TEST EPSON EH-LS10500


 

En ces derniers jours de décembre et plus précisément, cette journée spéciale qu’est Noël, nous vous proposons de conclure cette année 2016 placée sous le signe de la vidéoprojection 4K avec le banc d’essai de l’EPSON EH-TW10500 et de profiter de la présence du BenQ W11000 pour effectuer quelques comparaisons entre ces deux vidéoprojecteurs qui simulent une image 4K avec leurs matrices qui ne sont pas de résolution UHD ou 4K à contrario des SONY VPL-VW300/320/500/520/550.

Le vidéoprojecteur Epson EH-LS10500 succède à l’EH-LS10000 de 2015 que nous avions classé comme meilleur diffuseur frontal de l’année à l’époque. Cette nouvelle version ajoute de légères modifications dont la compatibilité HDR. Ce nouveau LS10500 ne représentant qu’une mise à jour HDR du LS10000, nous avons emprunté des passages de la présentation du LS10000 pour vous décrire le nouveau modèle.

 

PRÉSENTATION

 

EPSON EH-LS10500

EPSON EH-LS10500

Petit rappel en préambule sur la double source lumineuse laser qui équipe les LS10000 et LS10500 :

La première diode laser de couleur bleue prend en charge la couleur bleue et la seconde diode laser après avoir également transité par une roue chromatique produit une lumière jaune décomposée ensuite en rouge et vert par un prisme dichroïque. Quels sont les avantages de cette solution technique ? Tout d’abord la longévité, alors qu’une lampe UHP classique est annoncée avec une durée de vie de 2000 à 3000 heures et une perte importante de la luminosité au fil du temps, la source laser de l’EH-LS10500 est conçue : pour 17000 heures en mode pleine puissance, 26000 heures en mode moyenne puissance et 30000 heures en mode économique. Ainsi, dans cette dernière configuration en vous servant de ce projecteur tous les jours pendant 4 heures, vous avez devant vous une utilisation de vingt années avant épuisement. Second avantage du laser, la stabilité des couleurs et la dynamique dans le temps, alors qu’une lampe UHP perd rapidement de la puissance dans le rouge, le laser doit permettre une meilleure tenue de la luminosité au fur et à mesure de son utilisation. Le contraste avec une source laser est présenté comme infini, tout simplement parce qu’il est possible de diminuer en temps réel l’intensité des lasers en annihilant toute lumière résiduelle (mais cela ne vaut que pour une image totalement noire, qui vous le conviendrez ne se présente pas souvent dans un film).

 

DISPOSITIF LASER EPSONLa technologie de projection laser offre également la possibilité de bénéficier d’un espace de couleurs plus large que celui de la HDTV classique (DCI ou Adobe RGB).

EPSON a équipé son second vidéoprojecteur laser de ses panneaux LCD-R 0,74 de type R-HTPS (R pour réflectif) de la seconde génération.

Contrairement aux LCD classiques la lumière ne vient pas traverser mais rebondir sur les panneaux à l’image des technologies SXRD ou D-ILA. Les bénéfices sont importants, un fill factor (taux de remplissage de l’image) supérieur à ceux des LCD transmissifs (on dépasse les 90 %), aidé par la technologie deep black du constructeur le taux de contraste natif est annoncé avec maximum de 100 000:1.

Le LS10500 n’est pas vraiment un vidéoprojecteur 4K, il est compatible avec les signaux UHD et 4K HDR mais vient simuler une image UHD à partir de matrices LCD-R de résolution 1080P. Pour vulgariser la technique employée, les ingénieurs d’ EPSON ont utilisé un verre spécial avec un indice de réfraction variable entre les trois panneaux LCD et la lentille. Il décale la lumière en transit avec un décalage vers la droite et vers le haut. L’écart correspond ainsi à un demi pixel. Cette astuce va ainsi créer l’illusion d’une multiplication des pixels en produisant l’effet d’une image 4K.

Mais ne nous y trompons pas il s’agit bien d’une illusion et non d’une vraie matrice 4k.

TOUR PHYSIQUE DE L’APPAREIL

Rien ne vient distinguer le LS10000 du LS10500, si ce n’est le logo placé sur le dessus de sa coque avec sa référence. Magnifique, solide, imposant, anthracite et futuriste sont les qualificatifs qui viennent directement à l’esprit en découvrant et en déballant ce diffuseur laser. Seule une version noire est disponible et le constructeur n’annonce pas de déclinaison blanche. Avec ses 17 kilos sur la balance il faudra envisager une installation plafond avec des chevilles adaptées.

TEST EPSON EH-LS10500

LOGO EPSON EH-LS10500

En parlant d’installation, avec son bloc optique entièrement motorisé, son lens-shift vertical et horizontal (90% vers le haut ou vers le bas et 40% à gauche ou à droite), sa focale de type courte (rapport de zoom de 2,1X), le LS10500 trouvera sa place dans la majorité des environnements. Il est possible avec un recul de 2m83 d’obtenir une base d’image de 2m50. La motorisation de l’optique doit également permettre d’éviter tout souci de perte du focus recensée sur les anciens projecteurs de la marque.

Le verre de l’optique est protégé par un cache escamotable électriquement à l’allumage ou à l’extinction de l’appareil. La mise en route et l’extinction sont quasiment instantanées sans préchauffage (20 secondes avant d’obtenir la pleine puissance lumineuse). Pour terminer le tour de l’optique rappelons, la présence d’un dispositif de mémoire de zoom permettant, par l’appui sur une touche, de faire appel à des positions et des formats d’images préalablement sauvegardés.

La coque particulièrement épaisse est conçue pour laisser filtrer le moins de bruit possible et cette architecture remplit parfaitement son rôle avec un projecteur dont le fonctionnement est quasiment imperceptible.

Le panneau de connectique est situé à l’arrière de l’appareil et protégé par un cache amovible qui permet de dissimuler toutes les arrivées de câbles. Deux prises HDMI 2 sont présentes dont une est HDCP 2.2. la seconde est classique.

A côté des entrées numériques, nous trouvons une interface réseau (LAN), 1 entrée VGA, 1 mini-USB destinée à la maintenance, 1 entrée composante, 1 entrée composite, 1 prise RS-232C.

 

epson EH-LS10000Le projecteur se pilote grâce à une télécommande rétroéclairée qui reste identique dans sa forme et son ergonomie à celle des modèles home cinéma du constructeur. Sur une des faces de l’appareil un tiroir escamotable offre l’ accès aux commandes déportées en cas de défaillance de la télécommande.

Télécommande et lunettes 3D EPSON

Télécommande et lunettes 3D EPSON

Le LS10500 est également un vidéoprojecteur 3D qui dispose d’un convertisseur 2D/3D. Le dispositif d’émission du signal qui vient commander les lunettes 3D RF de la marque (deux paires sont livrées avec l’appareil) est totalement intégré à l’appareil.

Il est commercialisé en France depuis le mois de décembre 2016 uniquement par un réseau de commerçants agréés par EPSON au prix public recommandé de 7390€. Sa garantie est de 36 mois.

 

LES MENUS

 

A côté des réglages classiques de contraste, luminosité, netteté, température, le LS-10500 nous offre la possibilité d’ajuster précisément les niveaux RVB, le gamma (avec un éditeur), l’espace couleurs de l’image, un sélecteur de Gamut est également disponible (rec709, DCI-P3, REC2020).

 

Menu EPSON EH-LS10500

Menu EPSON EH-LS10500

 

Nous n’en attendions pas moins d’un vidéoprojecteur labellisé ISFccc. Si vous ne disposez pas de sondes de calibration, les ingénieurs qui ont travaillé sur cet appareil ont ajusté différents modes de couleurs sélectionnables dans le menu image. Ils sont énumérés de la manière suivante en 2D et liaison HDMI :

DYNAMIQUE

CINEMA LUMINEUX

NATUREL

CINEMA

CINEMA NUMERIQUE

ADOBE RGB

et 3 modes pour la 3D.

Les nouvelles fonctions HDR ont été empruntées aux modèles TW7300 et TW9300 déjà testés dans nos colonnes.

TEST EPSON EH-LS10500

MENUS HDR EPSON EH-LS10500

En 1080p vous aurez accès au dispositif d’accroissement de la netteté propre à EPSON, la super résolution qui est proposée avec 5 niveaux d’ajustement et un mode off. Toujours en 1080p, vous pourrez régler l’aide à la fluidité (par interpolation d’images) sur 3 niveaux (bas, moyen et haut).

La puissance lumineuse peut être ajustée sur trois niveaux: ECO/MOYEN et HAUT en complément un iris dynamique et un iris fixe viendront renforcer le contraste.

Non seulement les ingénieurs d’EPSON ont tout prévu pour ajuster le plus précisément possible l’image mais ils ont également pensé à offrir à l’utilisateur une large possibilité de stockage à l’aide de blocs mémoires dédiés (10).

Passons maintenant à la partie simulation 4K. Cette option est disponible dans le menu SIGNAL juste en dessous de l’interpolation d’images. Elle est appelée Super Résolution/4k. Dans une liste déroulante, plus d’une dizaine de sélections est offerte, 5 dédiées uniquement à la super résolution en 1080p et 5 autres à la simulation 4K en conjonction avec la super résolution. Le passage en mode 4K ne donne plus accès à l’aide à la fluidité ainsi qu’à la 3D.

 

 

 

VERDICT TECHNIQUE

 

Bruit de fonctionnement :

Aucun changement par rapport au LS10000, le LS10500 est un des vidéoprojecteurs les plus discrets du marché, notre sonomètre placé à 50 centimètres n’arrive pas à différencier le bruit ambiant de la pièce du vidéoprojecteur, nous atteignons les limites de nos appareils de mesures. Même en passant le laser en mode moyen le LS10500 ne dépasse pas les 29db.

Piqué/netteté :

TEST EPSON EH-LS10500

Netteté et précision EPSON EH-LS10500

Pour un vidéoprojecteur équipé de trois matrices LCD, les résultats sont excellents, meilleurs que ceux du LS10000 dès la sortie de boîte. Nous n’avons pas eu besoin d’intervenir sur les réglages d’alignement des panneaux.

TEST EPSON EH-LS10500

Alignement panneaux EPSON EH-LS10500

zoom-precision-image-et-alignement-panneaux-epson-eh-ls10500

 

Fluidité :

Le système d’interpolation de trames d’Epson déjà présent sur les précédents projecteurs home cinéma de haut de gamme a été reconduit dans le LS10500 et il se comporte de manière identique. 3 niveaux sont proposés : bas, moyen et haut. Les deux premiers sont parfaits pour les films alors que le mode haut sera plutôt destiné aux programmes sportifs. Par le passé nous avons souvent souligné la qualité des modes d’interpolation d’images proposés par EPSON, c’est encore une fois le cas ici. Malheureusement, ils ne sont disponibles que pour les signaux 1080P. Le traitement 4K où la réception d’un signal 4K natif désactivent l’aide à la fluidité. Avec les signaux 1080p24, le judder revient s’inviter à l’image mais de manière très discrète et nous mettrons plutôt ces ralentissement sur le compte de notre platine de test l’Oppo 203. En effet avec notre Xbox One S c’est beaucoup plus fluide. En revanche le couple EPSON/MICROSOFT ne se marie pas bien car il est impossible d’activer le HDR sur l’Epson avec la console.

Nous avons enfin pu mettre en œuvre notre générateur de mires fixes et animées DVDO 4K aimablement prêté par notre partenaire Sylvain BARTOLI (calibreur ISF/THX). L’une d’entre elles est une vidéo mobile permettant d’évaluer les ralentissements ou judder. La fluidité est exemplaire sur notre modèle de test.

 

Uniformité :

Un fléau de la vidéoprojection LCD qu’elle soit réflective ou transmissive porte l’appellation anglophone de shading. Concrètement un mauvais alignement des trois panneaux LCD est susceptible de générer la présence de dérives colorées, bien souvent rouge ou verte, sur des fonds clairs et unis. Le LS10500 est épargné.

uniformité EPSON EH-LS10500

uniformité EPSON EH-LS10500

 

Input lag :

Le LS10500 n’est pas à probablement parlé un appareil destiné aux Gamers. Une option des menus permet d’améliorer les temps de retard en sélectionnant «rapide» au lieu de «fin». Pour visionner un film et bénéficier de la plus grande précision d’image il faudra sélectionner «fin», le passage en mode rapide dégrade l’image mais améliore le temps de réponse. On passe ainsi de 100 msec. de retard en mode fin à 57.2 msec. en mode «fast» (ce qui est encore loin des valeurs atteintes par les EPSON EH-TW73000 ou TW9300. Le LS10500 est un projecteur home cinéma et uniquement destiné à cet usage.

 

TEST epson EH-LS10500

Input lag fin EPSON EH-LS10500

input-lag-fast

 

 

 

 

 

Contraste et luminosité

 

TEST EPSON EH-LS10500

Avec 1533 lumens mesurés dans le mode dynamique, la puissance lumineuse maximum annoncée par le constructeur est bien au rendez-vous mais avec des couleurs inexploitables en home cinéma.

Dans le mode naturel, qui produit une image avec des couleurs bien ajustées , nous atteignons, avec les laser à pleine puissance, une valeur de 1020 lumens. Ce qui permet d’éclairer, en respectant les recommandations SMPTE, une base d’écran de 3m30 avec une luminance de 16 fL. En abaissant la puissance lumineuse en mode éco. il faudra se limiter à un écran de 2m35 de base.

Le LS10500 intègre également un filtre cinéma qui vient se placer dans le chemin de lumière dès la sélection des modes « cinéma numérique » et « Adobe RGB ». Cette solution technique vise à élargir le gamut du vidéoprojecteur pour le faire correspondre à la référence de l’espace couleurs DCI-P3. En corollaire, lorsque vous placez un obstacle sur le chemin de la lumière, celui-ci entraîne une chute du rendement lumineux.

Bien que ces deux sélections soient prioritairement destinées à la restitution des programmes 4K HDR, la mise en place du filtre de couleurs va limiter la taille d’image disponible pour ce type d’image. C’est un réel problème car l’image apparaît alors trop sombre. Une des solutions consiste à sélectionner un des modes sans filtre comme le mode « naturel » et de « forcer » l’espace couleurs BT2020. Certes, le gamut sera plus réduit mais l’image HDR bénéficiera d’un surcroît notable et appréciable en lumière.

En complément des 3 modes de fonctionnement des laser, le LS10500 dispose également d’un iris fixe et d’un iris dynamique lui permettant de contrôler la luminosité.

Limité par les contraintes environnementale de notre salle non dédiée (salon aux murs clairs), le niveau de noir maximum atteint par le LS10500 est de 0.006 fL. (ce qui déjà excellent) mais avec une luminosité moyenne. Nos valeurs de contraste séquentiel natif avec des couleurs justes ne dépassent pas les 5126:1.

 

COLORIMÉTRIE/GAMMA

En se référant à l’espace couleurs REC709, c’est la sélection usine «naturel » qui offre les meilleurs réglages. En l’absence de possibilités de calibration sélectionnez simplement le mode naturel qui porte bien son nom. Notre diagramme CIE est très proche des références, les écarts de luminance restent limités et le gamma bien positionné.

Le passage au mode cinéma entraîne la mise en place automatique à l’intérieur du projecteur d’un filtre rouge dans le chemin de lumière ; celui-ci entraînera une légère perte de luminosité.

Pour mesurer les deux sélections « cinéma numérique » et « Adobe RGB » nous avons utilisé les valeurs de l’espace couleurs DCI. Encore une fois, les ajustements réalisés en usine sont très bons avec des diagrammes CIE proches des valeurs de références, sans toutefois atteindre les 100% de l’espace couleurs REC2020.

AJOUT DU SUPPORT 4K HDR

 

XMEN APOCALYSPE UHD BR EPSON EH-LS10500

XMEN APOCALYSPE UHD BR EPSON EH-LS10500

Nous ouvrons une partie dédiée à la principale nouveauté ajoutée par EPSON à son LS10500 par rapport au modèle de 2015 (LS-10000) : le support HDR.

Cette nouvelle version du LS10000 dispose de réglages de gamma adaptés aux signaux HDR (HDR1 1 à 500, HDR2 1 à 1000, HDR3 1 à 4000, et HDR4 1 à 10000). Ces sélections doivent correspondre aux niveaux de luminosité actuels et futurs susceptibles d’être reproduits par une image HDR (actuellement l’encodage se fait de 1 à 1000).

Pour la gestion du gamma du HDR, le LS10500 intègre donc un mode automatique ou 4 modes sélectionnables manuellement (HDR1 1 à 500, HDR2 1 à 1000, HDR3 1 à 4000, et HDR4 1 à 10000). La plupart de nos BR UHD sont actuellement encodés pour pouvoir restituer les niveaux de 0 à 1000 cd/ m² (donc HDR2). Le mode automatique fonctionne bien et se commute directement sur la bonne sélection dès la détection d’un signal HDR.

 

TEST EPSON EH-LS10500

MENUS HDR EPSON EH-LS10500

 

Pour afficher une image HDR –nous l’avons expliqué dans notre article consacré au rendu HDR sur un vidéoprojecteur compatible il faut de la lumière, beaucoup de lumière : « Pour un téléviseur 4K, les préconisations HDR sont de 1000 nits ! A titre d’exemple pour atteindre cette valeur un vidéoprojecteur devrait être capable d’afficher 300 fL soit une luminosité équivalente à 15 000 lumens !

Les recommandations de Dolby Vision pour le cinéma (le concurrent du HDR) se limitent à 32 fL, soit 1500 lumens en permettant des tailles d’images allant jusqu’à 3 mètres de base.

Vous l’aurez compris pour afficher une image HDR dans de bonnes conditions, il faut de la lumière, beaucoup de lumière et c’est bien là que le bât blesse avec le LS10500 et ses 2 modes dévolus à la restitution des signaux 4K qui atteignent péniblement les 900 lumens avec les lasers à leur puissance maximum. Nous sommes bien loin des 1600 lumens proposés par un TW7300 !

2 solutions pour pallier cette limitation, soit faire abstraction des sélections « cinéma numérique » et « Adobe Rgb » pour travailler avec les modes couleurs les plus lumineux ou alors réduire vos ambitions de taille d’écran.

Bref, encore une fois, nous sommes dans le bricolage face à une image High Dynamic Range dont nous cherchons encore visuellement la dynamique !

Nous vous plaçons ci-dessous quelques exemples visuels de ce qui est décrit ci-dessus pour vous rendre compte de l’effet des différentes sélections HDR sur l’image projetée par L’Epson EH-LS10500.

 

Sélection HDR1 EPSON EH-LS10500

Sélection HDR1 EPSON EH-LS10500

Sélection HDR2 EPSON EH-LS10500

Sélection HDR2 EPSON EH-LS10500

UHD Blu-ray SICARIO sans activation du HDR EPSON EH-LS10500

UHD Blu-ray SICARIO sans activation du HDR EPSON EH-LS10500

 

ll est facile de percevoir sur ces clichés l’influence du HDR sur la dynamique d’image avec une baisse notable de la luminosité. Pour le prochain modèle, les ingénieurs d’Epson devront penser à améliorer le rendement lumineux des laser.

 

CONCLUSION

 

En 2015, le LS10000 avait remporté tous nos suffrages et sa désignation comme meilleur projecteur de cette année. En effet, à l’époque les sources 4K HDR n’existaient pas. En 2016, la situation a changé, les Blu-ray 4K HDR sont de plus en plus nombreux ainsi que les platines. Dans ce contexte, le simple ajout du support de l’HDR sur un LS10000 simplement renommé LS10500 ne suffit pas à lui permettre de conserver sa couronne. Le LS10500 a certes conservé les qualités visuelles de son aîné mais il pâtit maintenant, d’une luminosité restreinte qui ne lui permet pas d’exprimer toute la force d’une image 4K HDR. A plus de 7000€, il est déjà dépassé visuellement par le BenQ W11000 qui est loin d’offrir toutes les options qui équipent le LCD-R laser. Dans quelques semaines, le LS10500 va se retrouver en concurrence avec les premiers DLP 4K HDL chez Optoma, Acer et BenQ. A nos yeux, il ne représente, qu’un appareil de transition. Nous espérons une réponse adaptée des ingénieurs d’Epson à ce manque de dynamique dont souffre le LS10500.

Nous avons apprécié :

  • La qualité d’image

  • La netteté

  • La fluidité

  • Le contraste

  • Une colorimétrie utilisable dès la sortie de boîte

  • La discrétion de fonctionnement

  • Le bloc optique entièrement motorisé.

     

 

Nous regrettons :

  • Une version sans réelle nouveauté par rapport au LS10000,
  • Une luminosité trop juste pour des images HDR.

 

 

TEST EPSON EH-LS10500
Une année s'est écoulée depuis la sortie du LS10000 et, le LS10500 vient combler une lacune du modèle de 2015 en proposant cette fois le support des signaux 4K HDR. Malheureusement cette mise à jour est réalisée sans augmentation de la luminosité. Cette caractéristique rend le LS10500 moins attractif que des modèles comme les JVC DLA-X5000 ou X7000 ou encore la nouvelle génération de projecteurs home cinéma d'Epson (TW7300/TW9300) bien mieux armés pour restituer les films 4K HDR grâce à leur puissance lumineuse plus élevée. L'EPSON EH-LS10500 reste toutefois un excellent vidéoprojecteur home cinéma parfaitement conçu et proposant une superbe image.
QUALITE D'IMAGE GLOBALE98%
CONTRASTE ET LUMINOSITE95%
PIQUE, NETTETE ET FLUIDITE100%
COLORIMETRIE95%
MENUS, OPTIONS, EQUIPEMENT100%
FACILITE DE PLACEMENT ET UTILISATION100%
98%Note Finale

7 Réponses

  1. Syl C

    @Grégory re
    est ce que avec ce style de vp, peut on arrosé une grande base (+3.50m) ? car vu les lumens ! on dépasse même pas les 1000 lumens.

    excellent boulot, comme d’habitude 😉

    Répondre
  2. Vincent

    Bonsoir, pour les possesseurs du LS10000 ne pensez vous pas qu’Epson pourrait finir un upgrade (logiciel ou matériel à l’image de ce que fait Devialet pour ses amplificateurs ? Devialet permet pour 20% du prix de voir son matériel upgradé. Ce qui est écologiquement responsable et revient moins chers aux clients de la Marque.
    Est ce techniquement possible en ce contexte ou la seule réelle améliooration est la compatibilité HDR ?

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :