TEST BENQ W11000

Le titre de cet article pourrait être placé sous l’exclamation qui a accompagné la découverte de l’image du BenQ W11000 tout au long de ces heures passées avec le premier vidéoprojecteur home cinéma équipé de la nouvelle puce 4K de Texas Instruments. Cette phrase je vous la livre telle quelle « Je n’ai jamais vu ça auparavant ! » et les membres de ma famille présents à proximité de la salle de projection l’auront entendue à maintes reprises.

Nous n’avons pas coutume sur PJHC.FR de dévoiler nos conclusions dès l’entame des bancs d’essai mais c’est encore tout chamboulé par le degré de précision offert par l’image de ce phénix de la vidéoprojection que nous avons commencé à rédiger ces lignes.

Gardez bien à l’esprit en découvrant les commentaires, mesures et photos que nous entrons dans une ère nouvelle de la jeune histoire de la vidéoprojection avec ce premier diffuseur frontal DLP 4K.

BENQ W11000

BENQ W11000

 

PRÉSENTATION

En février 2016, à l’occasion de la couverture du salon ISE, nous avions pu vous dévoiler en avant-première les 2 références des futurs vidéoprojecteurs BenQ 4k intégrant la nouvelle puce DLP de 0.67 pouces de Texas Instruments. À l’époque il s’agissait de 2 prototypes… loins de ressembler à la version finale arrivée cette semaine dans notre salle.

Puce TI 4K 0.67

Puce TI 4K 0.67

Le premier des modèles est équipé d’une source lumineuse avec une lampe au mercure UHP et le second d’une nouvelle version de LED, le HDL développé par Philips. La nouvelle puce 4K de Texas Instruments (TI) et les vidéoprojecteurs HLD ont fait l’objet d’articles dédiés sur notre blog et sur le forum.

Nous avions déjà évoqué les caractéristiques de cette nouvelle puce 0.67 qui offre nativement une résolution de 4 millions de pixels (donc bien davantage qu’une simple résolution 1080P donnant 2 millions de pixels). Le traitement XPR va porter ce nombre à 8 millions pour atteindre une résolution UHD, chaque pixel étant dédoublé. XPR est l’appellation TI pour ce procédé. Cette solution technique est plus élaborée que la simple wobulation.

La vitesse de commutation rapide de la puce (plus de 9.000 fois par seconde) permet à chaque miroir de reproduire deux pixels distincts et uniques par trame, de sorte qu’elle peut théoriquement afficher chaque pixel d’une source UHD.

A noter que la coque définitive du BenQ W11000 est en tout point similaire à celle de l’Acer V9800 que nous avons pu découvrir à l’IFA de Berlin en septembre dernier, mais uniquement en statique et pas en démonstration.

ACER V9800

ACER V9800

Le constructeur Optoma a également deux versions dans ses cartons, une à lampe et une HDL. Tous ces modèles devraient être commercialisés en 2017 et le W11000 pour la fin de cette année au prix public recommandé de 5990€, ce qui est une excellente surprise.

Le W11000 est donc le premier vidéoprojecteur home cinéma DLP 4K grand public, résolument orienté haut de gamme, et il bénéficie des certifications THX et ISFccc tout comme le W8000 récemment testé. Sa coque est immense ! et dénote par rapport aux modèles 1080P du constructeur.

Pour être en mesure de proposer un tarif abordable pour un vidéoprojecteur 4K, BenQ a fait l’impasse sur la motorisation de l’objectif. Tous les réglages du bloc optique se font manuellement avec deux molettes pour le déplacement vertical et horizontal du lens-shift avec une bonne amplitude. Le zoom et le focus sont bien évidemment également manuels. Pas de mémoire de zoom à espérer.

Pour obtenir un base d’image de 2m50 il vous faudra un recul compris entre 4m15 et 4m95, donc l’optique n’est pas vraiment courte. Le Lens-shift quant à lui permet un décalage de 65% de la position centrale de l’image vers le haut et vers le bas. L’amplitude horizontale est plus limitée avec 27% à gauche et à droite. C’est bien mais pas parmi les meilleurs sur ce point.

Distance de projection BenQ W11000

Distance de projection BenQ W11000

Amplitude lens-shift BenQ W11000

Amplitude lens-shift BenQ W11000

Pour rehausser l’appareil en cas de besoin, 4 pieds à vis sont présents.

Lorsque nous l’avons découvert, sa taille a été le premier choc visuel. Il est énorme et vous pouvez le constater au regard de la présence à ses côtés de notre JVC DLA-X5000 qui ne peut être qualifié de petit appareil ! Sur la balance le W11000 affiche un poids de 14.8 kg ; il est par contre moins lourd que le JVC.

enq-w11000-versus-jvc-dla-x5000

enq-w11000-versus-jvc-dla-x5000

benq w11000 versus x5000

benq w11000 versus x5000

La conception allongée et imposante de la coque laisse présager d’un bruit de fonctionnement maîtrisé et surtout d’une conception professionnelle de l’architecture. Un volet coulissant sur lequel figure le logo 4K vient protéger le compartiment de la lampe.

Sur le côté on trouve un compartiment avec tout le panneau de connectique qui comprend deux entrées HDMI dont une HDCP 2.2, une entrée VGA, une prise RS-232, une mini-USB, deux prises Trigger 12 V., et une prise LAN.

BENQ W11000

BENQ W11000

En contrebas du panneau de connectique se trouve la prise d’alimentation et sous un panneau coulissant les commandes déportées pour piloter le VW11000 sans télécommande. Tous les câbles arriveront donc au vidéoprojecteur par le côté et non par l’arrière.

BENQ W11000

BENQ W11000

En parlant de télécommande, voilà justement une autre innovation de ce nouveau modèle BenQ car elle se distingue des standards récents de la marque pour s’agrandir, s’allonger et prendre une couleur sombre qui contraste avec le blanc habituel du constructeur. Elle bénéficie d’un éclairage rouge bien pratique en salle dédiée et pousse l’humour jusqu’à proposer une touche 3D alors que le VW11000 est uniquement 2D (et ce n’est pas forcément pour nous déplaire).

BENQ W11000

BENQ W11000

La lampe qui équipe le W11000 est un modèle UHP de 240W annoncé à 6000 heures de durée de vie en mode smart éco. Nous n’avons pas pu obtenir son prix. Le W11000 devrait être commercialisé avant les fêtes de Noël en décembre.

LES MENUS

A la première mise en marche de l’appareil, un chemin de configuration défini par BenQ attend l’utilisateur. Il faut tout d’abord sélectionner le type de projection (table, plafond, etc…) avant de choisir la langue et l’activation ou non de la sélection automatique des sources. Les vignettes sont identiques à celles des W2000, W1090 et autres modèles récents du constructeur.

Le sous-menu que nous utiliserons le plus est bien évidemment celui appelé « IMAGE ». C’est l’endroit d’ajustement des luminosité, netteté, contraste, couleur et teinte et surtout de sélection d’un des modes de colorimétrie fixés en usine. Ils sont au nombre de 7 (9 si on compte les 2 sélections ISF dissimulées à l’aide d’un code de verrouillage).

menu-image

Voici leurs liste et description : Bright est optimisé pour rendre le plus de lumière possible ; Vivid est conçu pour la projection en salle non dédiée tel un salon ; Cinéma, à l’opposé, est ajusté pour une utilisation dans lequel le contrôle de lumière est réalisé ; THX est un mode couleur et image certifié par THX ltd. Enfin, développons un peu la sélection Silence qui présente quelques caractéristiques intéressantes : cette dénomination est opportune car le W11000 devient quasiment inaudible, c’est impressionnant ! Lorsque ce mode est utilisé, le XPR est désactivé et la puce DLP travaille dans sa résolution native de 2716×1528 alors qu’avec l’XPR elle affiche une résolution UHD de 3840×2160. Dans ce mode l’iris dynamique est désactivé par défaut et la lampe passe en mode économique.

En outre, 2 mémoires utilisateurs vous permettront de sauvegarder vos réglages. Pas de mode 3D ; encore une fois nous vous rappelons que le W11000 a laissé de côté cette option.

Pour la colorimétrie, le gamma et le contraste vous disposez de valeurs gamma étalonnées de 1.6 à 2.8. Des températures de couleurs sont certes prédéfinies (normal, froid, lampe d’origine et chaud) mais si vous envisagez d’intervenir sur la colorimétrie vous pouvez le faire finement à l’aide d’un ajustement des niveaux de gris (GAIN et BIAS) et d’un CMS sur les 3 dimensions du gamut. En déverrouillant l’accès aux menus ISF, un calibreur professionnel aura également à sa disposition d’autres outils de réglages.

Le menu avancé donne accès aux réglages CinemaMaster comme pour le W8000 mais, ici, point d’aide à la fluidité. Les seules options disponibles sont : Color Enhancer, Pixel enhancer, couleur chair, DCTI et DCLTI, des algorithmes qui interviennent sur les couleurs et le contraste.

menu-cinemamaster

menu-cinemamaster

C’est également dans le menu avancé que l’utilisateur a accès aux options Brilliant Color, au mode de fonctionnement de la lampe (normal, économique et smart éco.) ainsi qu’à un réducteur de bruit vidéo.

Si le W11000 ne propose pas de mémoire de zoom, les différents formats disponibles sont nombreux avec 2 modes anamorphiques pour utiliser le nouveau BenQ avec une lentille adaptée.

gestion format anamorphique BenQ W11000

gestion format anamorphique BenQ W11000

VERIFICATIONS TECHNIQUES

Bruit de fonctionnement :

La conception du W11000 remplit parfaitement son œuvre avec 28db mesurés à 0.50 cm dans le mode silence et 29 db en mode lampe économique. Le passage au mode normal élève nos relevés à 33db.

Toutefois à cette mesure il convient d’ajouter le bruit de fonctionnement de l’iris dynamique clairement identifiable dès qu’il est activé et d’ailleurs légèrement perturbant.

Netteté/précision :

Pour restituer la précision d’une image UHD ou 4K, le DLP dispose des plusieurs avantages sur les technologies de projection concurrentes. Principalement, c’est une puce unique (mono-dlp) qui, contrairement aux projecteurs en triple, ne souffre pas d’une réduction de la netteté due à un mauvais alignement des panneaux et qui surtout bénéficie d’un avantage dans la fonction de transfert de modulation d’un signal optique ( Source Wikipédia : La fonction de transfert de modulation est en optique la fonction qui définit le contraste en fonction de la finesse des détails à restituer. Elle permet d’évaluer les qualités d’un objectif, d’un capteur ou encore d’un vidéoprojecteur).mire-de-nettete-benq-w11000

Le W11000 est équipé d’un bloc optique dépourvu d’aberrations chromatiques aussi bien au centre que sur les bords de l’écran. Les lignes de nos mires de tests ne présentent pas de dédoublement.

Nous avons effectué deux relevés comparatifs XPR activé et XPR désactivé, avec avouons-le très peu d’écarts entre les deux solutions.

compara-xpr-actif-et-desactive

COMPARAISON  BENQ W11000 contre un projecteur 4K natif (SONY VPL-VW520ES) :

Comparatif BenQ W11000 versus SONY VPL-VW520ES source :

Comparatif BenQ W11000 versus SONY VPL-VW520ES

Malgré le fait que la nouvelle puce 4k DLP ne soit pas nativement de résolution UHD ou 4K, en comparaison avec un vidéoprojecteur comme le SONY VPL-VW520ES de résolution 4096×2160, la restitution des détails est nettement en faveur du BENQ W11000. Observez les escaliers et le garde-fou au-dessus du pont, sur le SONY on arrive difficilement à distinguer les barres alors qu’elles sont bien isolées et visibles sur le DLP 4K.

Montage photo réalisé à partir des clichés de notre camarade journaliste Michaël B. ici : sujet BenQ W11000 hifi-forum.de

Input lag :

En l’absence d’un mode dédié aux jeux vidéos et d’interpolation d’images, notre mesure d’input lag est unique et notre sonde Leobodnar affiche un retard de 65.5 msec. Un résultat un peu trop élevé pour les amoureux de frags multi-joueurs mais reconnaissons que le nouveau vidéoprojecteur 4K de BenQ n’est pas conçu pour ça.

Mesure d'input lag BenQ W11000

Mesure d’input lag BenQ W11000

Fluidité :

Comme déjà évoqué à plusieurs reprises, les ingénieurs de BenQ n’ont pas installé d’aide à la fluidité dans le traitement vidéo proposé en interne par le W11000. Ils ont considéré que la compatibilité 4K/60fps était suffisante. Par ailleurs cela aurait nécessité une carte vidéo différente avec un surcoût tarifaire in fine.

Malgré cette absence, les résultats sont bons avec un judder relativement bien maîtrisé.

AEC/Bruit vidéo/Uniformité :

Les personnes sensibles aux effets arc-en-ciel des DLP seront heureuses d’apprendre que le W11000 est particulièrement discret dans ce domaine.

L’uniformité est excellente mais nous ne sommes pas surpris, d’abord parce que c’est un DLP et ensuite car BenQ gère la colorimétrie de ses nouveaux modèles de main de maître depuis quelques années.

uniformite-benq-w11000Enfin le bruit vidéo reste très léger même avec l’option Brillant Color active, vraisemblablement grâce au traitement vidéo CinemaMaster.

Contraste et luminosité :

Mesures contraste et luminosité BenQ W11000

Mesures contraste et luminosité BenQ W11000

Luminosité :

Le W11000 peut être à l’aise dans les grandes comme les petites configurations d’images, avec une luminosité et des couleurs justes pouvant monter jusqu’à 1444 lumens en mode lampe haut. Il pourra être mis en œuvre sur des écrans de 4 mètres de base en conservant 14 fl (mode Vivid).

Si vous avez un petit écran, le mode THX et ses 495 lumens et 15 fl sur 2 mètres de base vous tend les bras et encore une fois sans avoir besoin de calibrer votre projecteur.

Le contraste :

Nos mesures ne rendent pas justice aux sensations visuelles ressenties avec le BenQ W11000. Visuellement, ce projecteur 4K est plus contrasté que son frère 1080P, le W8000. Il peut être aidé en passant le gamma à 2.3 ou 2.4.

Toujours pour amplifier le contraste, ce nouveau modèle dispose d’un iris dynamique mais qui présente deux inconvénients : le premier est qu’on l’entend fonctionner et le second que son effet sur la baisse ou l’augmentation de la luminosité est perceptible, ce fameux effet de pompage.

Notre meilleure mesure de contraste natif avec des couleurs justes est de 1127/1 avec le mode Vivid et elle s’élève à 2327/1 après activation de l’iris avec le mode Silence. Des valeurs somme toutes moyennes.

Le niveau de noir est meilleur que celui du W8000 avec 0.013 fL contre 0.028 fL mais le modèle 1080P reste plus lumineux. Le W11000 égale le niveau de noir atteint par le W1090  (0.014 fl).

Colorimétrie/gamma :

Nous avions été légèrement désappointés par les résultats en sortie de boîte du W8000, premier vidéoprojecteur DLP labellisé THX de BenQ. Le W11000 bénéficie de la même certification mais nos mesures sont bien plus proches des références HDTV.

Alors oui, certains vont crier à l’hérésie car nous avons utilisé les références Rec709 pour mesurer un appareil UHD/4K alors qu’il eut fallu se tourner vers le DCI-P3 ou le REC020. Mais à cela deux raisons simples : le W11000 n’est pas compatible HDR et surtout il ne propose pas d’espace couleurs étendu avec sa source lumineuse classique à lampe, aucun filtre couleur ne venant l’aider dans ce domaine.

Dans ces conditions et avec ses caractéristiques et critères, le W11000 est un élève appliqué avec des écarts deltaE dans les niveaux RVB inférieurs à 3 et des mesures de gamma linéaires proches de 2.2 ou 2.4 ; les sélections usines VIVID, CINEMA et THX sont toutes utilisables en l’état sans nécessités de calibration.

L’espace couleurs colle aux valeurs de référence et au jeu du meilleur élève dans ce domaine, ce sont ceux des modes cinéma et THX qui s’en sortent le mieux et là encore pas la peine d’aller trifouiller : on branche, on lance le film et les couleurs telles que voulues par le directeur de la photographie apparaissent à l’écran.

En complément, nous vous communiquons les excellents résultats obtenus après calibration par notre partenaire Cédric Louis à partir du mode User 1 sur le BenQ W11000.

 

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Rapport de calibration BENQ W11000 ISF Cédric Louis mode USER 1

Spectre BENQ W11000

 

VERDICT SUBJECTIF

Au-delà des mesures et plus que les mots, nous allons essayer de vous faire découvrir en photo ce qui a suscité notre leitmotiv « Je n’ai jamais vu ça !» en redécouvrant chacun des films servant les clichés joints et directement réalisés à partir de l’image projetée par le BenQ W11000, que nous pouvons qualifier de distributeur de claques visuelles !

Il faut également garder à l’esprit que les premiers screenshots sont faits à partir de « simples » Blu-ray 1080p et la mise à l’échelle supérieure est assurée par le traitement vidéo CinemaMaster du BenQ W11000.

FILMS BLU-RAY 1080P

Images issues des films : Oblivion, Mad Max Fury Road, Fury, Warcraft, Jurassic World.

Comparatif OBLIVION 1080P versuS oblivion 4k sur le BenQ W11000

Comparatif OBLIVION 1080P versuS oblivion 4k sur le BenQ W11000

FURY BENQ W11000

FURY BENQ W11000

JURASSIC WORLD BENQ W11000

JURASSIC WORLD BENQ W11000

MAD MAX FURY ROAD BENQ W11000

MAD MAX FURY ROAD BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION BENQ W11000

OBLIVION ZOOM BENQ W11000

OBLIVION ZOOM BENQ W11000

WARCRAFT BENQ W11000

WARCRAFT BENQ W11000

Si le W11000 transcende nos Blu-ray classiques, nous touchons enfin visuellement tout l’intérêt d’une définition 4K avec les tests d’un film UHD issu d’un master 4K. Ainsi, SICARIO nous a donné l’envie de remplacer toutes nos galettes Blu-ray par des UHD BR !

FILMS UHD BLU-RAY

SICARIO

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

SICARIO BENQ W11000

  A noter que la taille de ces photos est volontairement compressée pour ne pas nuire à la vitesse de chargement des pages de notre banc d’essai vous pouvez retrouver ces clichés en taille originale sur le sujet dédié au BenQ W11000 sur le forum (cliquez simplement sur le lien).

CONCLUSION

Le BenQ W11000 est loin d’être parfait, il lui manque certaines options pour faire de lui un aspirant pérenne pour l’avenir (HDR, GAMUT étendu, interpolation d’images, bloc optique avec mémoire de zoom). Mais une fois cela déclaré, il convient de revenir aux fondamentaux, c’est à dire la qualité de l’image projetée et le plaisir visuel ressenti. Et là, pour le coup, nous sommes comblés car ce premier vidéoprojecteur DLP home cinéma 4K nous donne littéralement une gifle visuelle et il est aussi démonstratif que convaincant quant à l’intérêt de poursuivre dans cette voie pour restituer de la plus belle manière possible une image 4 fois supérieure aux Blu-ray 1080P en terme de résolution.

CARACTÉRISTIQUES

Caracteristiques BenQ w11000

Caractéristiques BenQ w11000

 

BENQ W11000

Nous avons aimé :

  • La qualité de fabrication

  • L’image avec autant de détails : du jamais vu !

  • La colorimétrie en sortie de boîte

  • Le silence de fonctionnement

  • Le Lens-shift.

Nous regrettons

  • Un bloc optique manuel

  • Un contraste moyen

  • Un iris dynamique dont le fonctionnement est perceptible (visuellement et auditivement)

  • Pas d’aide à la fluidité

  • Pas de gamut étendu

  • Pas de support HDR.

TEST BENQ W11000
La sortie du BenQ W11000 marque un tournant dans l'histoire de la vidéoprojection, à l'image de l'avènement du BenQ W1070. En effet, ce nouveau vidéoprojecteurUHD du constructeur taïwanais marque sa volonté de proposer des solutions visuelles home cinéma de haut de gamme dont les performances en termes de fidélité de reproduction sont saluées par les utilisateurs et les professionnels du secteur. Pari réussi pour le W11000 dont le naturel des couleurs et la précision de son image nous aurons éblouis. Nous attendons maintenant la suite avec la sortie du X12000 et sa source lumineuse HDL.
QUALITE D'IMAGE GLOBALE95%
CONTRASTE, LUMINOSITE80%
PIQUE, NETTETE, FLUIDITE88%
COLORIMETRIE95%
MENUS, OPTIONS, EQUIPEMENT85%
FACILITE DE PLACEMENT ET INSTALLATION90%
89%98

22 Réponses

  1. ROCHETTE

    Excelent article bravo, Très bonne qualité est avec passion j’adore.
    l’année 2017 promet de belle surprise.

    Le Epson LS 10000 fait t’il mieux que ce benq ?

    Répondre
  2. Richard Bixler

    Outre la résolution, il semble que ce projecteur ait peu d’avantage sur le W8000. Je ne sais pas pourquoi BenQ n’a pas simplement ignoré cette itération et libérer le X12000. Toute information sur une date de sortie pour le X12000 compatible DCI-P3?

    Répondre
    • Dooble

      c’est clair , pas de 3D ciao ! sérieusement quel intérêt , la 3d sur videoprojecteur c’est un plus de dingue surtout en DLP !

      Répondre
      • Grégory
        Grégory

        C’est plutôt à la 3D qu’il faut dire adieu, elle était déjà à l’agonie et là avec les annonces du CES de Las Vegas, c’est l’estocade.

  3. Bernard

    J’ai une salle dédiée avec un panasonic ptae 3000 et j’envisage son remplacement en 4K pour 2017,faut il attendre la sortie de tous les modèles au premier trimestre pour faire sont choix ,ou pouvez vous me conseiller sur un modèle actuel sachant que je possède un écran CinémaScope de 3.30 de large et ma pièce et de 30m2.Cordialement.

    Répondre
  4. DUVIELLA

    DE SUPERBES TESTS…. Une attente longue mais nécessaire avant de faire un choix, l’arrivée de nouveaux projecteurs 4K est une très bonne nouvelle.
    Superbe projecteur que ce BENQ11000 sauf pour l’optique manuelle…. Ayant un écran de projection « cinémascope », cela me pose un problème sur certains films (autres formats)….. Idem pour le contraste….
    Incroyable différence de netteté avec le SONY VPL 520 qui semblait offrir de très bons résultats mais dont la qualité de l’optique me semble limitée (j’ai eu trois VPL 500 ES, seconde génération).
    Il me tarde de découvrir les futurs projecteurs 4K! (essentiellement destinés à la lecture de Blu-Ray de mon coté …. L’upscaling apporte un réel plus….)

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :