:3, 16:9, Plein, L.Box

Couleurs d’affichage 1,07 milliards de couleurs

Objectif de projection F = 1,5, f = 11,62 mm,

1:1,0 Zoom manuel et mise au point manuelle

Taille d’écran de projection

(diagonale) avec mise au point

nette 60″ (152 cm) – 300″ (762 cm)

Distance de projection avec mise

au point nette 3,3′ (1,0 m) – 24,1′ (7,4 m)

Rapport de distance de projection 82″±3% @ 2 m (1,11 – 1,11:1)

Fréquence du balayage horizontal 15 – 100 kHz

Fréquence du balayage de

rafraîchissement vertical 24 – 120 Hz

Correction trapèze +/-30 degrés (Vertical et Horizontal), Manuel et Auto

Zoom numérique 2X

Audio 5 W x 2

Poids Environ 2,4 kg (5,29 lbs.)

Dimensions (L x P x H) 355 x 235 x 63 mm

Source d’alimentation Entrée CA universelle 100 – 240 V, fréquence d’entrée

50/60 Hz

Consommation électrique (type) Mode Normal : 125 W à 110 V CA

Mode ÉCO : 80 W à 110 V CA

Veille < 0,5 W

Température de fonctionnement 0oC à 40oC / 32oF à 104oF

Connecteurs E/S •

Prise d’alimentation x 1

USB (Type mini B) x 1

Entrée VGA x 1

RS232 x 1

HDMI/MHL x 2

USB Type A (SORTIE 5V CC) x 1

Entrée prise audio de 3,5 mm x 1

Sortie prise audio de 3,5 mm x 1

Câble micro USB x 1

Lecteur de carte SD x 1

LAN x 1

TEST ACER K650i
Dommage, le concept était intéressant mais la réalisation n'a pas suivi. L'Acer K650i n'est pas un modèle prévu pour une utlisation de cinéma à la maison.
Qualité globale image30%
Contraste et luminosité30%
Piqué, netteté, fluidité30%
Colorimétrie49%
Menus, options et équipement30%
Facilité de placement et utilisation30%
33%Note Finale

Articles similaires

4 Réponses

  1. Richard Bixler

    Salut Greg,
    Merci pour une autre critique brutalement honnête. J’ai eu de grands espoirs pour ce projecteur, malheureusement, il est décevant. Tout projet de révision de la même échelle BenQ CH100?

    Répondre
    • Grégory
      Grégory

      Bonjour Richard, je n’ai pas prévu de tester le BenQ CH100 pour le moment. En effet il s’agit d’un vidéoprojecteur professionnel qui n’est pas prévu pour le home cinéma.

      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :