TEST JVC DLA-X9000

 

Ce banc d’essai du nouveau JVC DLA-X9000 qui aura été dévoilé au dernier salon IFA de Berlin vient conclure une année particulièrement dense pour PJHC.FR que ce soit sur le blog ou sur nos forums. Il vient également marquer de belle manière ce millésime 2015 en osant nous offrir la plus belle image de ces 12 derniers mois !

Si pour certains projecteurs, il est compliqué de se positionner derrière son clavier pour leur trouver quelques qualités, l’enthousiasme et la passion générés par l’image de ce nouveau vidéoprojecteur DLA de JVC nous aident à faire voler nos doigts sur les touches en alignant des compliments qui, vous le comprendrez aisément à la lecture des lignes et à la centaine de photos et mesures qui suivent, ne sont nullement usurpés.

PRÉSENTATION DE L’APPAREIL

JVC DLA-X9000

JVC DLA-X9000

Après presque deux années sans avoir présenté de nouveaux modèles, nous attendions une nouvelle génération avec au choix, une source lumineuse laser (qui existe déjà dans la gamme professionnelle de la marque) ou une résolution native 4K, ou les 2 ! Hélas nos espoirs ont été déçus, puisque nous avions été les premiers à vous annoncer que les trois nouveaux modèles du constructeur seraient toujours équipés de lampes classiques et de panneaux DLA de résolution native full hd.

Mais alors où sont donc les nouveautés ? Elle sont principalement concentrées dans les entrailles de l’appareil. La première modification passe par le remplacement de la lampe de 230W pour le X900 par un modèle de 265W pour le X9000 (durée de vie de 4000 heures en mode économique). La puissance lumineuse annoncée par le constructeur augmente de 1300 lumens à 1900 lumens. Le contraste natif, qui était indiqué à 130.000:1 pour le X900 atteint maintenant 150.000.1 avec le X9000 et le contraste dynamique (après activation de l’iris adaptatif) culmine à 1 500 000:1.

Le prix ne change pas, le DLA-X9000 est positionné tout en haut de la gamme JVC et à 8990€ vient concurrencer lesSONY VPL-VW520ES (4K natif) ou l’Epson EH-LS10000 (vidéoprojecteur laser à simulation 4k).

JVC reconduit son dispositif MPC (Multi Pixel Control) pour simuler une image 4k à partir de matrices de résolution 1080P. Il s’agit de la 4ème version qui s’accompagne également d’une nouvelle version de l’aide à la fluidité appelée par JVC, Clear Motion Drive. En résumé pour créer l’illusion d’une image de résolution 4K, le dispositif MPC va venir décaler chaque pixel sur une distance en diagonale équivalente à 0.5 pixel.

La compatibilité avec les futures sources 4K est améliorée avec des prises HDMI 2.0a, HDCP 2.2 (supportant un transfert de 18 Gbps et compatibles avec les sources 4K/60p 4:4:4, 4K/60p 4:2:2/36bits ou 4K/24p 4:4:4/36bits). LeDLA-X9000 est également compatible HDR (High Dynamic Range).

Nos lecteurs ne seront pas surpris à la découverte des photos de la coque du DLA-X9000. Elle est semblable aux trois générations précédentes. La coque noire et laquée est affublée d’un superbe logo ISFccc THX 3D. Si d’origine seule la couleur sombre est proposée, une entreprise allemande propose déjà en liaison avec JVC (sans perte de garantie donc), une version blanche des X7000 et X9000.

JVC DLA-X9000 certification ISFccc THX

JVC DLA-X9000 certification ISFccc THX

Le bloc optique est entièrement motorisé et cette caractéristique s’accompagne d’un décalage physique vertical et horizontal (Lens-shift) qui vous offrira une grande souplesse dans le positionnement de l’appareil. Cette motorisation rend possible la présence d’une mémoire de zoom qui permet après sauvegardes des réglages de passer d’un écran au format 1.80 au 2.35/2.40:1 d’un simple appui sur une touche (10 mémoires de sauvegardes). Le verre de l’optique est protégé par un cache électrique qui s’escamote à la mise en marche de l’appareil.

058 (2)012

 

Pour projeter une image de 2 mètres de base il vous faudra un recul compris entre 2m80 minimum et 5m60 maximum. Pour compléter ce tour de l’optique, signalons la présence dans le chemin de lumière d’un iris dynamique paramétrable sur deux niveaux de fonctionnement qui viendra faire varier la puissance du flux lumineux en fonction du contenu de l’image projetée.

Le panneau de connectique comprend deux prises HDMI 2.0a, HDCP 2.2, une RS232C Sub-D, un trigger 12 V, une prise RJ-45 (service) et une DIN de synchro 3D RF avec un émetteur 3D et des lunettes 3D optionnelles (mesquin à ce tarif).

031037

La télécommande reste inchangée par rapport aux générations précédentes, avec son rétro-éclairage jaune.

Télécommande JVC DLA-X9000

Télécommande JVC DLA-X9000

 

Enfin signalons que le JVC-DLA X9000 est certifié ISFccc, THX et THX 3D.

MENUS

Il faudrait un test complet uniquement dédié aux menus pour détailler les possibilités offertes par les ingénieurs JVC à l’utilisateur final. Toutes les attentes de l’amateur éclairé sont satisfaites. A de multiples sélections usine (Naturel, film, cinéma, THX, animation, 3D, utilisateur et ISF) il convient de rajouter des profils de couleurs qui peuvent servir de base à des réglages utilisateurs (standard, cinéma1 , cinéme 2, animation 1 et 2, vidéo, référence, 3D animation, 3 cinéma, 3D vidéo, x.v color, arrêt ainsi que 6 modes éditables).

JVC DLA-X9000 menu qualité image

JVC DLA-X9000 menu qualité image

Les niveaux RVB peuvent être finement ajustés grâce à des ajustements dédiés du Gain et du Bias ou se satisfaire des réglages de températures prédéfinis. JVC propose également un CMS qui travaille sur les 3 dimensions du Gamut et un éditeur de gamma.

Le choix de l’espace couleurs est également possible (RGB ou YcbCr 4:4:4 ou 4:2:2). Le mode de calibration automatique à l’aide d’une sonde Spyder et d’un logiciel proposé par le constructeur sur son site (non disponible pour le X9000 à la date de rédaction du test) est également reconduit.

A ces multiples réglages de colorimétrie, il convient de rajouter, 121 mémoires ajustées en usine qui doivent permettre de faire correspondre l’image du projecteur à l’écran que vous utilisez à domicile.

Le MPC dans sa version 4K est disponible pour les sources 1080P et 4K (il faudra sélectionner le choix correspondant). 4 options permettent d’ajuster ses effets (netteté accentuée, contraste dynamique, Image lissée et NR pour réduction de bruit). Pour aider à la précision de l’image, le X9000 intègre une correction électronique de l’alignement des panneaux qui travaille sur une échelle de 1/16ème de pixel.

L’interpolation d’image appelée ici réduction du flou (c’est assez parlant) peut être ajustée de la manière suivante : basse, haute ou désactivée.

093

Pour accroître le contraste natif du X9000, vous disposez de deux options un iris dynamique qui travaille en mode auto 1 et 2 et un iris fixe qui vient réduire en permanence le flux lumineux.

Faute de pack 3D livré par le constructeur avec le projecteur de test nous n’avons pu évaluer cette partie.

 

VERDICT TECHNIQUE

Les générations précédentes de projecteurs JVC auront toutes enthousiasmé leurs possesseurs par la puissance d’un contraste natif inégalé. Sur ce point JVC n’est talonné que depuis peu par EPSON et son projecteur laser. Néanmoins plusieurs faiblesses ont pu être relevées sur les générations précédentes. La première prenait la forme d’ une puissance lumineuse limitée et décroissant rapidement dans le temps ce qui limitait l’usage des projecteurs DLA à de petites bases d’écran. La gestion de la fluidité (CMD) était également perfectible avec de halos et des artefacts trop visibles après activation de l’interpolation d’images et enfin des soucis techniques récurrents, avec des problèmes de liaison HDMI Handshake qui bloquait le projecteur. C’est donc armé de toute notre expérience des précédents modèles JVC que nous avons attaqué ce nouveau banc d’essai.

Bruit de fonctionnement :

Positionné à une distance de 0.50 mètre (position table), à côté du projecteur sur sa table basse et munis de notre sonomètre nous avons mesuré 31db en mode lampe basse (limite de notre appareil de mesure) et 44db en mode lampe haute.

A noter mais c’est temporaire la mise en place de l’iris dynamique qui s’accompagne d’un bruit de cliquetis pas très agréable).

HDMI Handshake et problème de gestion des formats :

Nous nous attardons un instant sur ce point. Au démarrage du X9000 nous avons systématiquement une image étirée sur la hauteur qui ne correspond pas aux sélections de format 16/9ème. Pour palier à cet inconvénient la seule solution que nous ayons trouvée est d’appuyer sur la touche « LENS » pour avoir accès aux menus zoom, Lens-shift et netteté puis de revenir ensuite au menu classique. Après ce chemin tortueux et sans aucune autre intervention de notre part, l’image revient au format 16/9ème.

Nous avons également expérimenté un problème de HDMI Handshake avec un de nos lecteurs Blu-ray, un petit Sony BDP-S65000, inconvénient résolu en le changeant pour un BDP-S6200.

Netteté/Piqué :

Nos mires de netteté montrent quelques légères traces de dérives de convergences avec la présence d’un liseré bleu mais limité. Globalement la précision d’image est exceptionnelle, conjuguée à une très grande profondeur de champ et à une forte luminosité, nous sommes littéralement subjugués par l’image délivrée par ce X9000.

112113

020111

En isolant la mire de scaling présente dans l’image de test Burosch dédiée à la recherche d’Overscan vous pouvez constater à quel niveau de précision monte l’optique du JVC X9000. Du grand art !

117116

A titre de comparaison, voici la même mire sur un SONY VPL-VW520ES :

moiré dans la zone de mise à l'échelle SONY VW520ES

moiré dans la zone de mise à l’échelle SONY VW520ES

MPC (E-shift simulation) :

Nous avons eu beau tourner l’image de toute les façons, MPC activé/désactivé il ne nous a pas été possible de déceler une quelconque différence entre l’image avec  ou sans MPC. Nous vous positionnons ci-dessous quelques exemples visuels et vous invitons à participer au jeu des différences.

mpc offMPC ON

Comparaison MPC ON et OFF sur JVC DLA-X9000 avec accroissement netteté activée

Comparaison MPC ON et OFF sur JVC DLA-X9000 avec accroissement netteté activée

Fluidité (CMD Clear Motion Drive) :

Avant le test de ce nouveau JVC, nous étions relativement sceptiques sur les bonifications apportées par les ingénieurs de la marque sur l’amélioration de la partie interpolation d’images. Malgré les annonces du constructeur, cette fonction restait sujettes à la présence d’artefacts de mouvements entourant les objets et les personnages.

Cette option est maintenant pleinement opérationnelle et nous ne saurions que trop vous recommander de l’activer en mode bas. Les artefacts de bougé et le judder sont relégués au rang des abonnés absents. JVC est rentré de belle manière dans le rang des constructeurs de projecteurs maitrisant la gestion de l’aide à la fluidité.

Mire de fluidité Burosch JVC DLA-X9000

Mire de fluidité Burosch JVC DLA-X9000

Input lag (Jeux vidéo) :

Le JVC DLA-X9000 est un projecteur dédié à la projection de films et selon nos mesures, le retard à l’affichage s’élève à 193 ms. N’espérez donc pas le détourner de sa vocation à projeter vos blockbusters préférés en vous adonnant à Star Wars Battlefront en multi-joueurs dans de bonnes conditions. Mais encore une fois, il n’est pas conçu pour ça.

Mesure d'input lag JVC DLA-X9000

Mesure d’input lag JVC DLA-X9000

Artefact/bruit vidéo/uniformité :

La luminosité en progrès peut s’accompagner (suivant les modes images sélectionnés) d’un bruit vidéo résiduel. Celui-ci peut être réduit en calibrant le projecteur, ainsi qu’en diminuant la luminosité à l’aide de l’iris fixe.

Sur ce point notre EPSON EH-LS10000 est mieux armé et proposera des résultats plus homogènes alors que ceux obtenus sur le JVC seront surtout dépendants du master de l’œuvre projetée (lissé sublime avec Oblivion et bruit vidéo avec Predators 2).

OBLIVION JVC X9000

OBLIVION JVC X9000

L’uniformité est optimale sans aucune trace de coins lumineux ou de hot spot sur notre exemplaire de test. Aucune trace de shading n’est présente (voir mire de gris ci-dessous).

119118

Overscan :

Aucun souci, sur ce point : Passés les problèmes de format d’images du démarrage que nous avons évoqués dans la partie « HDMI Handshake », notre mire Burosch présente tous ses caractères à l’image, preuve de l’absence de rognage.

115116

Luminosité/contraste :

Nos mesures de luminosité ont été prises dans le plan de l’écran, senseur orienté vers le projecteur à l’aide d’un luxmètre dans une salle non dédiée (un salon classique aux murs clairs). Pour le contraste notre sonde était placée à 50 cm du bloc optique du DLA-X9000, capteur orienté vers le projecteur et non vers l’écran. Cette configuration vise à mesurer les performances du projecteur et non celles de nos deux écrans de tests (Lusocreen Home cinémaet écran blanc classique). La lumière résiduelle mesurée sans aucun éclairage dans la pièce reste équivalente à 0.006 fL. Il n’est pas possible dans notre configuration de test, d’obtenir un contrôle complet de la lumière, à l’image de ce qu’autorise une salle de cinéma dédiée. Armé de ces informations, vous pourrez constater que malgré tout, les performances en termes de contraste et de luminosité sont élevées voir exceptionnelles. Il est certainement possible d’aller plus loin, mais l’œil humain est-il capable de discerner la différence ?

Le tableau ci-dessous reprend l’ensemble de nos relevés. Même en mode lampe bas, la luminosité avoisine les 1000 lumens, avec un contraste natif qui survole la concurrence (sauf celle de l’Epson EH-LS10000).

Mesures luminosité contraste JVC DLA-X9000 en salle non dédiée

Mesures luminosité contraste JVC DLA-X9000 en salle non dédiée

Saluons au passage la bonne gestion de l’iris dynamique dont la mise en œuvre ne s’accompagne pas d’effets visuels de pompage (baisse de la luminosité perceptible) pendant le film mais également la présence de cet iris fixe qui pourra venir contenir la puissance lumineuse en la ramenant le plus précisément possible aux valeurs de calibration que vous aurez déterminées.

Colorimétrie

A l’image des mesures de luminosité et de contraste, nous avons mesuré les résultats colorimétriques des modes images suivants : NATUREL, FILM, CINEMA, THX, ANIMATION et ISF. En sortie de boîte, les sélections THX et NATUREL sont les mieux adaptées à la restitution d’un film Blu-ray.

Nous avons sélectionné les références HDTV rec.709 pour nos mesures ainsi que celles du cinéma numérique DCI-P3 pour les deux modes destinés à la restitution des sources 4K (film et cinéma).

Pour visionner des blu-ray, les sélections NATUREL, THX et ISF sont les plus adaptées. En passant aux modes films et cinéma, nous nous retrouvons face à des valeurs plus larges que celles de l’espace couleurs HDTV. Toutefois en basculant la référence DCI-P3, nous pouvons constater que le X9000 n’arrive pas à couvrir l’ensemble de ce Gamut. Cependant, nous en sommes très proches et le X9000 s’en sort mieux que le SONY VW520ES dans ce domaine mais moins bien que l’EPSON EH-LS10000 qui arrive à couvrir l’intégralité du gamut DCI-P3.

Référence DCI mode cinéma JVC X9000

Référence DCI mode cinéma JVC X9000

Référence DCI espace couleurs film JVC X9000

Référence DCI espace couleurs film JVC X9000

Après calibration en utilisant le CMS intégré et les réglages de Gain et de Bias nous arrivons à obtenir une température de couleur de 6498K, avec un écart deltaE limité à 1.1, un gamma moyen de 2.23. Le CMS intégré nous aura permis de revenir à des écarts réduits mais sans parvenir à un correspondance parfaite avec les valeurs de références.

CMS avancé post calibration jvc x9000

CMS avancé post calibration jvc x9000

jvc X9000 post calibration

jvc X9000 post calibration

 

Nous vous plaçons à côté l’ensemble de nos relevés.

 

IMPRESSIONS SUBJECTIVES LAISSÉES PAR L’IMAGE DU JVC DLA-X9000

Nous avons testé le JVC X9000 dans plusieurs configurations. Tout d’abord avec des signaux 1080P avec ou sans MPC activé. Sur nos scènes favorites et classiques d’ Oblivion nous nous retrouvons face à une image très lumineuse tout en restant fortement contrastée. Elle arrive tout à la fois à être lissée mais toujours très nette et précise.

Les possibilités de réglages de la colorimétrie offertes par le gilet X9000 sont impressionnantes et il devient particulièrement compliqué voir inutile, d’avoir accès à autant d’options puisqu’au final vous allez utiliser majoritairement le mode naturel ou THX avec les signaux 1080P ou encore le mode cinéma ou HDR avec les signaux 4K.

Nous ouvrons aussi une parenthèse pour les signaux HDR en indiquant que faute de source ou de lecteurs nous n’avons pas pu effectuer des tests sur cette partie. C’est le second modèle HDR (après le VW520) qu’il nous est impossible de tester (Note pour les bureaux de presse qui fournissent les exemplaires de tests aux journalistes :  il serait utile de prévoir ce genre de lecteurs pour que nous puissions faire le tour complet des capacités des nouveaux diffuseurs).

Mais revenons à nos impressions sur l’image délivrée par ce X9000. Et bien c’est tout simplement la plus belle image qui nous a été donnée de visionner sur un vidéo projecteur home cinéma en 2015 ! Même notre projecteur de référence, l’EPSON EH-LS10000 (qui conserve d’autres qualités), nous apparaît dépassé par le nouveau venu qui délivre une image toute aussi contrastée mais avec une dynamique plus importante grâce à sa meilleure luminosité. Le X9000 réuni toutes les qualités, il permet de bénéficier d’une image toute à la fois lumineuse, contrastée, fluide et d’une incroyable précision grâce à une optique de très bonne qualité.

Que ce soit sur Fury, Oblivion ou encore Mad Max Fury Road les scènes nocturnes succèdent aux scènes de jour sans que jamais nous n’arrivions à déceler une quelconque faiblesse dans quel que domaine que ce soit. Futurs possesseurs de cet appareil, vous vous régalerez dans les passages des tunnels de Prometheus avec une profondeur de champ inégalée.

oblivion contraste x9000142

Nous sommes néanmoins surpris du peu d’influence à l’image du système E-Shift qui nous apparaît comme totalement transparent.

A côté de cette partie, nous avons placé quelques photos d’écran réalisées à partir de l’image délivrée par le X9000 sur notre écran Lusoscreen. Vous pourrez également découvrir l’impact sur les mêmes scènes (Fury et Jurassic World) des sélections de colorimétrie d’usine.

 

COMPARAISON EPSON EH-LS10000 versus JVC DLA-X9000

Nous avons profité de la présence de ces deux ténors de la vidéoprojection home cinéma pour effectuer des photos comparatives. Globalement nos impressions sont les suivantes : Avec une lampe d’une centaine d’heures, l’image du JVC DLA-X9000 attire plus l’œil grâce à une meilleure dynamique (rapport contraste/luminosité).

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Comparatif JVC en haut EPSON en bas

Ramené à un mauvais niveau de luminosité (grâce à l’iris fixe), les différences s’estompent et l’EPSON EH-LS10000 reprend la tête de notre comparatif en proposant une image nous apparaissant comme plus fine que celle du X9000.
Jugez par vous-mêmes sur ce comparatif en découvrant les photos ci-dessous issues du Blu-ray de Mad Max Fury Road.

COMPARAISON EPSON LS10000 JVC X9000 MAD MAX FURY ROADcomparo squelette jvc x9000 epson eh-ls10000

 

CONCLUSION

Le JVC DLA-X9000 se voit décerner le titre de meilleure image de l’année 2015 en comparaison de tous les vidéoprojecteurs que nous avons testé ces douze derniers mois. Concrètement, c’est un diffuseur frontal qui nous donne l’impression d’avoir un écran plat plasma Pioneer Kuro de 2 mètres de base accroché au mur de notre salon ! Si nous avons pu émettre quelques réserves par le passé sur les performances des appareils de JVC (principalement liées à la luminosité moyenne des générations précédentes), elles sont désormais balayées. Au rayon des regrets nous signalerons toutefois les petits défauts techniques qui détonnent sur un appareil de ce prix (gestion du format image qui tient du système D) et l’absence d’une source lumineuse laser. Pour en avoir discuté avec un représentant de la marque à Berlin, l’avenir des futures générations de projecteurs home cinéma JVC ne passe pas par le laser. En revanche la résolution native 4K fait partie des projets du constructeur. En attendant ces futurs modèles, le JVC DLA-X9000 enchantera ses propriétaires par la qualité inégalée de son image.

C’est donc tout naturellement que nous lui décernons un Gold Award PJHC.FR !

Gold award PJHC.FR

 

Nous avons aimé :

L’image tout simplement !
La luminosité
Le contraste
La précision (netteté, piqué)
La fluidité
La discrétion de fonctionnement en mode lampe bas

 

 

Nous regrettons :

Le prix
Le bruit de fonctionnement en mode lampe haut
Le bug à l’allumage de la gestion des formats

 

CARACTÉRISTIQUES (Données constructeur)

Matrice D-ILA 3 x 0,7″ (1920×1080 pixels)
Technologie e-shift 4
Résolution 2D : 3840 x 2160 pixels
Résolution 3D : 1920 x 1080 pixels
Niveau de bruit : 21 dB en mode éco

Objectif
Zoom motorisé 2x avec mise au point motorisée
Longueur focale : 21,4 mm à 42,8 mm
Ouverture : F3,2 à F4
Décalage de l’axe optique : +- 80 % verticalement et +- 34 % horizontalement, motorisé
Lampe
NSH 265 W (PK-L2615U)
Luminosité : 1900 lumens
Durée de vie : 4000 h en mode éco
Rapport de contraste : 150 000:1 (natif) et 1500000:1 (dynamique)Signaux vidéo supportés en entrée : 480p, 576p, 720p 50/60, 1080i 50/60, 1080 24/50/60, 3840 x 2160p 24/25/30/50/60 et 4096 x 2160p 24 (cropé à 3840 x 2160p)
Signaux ordinateur : de VGA à WUXGA
Formats 3D supportés : Frame packing 720p, 1080p, 1080i, side by side jusqu’à 1080p et Top Bottom jusqu’à 1080p.
Connectique
2x entrées HDMI (HDMI 2.0a /HDCP 2.2)
1x RS232C Sub-D
1x trigger 12 V
1x RJ-45 (service)
1x mini-DIN de synchro 3D RF
Consommation : 380 W (7 W en veille et 0,4 W en veille éco)
Dimensions (lxhxp) : 455 x 179 x 472 mm
Poids : 15Kg

 

Retrouvez toutes les caractéristiques du nouveau JVC DLA-X9000 sur le site de JVC.FRANCE.

TEST JVC DLA-X9000
QUALITE IMAGE 2D100%
RAPPORT QUALITE PRIX97%
FACILITE D'INSTALLATION100%
99%Note Finale

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :