TEST JVC DLA-X9500

 

Avec la réception juste après l’ISE d’Amsterdam du X9500, nouvel amiral de la dernière gamme de vidéoprojecteurs home-cinéma de JVC, nous entamons de belle manière et en primeur sur le web le test du trio X5500/X7500X9500 du constructeur.

Une fois n’est pas coutume, ces nouveaux appareils ont été dévoilés non pas à l’IFA ou au CEDIA mais au CES de Las Vegas. Ils ne constituent pas une grosse rupture par rapport aux X5000/X7000/X9000 déjà testés dans nos colonnes mais apportent quelques petites améliorations bienvenues. Celles-ci concernent principalement l’input lag, la gestion HDR ainsi que la luminosité et le contraste.

Les JVC de l’année passée faisaient partie des meilleurs appareils de projection à domicile disponibles sur le marché ; nous allons voir si cette nouvelle mouture est également bien née.

 

JVC DLA-X9500

JVC DLA-X9500

 

 

 

PRÉSENTATION DE L’APPAREIL

 

JVC DLA-X9500

référence x9500 arrière

La nouvelle gamme de projecteurs de JVC continue d’offrir la meilleure luminosité dans sa catégorie et les rapports de contraste natif les plus élevés du marché. Mais les améliorations annoncées sur la nouvelle gamme relèvent plus du détail que de la grosse évolution. Ainsi, un nouveau mode faible latence fait son apparition pour réduire les retards d’affichage et améliorer le Game Play des jeux vidéo et le mode HDR s’active maintenant automatiquement, ce qui est plus aisé pour l’utilisateur.

Les nouveaux projecteurs supportent le HDMI/ HDCP2.2 sur leurs deux entrées HDMI. De la sorte, deux appareils dotés de dispositifs de protection contre la copie HDCP2.2 peuvent être connectés simultanément au projecteur. Ces entrées HDMI sont capables de prendre en charge des débits de transfert atteignant 18 Gbit/s et de fournir ainsi des signaux 4K natifs complets tels que 4K60p 4:4:4, 4K60p 4:2:2/36 bits et 4K24p 4:4:4/36 bits, grâce à un échantillonnage étendu des couleurs et à un débit d’images plus élevé,

Si la lampe de 265W reste inchangée sur le X9500 par rapport au X9000 (annoncée avec une durée de vie de 4000 heures en mode économique), la puissance lumineuse passe de 1900 à 2000 lumens. Le contraste natif qui était donné à 150 000:1 avec le X9000 est relevé à 160 000:1 et devrait atteindre les 1 600 000:1 d’après le constructeur.

La seconde innovation est une gestion plus facile pour l’utilisateur des signaux HDR. Le nouveau projecteur DLAX9500 passe automatiquement en mode image HDR dès qu’un signal HDR10 est détecté. Il est également compatible avec la technologie HLG (Hybrid Log-Gamma), une nouvelle norme HDR pour le broadcast et les services de streaming.

Le prix ne change pas, le DLA-X9500 est positionné tout en haut de la gamme JVC et à 8999€ il vient en concurrence des Sony VPL-VW550ES (4K natif) ou de l’Epson EH-LS10500 (vidéoprojecteur laser à simulation 4k).

La technologie de simulation 4K E-shift de JVC (contrôle multiple des pixels MPC) a été améliorée. Elle intègre un nouvel algorithme d’analyse dérivé du modèle haut de gamme de JVC, le projecteur 4K natif à source laser DLA-Z1, et assure une détection en diagonale plus précise entre les images pour les signaux de résolution Full HD et Full 4K. En résumé, pour créer l’illusion d’une image de résolution 4K, le dispositif MPC va venir décaler chaque pixel sur une distance en diagonale équivalente à 0.5 pixel.

En revanche, aucune innovation quant à l’aspect extérieur du DLA-X9500 ; il reste identique aux quatre générations précédentes. La coque noire et laquée est parée d’un superbe logo ISFccc THX 3D.

JVC DLA-X9500

Coque JVC DLA-X9500

Le bloc optique est entièrement motorisé et cette caractéristique s’accompagne d’un décalage physique vertical et horizontal (Lens-shift) qui vous offrira une grande souplesse dans le positionnement de l’appareil. Cette motorisation rend possible la présence d’une mémoire de zoom qui permet, après sauvegardes des réglages, de passer d’un écran au format 1.80 au 2.35/2.40:1 et cela d’un simple appui sur une touche. Le verre de l’optique est protégé par un cache électrique qui s’escamote à la mise en marche de l’appareil.

Pour projeter une image de 2 mètres de base il vous faudra un recul compris entre 2m80 minimum et 5m60 maximum. Pour compléter ce tour de l’optique, signalons la présence dans le chemin de lumière d’un iris dynamique paramétrable sur deux niveaux de fonctionnement qui viendra faire varier la puissance du flux lumineux en fonction du contenu de l’image projetée.

Le panneau de connectique comprend deux prises HDMI 2.0a, HDCP 2.2, une RS232C Sub-D, un trigger 12 V, une prise RJ-45 (service) et une DIN de synchro 3D RF avec un émetteur 3D et des lunettes 3D optionnelles. La nouvelle gamme conserve la gestion 3D.

Le projecteur JVC DLAX9500 est doté d’une fonction d’auto-calibration qui permet d’étalonner automatiquement les images et de les optimiser en fonction de l’environnement, grâce à un capteur optique tiers disponible dans le commerce (sonde tri-stimulus Spyder)

Il est compatible avec le protocole Control4 SDDP (Simple Device Discovery Protocol) et peut ainsi être facilement intégré dans un système de domotique Control4.

Télécommande JVC

La télécommande reste inchangée par rapport aux générations précédentes, avec son rétro-éclairage jaune. Enfin, signalons que le JVC-DLA X9500 est certifié ISFccc, THX et THX 3D.

 

 

MENUS

Il faudrait un test complet uniquement dédié aux menus pour détailler les possibilités offertes par les ingénieurs JVC à l’utilisateur final. Toutes ses attentes sont en effet satisfaites. Ainsi, aux multiples sélections usine (naturel, film, cinéma, THX, animation, 3D, utilisateur) il convient de rajouter les profils de couleurs susceptibles de servir de base à des réglages utilisateurs.

 

TEST JVC DLA-X9500

Menus mode couleur

Les niveaux RVB ont la possibilité d’être finement optimisés grâce à des ajustements dédiés du Gain et du Bias. Ils peuvent sans cela se satisfaire des réglages de températures prédéfinis. JVC propose également un CMS qui travaille sur les 3 dimensions du Gamut et un éditeur de gamma avec de multiples sélections déjà ajustées en usine.

Le choix de l’espace couleurs est également possible (RGB ou YcbCr 4:4:4 ou 4:2:2). Le mode de calibration automatique à l’aide d’une sonde Spyder et d’un logiciel proposé par le constructeur sur son site est également reconduit.

TEST JVC DLA-X9500

Menu Espace couleurs disponibles x9500

À ces multiples réglages de colorimétrie, il convient de rajouter 121 mémoires ajustées en usine qui doivent permettre de faire correspondre l’image du projecteur au(x) gabarit(s) d’écran que vous utilisez à domicile.

Le MPC (Multiple Pixels Creator) est disponible pour les sources 1080P et 4K (il faudra sélectionner le choix correspondant). Quatre options permettent d’ajuster ses effets (netteté accentuée, contraste dynamique, image lissée et NR [pour réduction de bruit]). Pour aider à la précision de l’image, le X9500 intègre une correction électronique de l’alignement des panneaux qui travaille sur une échelle de 1/16ème de pixel.

 

TEST JVC DLA-X9500

Grille décalage pixels x9500

L’interpolation d’image appelée ici réduction du flou (c’est assez parlant) peut être ajustée de la manière suivante : basse, haute, ntsc1080p24 ou désactivée. La première nouveauté de ce X9500 se retrouve dans cette partie avec l’apparition d’un nouveau menu appelé « Faible latence » qui lorsqu’il est activé vient abaisser le temps de retards entre la source et le diffuseur. Cette option est principalement dédiée aux Gamers.

 

TEST JVC DLA-X9500

Menu latence x9500

La seconde nouveauté des menus c’est le mode dédié HDR avec le support des gamma HDR10 et HLG (Hybrig Log gamma). Il est également possible de sélectionner les espaces de couleurs prévus pour les images HDR : BT2020 et DCI.

Nous verrons dans la partie technique si cette nouvelle fonction est aussi « user friendly » que l’annonce le constructeur.

TEST JVC DLA-X9500

Menu HDR

Pour accroître le contraste natif du X9500, vous disposez de deux options : un iris dynamique qui travaille en mode auto 1 et 2 et un iris fixe qui vient réduire en permanence le flux lumineux. Son fonctionnement est particulièrement discret ; un des meilleurs du moment.

Faute de pack 3D livré par le constructeur avec le projecteur de test nous n’avons pu évaluer cette partie, et à vrai dire nous n’envisageons plus de tester cette caractéristique vu la tendance actuelle du marché à l’abandon de la 3D.

 

 

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement :

Nous avons mesuré 30db en mode lampe basse (limite de notre appareil de mesure) et 42db en mode lampe haute (projecteur sur table basse, sonomètre positionné à 0,5 m et à même hauteur).

HDMI Handshake et problème de gestion des formats :

Le principal reproche formulé aux vidéoprojecteurs JVC concerne la lenteur de la synchronisation HDMI. C’est malheureusement encore une fois le cas avec ce modèle  ; il faut supporter un écran noir qui dure de 10 à 16 sec quand on change de modes ou d’entrées. Aucun autre modèle ne met autant de temps à afficher une image et à la longue ça peut agacer !

Netteté/Piqué :

TEST JVC DLA-X9500

Mire de netteté sans menu x9500

JVC maintient depuis des années maintenant un effort particulier sur la qualité de ses optiques et cela ne change pas avec le X9500 qui nous offre les meilleurs résultats obtenus en termes de piqué et de netteté sur nos mires de précision. Ce nouveau JVC surclasse les Sony et Epson sans aucune difficulté et cela se ressent concrètement à l’image. Vous pourrez par ailleurs voir sur nos photos comparatives en confrontation avec un DLP 4K que cet appareil à trois matrices n’a pas à rougir.

TEST JVC DLA-X9500

Mire de nettété dvdo x9500

 

La précision d’image est exceptionnelle et elle est encore renforcée par la profondeur de champ. Cette netteté se retrouve dans les découpages des lettres au centre et sur les bords de l’écran. Le X9500 n’est certes pas donné mais nous sommes tentés de dire qu’on en a pour son argent.

MPC (E-shift simulation) :

La différence obtenue entre l’image avec ou sans simulation 4K est toujours aussi difficile à percevoir. Nous vous prenons à témoin en plaçant si dessous quelques images comparatives, où les nuances sont vraiment subtiles.

 

TEST JVC DLA-X9500

Mad max visage 4k désactivé

TEST JVC DLA-X9500

Mad max visage 4k activé

TEST JVC DLA-X9500

4k versus 2k jvc x9500

 

Nous avouons toutefois une préférence pour la version sans E-shift.

 

 

Fluidité (CMD Clear Motion Drive) :

A l’image des bons résultats relevés sur la génération précédentes (X5000/X7000/X9000), la fluidité est un vrai bonheur et le judder entièrement supprimé ; cette option est également disponible avec les programmes 4K.

Input lag (Jeux vidéo) :

Le défaut de la génération précédente pour laquelle nous avions mesuré des temps de retard allant de 130 à 193ms est maintenant corrigé. Une option baptisée « Faible latence » vient faire passer la mesure d’input lag de 123 ms à 36.6 ms. Un net progrès ! Les gamers vont enfin pouvoir envisager de jouer sur du projecteur D-ila en bénéficiant de la force de leur contraste et ainsi profiter des jeux particulièrement sombres et torturés. C’est donc un très bon point pour le constructeur qui vient faire disparaître une des rares faiblesses de ses modèles à succès. Cela démontre qu’il est à l’écoute des utilisateurs.

TEST JVC DLA-X9500

input lag x9500

Artefact/bruit vidéo/uniformité :

La luminosité en progrès peut s’accompagner (suivant les modes images sélectionnés) d’un bruit vidéo résiduel qui dépend de votre réglage de netteté et de votre sélection de luminosité.

L’uniformité est optimale, sans aucune trace de coins lumineux ou de point chaud (hot spot) sur notre exemplaire de test.

JVC DLA-X9500

Uniformité et shading x9500

Overscan :

Aucun souci sur ce point : notre mire Iscan 4K présente tous ses caractères à l’image, preuve de l’absence de rognage.

 

TEST JVC DLA-X9500

Mire d’overscan JVC X9500

Luminosité/contraste :

Nos mesures de luminosité ont été prises dans le plan de l’écran, senseur orienté vers le projecteur à l’aide d’un luxmètre dans une salle non-dédiée (un salon classique aux murs clairs).

Pour le contraste, notre sonde était placée à 50 cm du bloc optique du DLA-X9500, capteur orienté vers le projecteur et non vers l’écran. Cette configuration vise à mesurer les performances du projecteur et non celles de nos deux écrans de tests (Lusocreen Home cinéma et Daylight).

Notre configuration de test ne permet pas d’obtenir un contrôle complet de la lumière à l’image de ce qu’il est possible de faire dans une salle de cinéma dédiée. Armés de ces informations, vous pourrez constater que malgré tout les performances en termes de contraste et de luminosité sont excellentes, bien au-dessus de tout ce que nous avons pu mesurer jusqu’à présent! Les chiffres donnent le tournis mais au-delà des mesures toutes ces caractéristiques se retrouvent dans l’image.

Le tableau ci-dessous reprend l’ensemble de nos relevés. Même en mode lampe bas, la luminosité avoisine les 1000 lumens et ce avec un contraste natif qui atomise la concurrence.

TEST JVC DLA-X9500

CONTRASTE ET LUMINOSITE JVC DLA-X9500

Saluons au passage la bonne gestion de l’iris dynamique dont la mise en œuvre ne s’accompagne pas d’effets visuels de pompage (baisse de la luminosité perceptible) pendant le film. On applaudit également la présence de l’iris fixe pouvant contenir la puissance lumineuse en la ramenant le plus précisément possible aux valeurs de calibration que vous aurez déterminées.

 

 

Colorimétrie :

SDR

Nous avons mesuré les résultats colorimétriques des modes images suivants : FILM, CINEMA, NATUREL, ANIMATION, HDR et THX.

Pour visionner des Blu-ray, les sélections NATUREL, THX sont les plus adaptées ; en passant aux modes FILM et CINEMA, les valeurs s’affirment plus larges que celles de l’espace couleurs HDTV.

 

TEST JVC DLA-X9500

SPACE COULEURS HDR JVC DLA-X9500 REFERENCE REC2020

 

Toutefois, en basculant la référence DCI-P3, le constat est que le X9500 n’arrive pas à couvrir l’ensemble de ce Gamut et encore moins celui BT2020 et ce même dans le mode HDR.

TEST JVC DLA-X9500

THX CIE

test JVC DLA-X9500

THX RVB GAMMA

 

HDR :

En HDR, si nous saluons l’activation maintenant automatique du mode de couleurs et gamma adapté dès la détection d’un signal correspondant, ce n’est pas encore la panacée. En effet, que ce soit avec notre Xbox One S ou l’Oppo 203, les noirs HDR restent bouchés.

 

TEST JVC DLA-X9500

space couleurs HDR référence DCI-P3 JVC X9500

 

 

TEST JVC DLA-X9500

hdr rvb gamma

 

Il faut jouer des réglages de contraste et de luminosité. En fonction de l’encodage du UHD BR, c’est vraiment compliqué puisque les films ne sont pas configurés avec le même niveau d’écrêtage. Le X9500 est bloqué à 2000 nits.

Un ajustement personnalisé des niveaux de noirs et du blanc est obligatoire. Au final, si le SDR ne nécessite pas ou peu de calibration, il n’en va pas de même pour le HDR.

 

 

IMPRESSIONS SUBJECTIVES LAISSÉES PAR L’IMAGE DU JVC DLA-X9500

Appuyés par des photos d’écran de l’image projetée par le DLA-X9500 nous allons essayer de vous faire partager le bonheur visuel que nous avons ressenti après quelques jours passés avec le fer de lance de la nouvelle gamme JVC.

 

test JVC DLA-X9500

SICARIO 1080P

Dire que les vidéoprojecteurs JVC sont les champions incontestés du contraste natif devient un lieu commun. Mais pour ceux qui parmi vous ont un tant soit peu d’expérience de la vidéoprojection vous savez à quel point ce facteur est important. Il vient générer une sensation de profondeur et de densité dans l’image particulièrement agréable. Lorsque vous regardez une scène nocturne avec un appareil comme le X9500, vous obtenez des noirs profonds et toujours détaillés avec en parallèle une superbe mise en évidence des parties lumineuses de l’image. C’est là toute la force des DLA depuis des années et cette impression est maintenant renforcée par une dynamique retrouvée grâce au choix de lampe différent.

test JVC DLA-X9500

SICARIO LARGE x9500

Concrètement, quel que soit le film que vous lui donnerez à diffuser ‒–une œuvre comme Mad Max Fury Road aux couleurs éclatantes et avec beaucoup de scènes de désert ou un film aux teintes plus sombres comme Fury vous obtiendrez toujours la meilleure restitution possible.

TEST JVC DLA-X9500

lucy hopital

Avec les DLP vous aurez des appareils champions du piqué, de la netteté et du contraste Ansi mais des faiblesses dans le contraste natif  ;avec les LCD ou SXRD vous aurez de belles couleurs et de la luminosité mais une précision d’image moins bonne. Le JVC X9500 est un appareil sans compromis sur tous les critères d’évaluation de l’image : Piqué, netteté, fluidité, luminosité, contraste : tout est là à l’image sans faiblesses !

 

 

 

COMPARAISON ACER V9800/BenQ W11000 (DLP 4K) versus JVC DLA-X95000

 

Sachant que vous êtes friands des comparaisons, nous avons donc effectué quelques montages photos à partir des mêmes scènes issues de Lucy, Mad Max et Sicario pour jauger des principales différences entre un vidéoprojecteur DLP 4K et le JVC DLA-X9500.

TEST JVC DLA-X9500

Comparatif ACER V9800 versus JVC DLA-X9500

En matière de piqué sur les plans large, même si les résultats sont très proches, le DLP va plus loin en terme de précision : Regardez ce zoom sur les rochers de cette scène de Lucy où les détails des pierres et des feuilles et ceux des arbres sont plus finement reproduits sur le V9800.

 

TEST JVC DLA-X9500

Comparatif rochers acer v9800 jvc x9500

Si on examine ensuite le contraste et la profondeur d’image, le X9500 démontre toute sa supériorité, malgré un contraste Ansi supérieur sur le DLP. Le JVC affiche une densité, une dynamique et une profondeur d’image bien meilleures que le DLP qui, pour le coup, ne peut lutter en comparaison côte à côte.

BENQ W11000 versus JVC DLA-X9500 4K

BENQ W11000 versus JVC DLA-X9500 4K

Nous entendons déjà les grogneurs habituels rétorquer que le X9500 ne pourra pas s’exprimer dans un environnement non dédié ; je les invite à vérifier une nouvelle fois nos mesures de luminosité et de contraste obtenues dans ce type d’environnement. Pour paraphraser Star Trek, le X9500 nous emmène dans des territoires jamais explorés en matière de contraste !

COMPARATIF VISUEL HDR versus SDR ET 1080p versus 4K

Enfin nous achevons notre tour d’horizon du JVC DLA-x9500 en vous montrant quelques montages photos qui opposeront sur les mêmes scènes des films 4K SDR et 4k HDR et des extraits des mêmes films en 1080p et en 4K simulée.

 

 

CONCLUSION

C’est du grand art, avec une image cinéma délivrée par le X9500 à laquelle nous n’avons absolument rien à reprocher. Nous tenons d’ailleurs à nous positionner fermement sur la qualité de l’image de ce vidéoprojecteur exceptionnel en lui décernant non pas un mais deux Gold Awards PJHC.FR !

Certes il n’est pas donné et il est toujours aussi lent à se synchroniser mais, une fois cela écrit, dès que l’image apparaît sur votre écran ce n’est que du pur bonheur !

Si pour vous la qualité de l’image ne supporte aucun compromis et que vous disposez du budget correspondant, nous ne serions trop vous recommander d’envisager l’achat de ce nouveau DLA-X9500 qui pourrait se voir décerner le titre de fournisseur de bonheur cinématographique à domicile.

 

Gold-Award-pjhc-projection-homecinema-fr

Nous avons aimé :  

  • Une image cinéma sublime,
  • La luminosité
  • Le contraste
  • La précision (netteté, piqué)
  • La fluidité
  • La discrétion de fonctionnement en mode lampe bas

Gold-Award-pjhc-projection-homecinema-fr

Nous regrettons :

  • Le prix
  • Le bruit de fonctionnement en mode lampe haut
  • La lenteur de la synchronisation HDMI

 

 

Caractéristiques techniques du vidéoprojecteur JVC DLA-X9500 :

  • Matrice : D-ILA Full HD 0.7’’ (1920×1080)
  • Technologie e-shift4 4K : Oui
  • Résolution : 3840 x 2160*1
  • Objectif : Zoom x2 et mise au point : motorisés; f=21.4-42.8mm / F3.2-4
  • Décalage d’objectif : ±80% sur l’axe vertical et ±34% sur l’axe horizontal (motorisé)
  • Protège-objectif : Oui
  • Taille de projection : 60’’ – 200’’ (diagonale)
  • Lampe : NSH 265W (durée de vie de la lampe : environ 4 500 heures en mode basse consommation
  • Luminosité : 2000 lumens
  • Rapport de contraste : Natif : 160 000:1 / Dynamique : 1 600 000:1
  • Connecteurs d’entrée HDMI :  2 (3D/Deep Colour/HDCP2.2)
  • Connecteurs de sortie Déclencheur :  1 (Mini jack, DC12V/100mA)
  • Sync. 3D : 1 (Mini DIN 3 broches)
  • Connecteurs de commande  RS-232C : 1 (sub-D 9 broches)
  • Connecteurs de commande LAN (RJ-45) : 1

Signal d’entrée vidéo (numérique) :

  • 480p, 576p, 720p 60/50, 1080i 60/50,1080p 60/50/24,
  • 3840 x 2160p 60/50/30/25/24,
  • 4096 x 2160p*2 60/50/30/25/24

Signal d’entrée PC (HDMI) :

  • VGA/SVGA/XGA/WXGA/WXGA+/SXGA/WSXGA+

Format 3D :

  • Frame packing : 720p 60/50, 1080p 24
  • Side by side : 720p 60/50, 1080p 60/50/24, 1080i 60/50
  • Top & bottom : 720p 60/50, 1080p/24

Divers :

  • Consommation : 380W (veille en mode normal : 1.5W, Économie : 0.4W)
  • Niveau sonore du ventilateur : 21dB (avec la lampe en mode basse consommation)
  • Alimentation : AC 110V-240V, 50/60Hz
  • Transmetteur (PK-EM2) + 2 paires de lunettes 3D offertes (PK-AG3),
  • Dimensions : (LxHxD) 455 x 179 x 472 mm
  • Poids (net) :  15,6 Kg

Accessoires en option :

  • Lampe : PK-L2615U
  • Émetteur RF 3D : PK-EM2
  • Lunettes RF 3D : PK-AG3
JVC DLA-X9500

JVC DLA-X9500

TEST JVC DLA-X9500
En février 2017, le JVC DLA-X9500 prend la tête des meilleurs vidéoprojecteurs home cinéma actuels. Si vous êtes un puriste de l'image et n'êtes prêt à aucune concession, le JVC DLA-X9500 vous tend les bras. Contraste, luminosité, netteté, fluidité, etc.... rien ne manque à l'appel.
Qualité d'image globale100%
Contraste et luminosité100%
Piqué, netteté et fluidité100%
Colorimétrie95%
Menus, options, équipement100%
Facilité de placement et utilisation98%
99%Note Finale

Articles similaires

27 Réponses

  1. Liwon

    Encore une fois Un jvc à lampe classique qui vient coiffer les autres prétendants avec des roue à phosphore, à laser etc…
    Quel va être le test avec le DLA-Z1 ????!!!!!!!
    Merci encore une fois pour ce test très poussé,
    Je ne vais pas tarder à fourguer mon vieux Jvc X3 après de bonnes et loyales séances de cinéma !!!

    Répondre
  2. Kanfr25

    Bonjour
    Merci pour ce test. Toutes vos interventions sont essentielles pour l’amateur que je suis, une aide indispensable pour faire un choix….
    Très intéressé par le SONY 550, le test de ce JVC me fait douter…… Comment choisir un vidéoprojecteur sans compromis pour une salle non dédiée??
    Bien à vous

    Répondre
    • Grégory
      Grégory

      Comme je l’ai écrit, si vous n’acceptez aucun compromis et bien c’est le X9500 qu’il faut choisir. Le VW550 est bien loin d’atteindre son niveau de contraste.

      Répondre
      • Kanfr25

        Merci pour votre réponse et l’attention que vous accordez à nos sollicitations …. j’ai bien pris note de votre remarque !
        Néanmoins il est vraiment dommage de ne pas avoir un vidéoprojecteur JVC réellement 4K!

  3. wallaswilliam

    Bonjour,

    Je vous remercie pour ce test mais j’ai quelques petites remarques…

    – Vous comparez le ACER V9800 qui est 4499€ contre un projecteur qui est 8999€. Pourquoi ne jamais comparer ce qui est comparable et dans le même tarif. Souvent je trouve que vos tests manquent d’objectivité à ce niveau là. Dans ce cas là, je pense qu’avoir un meilleur piqué au détriment d’un moins bon contraste pour 2 fois moins chère fait réfléchir…

    – Quand au comparaisons, là aussi, quand est-il d’un films en 4K natif, non pas d’un film 1080p ? Avez-vous fait le test face aux autres concurrent?.

    Répondre
    • Grégory
      Grégory

      Le Test comparatif avec un DLP répond à des demandes formulées sur le forum par nos lecteurs.
      Pour votre seconde remarque, relisez bien le Test je pense que vous êtes passés à côté de la partie que vous réclamez.

      Répondre
  4. wallaswilliam

    Merci pour votre réponse.
    Malheureusement j’ai relus le test mais je ne vois pas la comparaison d’un contenu 4K natif vis à vis d’autres concurrents. Uniquement le test 4K sur le JVC et ces différents mods. Vous parlez de comparaison des films Lucy, Mad Max et Sicario mais aucune infos sur leurs résolution de test.

    Concernant la demande des utilisateur, je comprends qu’ils sont intéressants mais il faudrait stipuler le prix également afin de se rendre compte de quoi on parle.

    Bonne continuation.

    Répondre
    • Grégory
      Grégory

      Allez jeter un coup d’œil dans la partie « COMPARAISON ACER V9800/BenQ W11000 (DLP 4K) versus JVC DLA-X95000 ». Il y a simplement une erreur dans le montage photo, le cliché de SICARIO 4K est en version non HDR et pas HDR.

      Ensuite l’objet de cette comparaison concerne les performances comparées DLP avec simulation 4K versus DLA avec simulation 4K. Il n’y a pas de critère de prix. Nos lecteurs qui ont lu les bancs d’essai de ces projecteurs connaissent bien leurs tarifs et si jamais ils l’ignorent les hyper liens présents dans le test du X9500 permettent d’y avoir directement accès.

      Répondre
  5. Luc Otten

    Bravo pour tous vos tests toujours aussi bien menés ! Je me réjouis de lire le test du X5500 qui est sur ma shopping list avec si possible les réglages recommandés.
    Une question:
    MPC (E-shift simulation) ne semble pas apporter un plus. La source est un film 4K mais est-ce qu’il y a toujours un downsampling 2k suivi du upsampling 4k comme dans d’anciens modèles JVC ?
    Bonne continuation

    Répondre
  6. Luc O

    Bravo pour tous vos tests toujours aussi bien menés ! Je me réjouis de lire le test du X5500 qui est sur ma shopping list avec si possible les réglages recommandés.
    Une question:
    MPC (E-shift simulation) ne semble pas apporter un plus. La source est un film 4K mais est-ce qu’il y a toujours un downsampling 2k suivi du upsampling 4k comme dans d’anciens modèles JVC ?
    Bonne continuation

    Répondre
  7. Pascal

    Bonjour ,

    J’ai vu sur le site de JVC France le Projecteur D-ILA 4K Natif , ça doit être quelque chose si meilleur que le DLA-X9500 !!! Avez vous prévu un test ? J’ose mm pas imaginer son prix mais ne soyons pas vulgaire !

    Répondre
  8. Pascal

    Dites moi Grégory , le Epson lazer simulation 4 k est toujours votre référence absolue au jour d’aujourd’hui ?

    Répondre
  9. Pascal

    Juste par curiosité Grégory , , selon votre experience et mise à part la difference de prix , vous seriez plus JVC DLA-Z1 ou Sony VPL-VW5000ES ??? Quoiqu’il en soit dans les deux cas j’imagine que le resultat doit être grandiose , dément , monstrueux … un truc de dingue quoi ! 😱

    Répondre
      • Pascal

        Ah Ben Oui effectivement , ça ne sert à rien de tel projos pour une base d’image inférieur à 3m ! En tout cas Merci pour vos réponses et surtout pour le travail que vous faites 😜👍🏽

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :