Les lampes, le talon d’Achille de nos projecteurs !  La source de lumière actuelle la plus répandue, la lampe à haute pression au mercure (UHP) qui permet de projeter une grande image à domicile, souffre d’une durée de vie restreinte (en moyenne 2000 heures de fonctionnement) et surtout d’une baisse progressive de son rendement et de sa puissance. Face à ce défaut, les constructeurs de projecteurs recherchent des alternatives depuis maintenant une dizaine d’années. Pour pouvoir envisager de remplacer nos lampes actuelles, elles devront permettre un accroissement de la durée de vie sans perte de luminosité tout en offrant des couleurs naturelles.

Deux solutions accessibles au grand public cohabitent actuellement sur le marché. La première et la plus répandue passe par ces modèles hybrides conjuguant diodes laser et led comme le Viewsonic Pro9000 ou encore l’Acer K750. Hélas, ces projecteurs sont encore loin de proposer les mêmes performances que des projecteurs avec lampes classiques, la faute en revenant à une architecture comprenant une roue au phosphore par laquelle transite le flux lumineux.

La seconde solution qui a été jusqu’à présent proposée uniquement dans des modèles haut de gamme affichant un tarif de plus de 15000€ (SIM2, VIVITEK, DIGITAL PROJECTION, RUNCO), est d’utiliser trois LED (rouge, vert et bleu) délivrant les trois couleurs primaires, sans aucune roue chromatique..

Un projecteur laser tri-lcd existe également chez SONY, nous l’avions testé ici, mais contrairement aux modèles évoqués plus haut, ce n’est pas un diffuseur frontal prévu pour le cinéma à la maison.

Le constructeur OPTOMA arrive aujourd’hui sur le marché avec un projecteur DLP Full hd 3D Ready full led. Le HD91 et sa déclinaison à courte focale, le HD90 (non commercialisé en Europe) n’utilisent aucune lampe et aucune roue chromatique. Ce modèle full LED est également le moins cher du marché à 3499€.

Ce projecteur que nous avions pu découvrir en Février 2013 à l’ ISE D’Amsterdam a connu un retard important de commercialisation et c’est seulement mi-avril 2014 qu’il arrive dans nos échoppes françaises. L’attente en valait-elle la peine ? Pouvons-nous maintenant relégué nos projecteurs à lampes dans la catégorie des antiquités du home cinéma ? C’est à toutes ces questions que nous allons nous efforcer de répondre avec notre 99ème banc d’essai de projecteurs.

Ce test a été rendu possible grâce à notre partenaire www.micromedia33.fr

CONDITIONS DES TESTS ET APPAREILS DE MESURES

 

  • Écran blanc Kimex PVC 2m30 de base, écran gris Lusoscreen 2m20 de base
  • Luxmètre Volcraft
  • Sonde de mesures de référence : Spectrophotomètre Eye one Pro
  • Sonde de complément : D3 dans sa version Professionnelle
  • Logiciel de calibration Chromapure version Professionnelle
  • Lecteur Blu-Ray : Oppo BDP-103D
  • Extraits des Blu-Ray 2D et 3D suivants : OBLIVION, CASINO ROYAL,
  • Mires de calibration Burosh et AVCHD.
  • Environnement non dédié : projecteur placé à environ 3m50 de l’écran

 

 

_B1A1154-Modifier

 

 

 

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES (Données constructeur)

 

Résolution

1080p 1920 x 1080

Luminosité 1 (mode Lumineux)

1000 ANSI Lumens

Contraste

500 000:1

Niveau sonore (mode Eco)

23dB

Connecteurs (Entrées/Sorties)

Entrées: 2 x HDMI (1.4a 3D), 1 x VGA, 1 x Composante, 1 x Vidéo
Sorties: 3D-Sync, 2 relais 12V
Contrôle:

RS232 9 broches

Rapport de projection

1.5 – 2.89:1

Type de zoom

Manuel 1.9x

Durée de vie de la lampe (mode Eco/Lumineux)

20,000

Dimensions (LxPxH) (mm)

345 x 443 x 161.5mm (avec les pieds)

Lens Shift

Vertical : +/- 60, Horizontal : +/-10% (voir manuel utilisateur)

Compatibilité 3D

Side-by-Side:1080i50 / 60, 720p50 / 60
Frame-pack: 1080p24, 720p50 / 60
Over-Under: 1080p24, 720p50 / 60

Garantie

3 années

 

PRÉSENTATION

012

Optoma a pourvu son nouveau bébé d’une nouvelle coque mais qui rappelle par quelques aspects son modèle HD83. Plus petit, plus élégant et plus affiné que le modèle à lampe, le HD91 est une réussite visuelle.

Autre nouveauté, mais cette fois à l’intérieur de la coque, l’utilisation en lieu et place d’une lampe classique de trois diodes LED (rouge, verte et bleue) qui prennent en charge l’ensemble des couleurs primaires sans l’aide d’une roue chromatique pour produire la lumière qui viendra rebondir sur une puce DLP de 0.65 pouces en Dark Chip 3.

Chemin de lumière d'un projecteur full led

Chemin de lumière d’un projecteur full led

Cette solution technique et les caractéristiques du spectre de lumière délivrée par les LED permettent d’obtenir un espace de couleurs plus étendu avec la même intensité pour chaque couleur (contrairement à une lampe classique ou des déséquilibres sont perceptibles). Les LED offrent également une plus longue durée de vie et une meilleure stabilité de la puissance lumineuse dans le temps.

Spectre LED contre lampe UHP

Spectre LED contre lampe UHP

L’absence de roue chromatique par rapport à un projecteur mono-DLP à lampe doit également annihiler toute perception de l’effet arc-en-ciel. Ces éclairs de couleurs visibles par des personnes sensibles et générés par la rotation de la roue de couleurs présente dans le chemin de lumière des projecteurs.

Le constructeur annonce donc un HD91 avec une durée de vie de la source lumineuse de 20 000 heures et une puissance de 1000 lumens, tout ceci conjugué à un contraste dynamique de 500 000:1

Sur le papier tout ceci semble bien alléchant et en mesure de renvoyer à la casse toute la concurrence  actuelle des projecteurs classiques à lampes. Hélas, nous le découvrirons rapidement dans la partie technique, les belles annonces correspondent rarement à la réalité.

_B1A1134

L’APPAREIL

La longue coque effilée du HD91 est sombre, d’un noir mat qui n’est pas sujet aux traces de doigts et moins sensible à la poussière. L’alimentation et l’extraction en air est réalisée par les côtés du projecteur. Tout le panneau de connectique ainsi que la prise d’alimentation électrique se trouvent à l’arrière de l’appareil.

Le bloc optique est protégé par un cache plastique et manuel. Il n’est pas motorisé. Le zoom, le focus et le Lens-shift sont entièrement manuels. Avec un rapport de zoom de 1.9 et son lens-shift, ce projecteur viendra aisément se positionner dans la plupart des configurations.

006

Installation

Pour obtenir une base d’image de 2 mètres de base, il vous faudra une recul minimum de 3 mètres et maximum de 5m78, ces distance sont portées respectivement à 3 mètres 75 et 7 mètres 20 pour 2 mètres 50 de base. Vous pouvez constater que la plage de positionnement est particulièrement large.

Le calculateur de distance en ligne du constructeur est disponible ici.

 

Le HD91 est pourvu d’un Lens-shift qui permet de déplacer l’objectif vers le haut et le bas mais également sur les côtés. Les deux molettes placées sous l’appareil de chaque côté du bloc optique permettent de déplacer l’image de + ou – 60% sur l’axe vertical et de + ou – 10 % horizontalement. Vous pouvez découvrir ci-dessous un diagramme de la marque présentant en image les décalages possibles.

Amplitude du lens-shift du HD 91

Amplitude du lens-shift du HD 91

Molettes du lens-shift vertical et horizontale situées sous le HD91

Molettes du lens-shift vertical et horizontale situées sous le HD91

Connectique

Rien ne manque avec ses deux prises HDMI, ses entrées composantes, composite et VGA et une prise USB pour les mises à jour firmware, le HD91 est particulièrement bien équipé.

018

Panneau de connectique Optoma HD91

Panneau de connectique Optoma HD91

Télécommande

Possesseur de l’HD83, vous ne serez pas dépaysé avec la télécommande du HD91, c’est exactement la même. Tenant bien dans la même, elle est rétro-éclairée avec une lumière bleue du plus bel effet. La navigation dans les menus est intuitive et elle bénéficie d’un très bon rayon d’action. Nous ne pouvons qu’acquiescer dans le choix fait par Optoma de reconduire ce modèle qui a fait ses preuves.

Télécommande rétro-éclairée de l'Optoma HD91

Télécommande rétro-éclairée de l’Optoma HD91

Les lunettes 3D RF et l’émetteur

 

Le HD91 est un projecteur 3D Ready, soit par les biais de programmes 3D natifs tels que des blu-ray 3D mais il est également pourvu d’une option de conversion 2D/3D qui permet d’afficher un signal à 3 dimensions avec des films 2D.

Le HD91 abandonne la compatibilité DLP-LINK et 3D RF du HD83 pour se concentrer uniquement sur le vesa-3D RF propre à Optoma. Sur le site de présentation de la marque, le HD91 est annoncé par le constructeur comme étant livré avec deux paires de lunettes 3D RF. Nous avons eu beau chercher dans le carton de notre appareil de test ce n’était pas le cas.

Pour bénéficier de la 3D, il vous faudra donc acquérir un kit de lunettes 3D RF ZF2100 ainsi que l’émetteur pour un coût global de 119€ , chaque paire de lunettes supplémentaires vous sera facturée 99€.

Lunettes 3D RF et émetteur 3D Optoma ZF2100

Lunettes 3D RF et émetteur 3D Optoma ZF2100

LES MENUS

Aucune innovation à attendre dans l’organisation et la présentation des menus, ils sont similaires à ceux du HD83.

_B1A1057

Les modes images Optoma sont déclinés sous les dénominations suivantes : cinéma, référence, film, photo, lumineux, 3D, une mémoire utilisateur et deux modes cachés ISF jour et ISF nuit.

A ces sélections, viennent s’ajouter des modes gamma prédéfinis : film, vidéo, standard et graphique. Des espaces couleurs également calibrés en usine : natif, Adobe, DLP-C, HDTV et SMPTE-C.

_B1A1052

_B1A1054

Le menu couleurs donne accès à des températures de couleurs prédéfinies (D50, D65, D75, D83, D93 et natif).

Autre option intéressante, la gestion et la sélection des formats d’images, 16/9ème, 4/3, letterbox ou natif, cette dernière option permet d’obtenir un mapping 1:1 parfait entre un signal 1080p et la résolution du projecteur.

Pour permettre à l’utilisateur final de calibrer finement la colorimétrie de son appareil , Optoma offre dans les menus du HD91 un CMS sur 3 dimensions permettant de régler directement l’intensité et les coordonnées x/y des couleurs primaires et secondaires. Un ajustement séparé des niveaux RVB gain et bias est également disponible dans le menu avancé.

Faute de lunettes 3D nous n’avons pu tester les différents modes 3D, mais les principaux signaux sont supportés (Côte à côte : 1080i50 / 60, 720p50 / 60, Trames entrelacées : 1080p24, 720p50 / 60, haut et bas : 1080p24, 720p50 / 60) et le HD91 est équipé d’un convertisseur 2D/3D.

_B1A1055

Pour réhausser l’image le HD91 propose plusieurs options sous la dénomination propriétaire d’Optoma Pure Engine. Tout d’abord, le mode ultradétails qui correspond à un accroissement de la netteté à l’image de ce que peux proposer Epson avec son super résolution ou Sony avec son Reality Creation. Le mode PureColor ensuite permet d’augmenter l’intensité des couleurs (dixit la documentation du constructeur) et enfin le dernier, Puremotion qui n’est ni plus, ni moins qu’un dispositif d’aide à la fluidité ajustable sur trois niveaux (bas, moyen, haut).

RENDU SUBJECTIF

_B1A1153

HD 91 et Lusoscreen

Le HD91 a projeté nos scènes d’évaluation habituelles, tout d’abord sur un écran blanc de 2m30 de base avec une taille d’image réduite à 2m20 pour correspondre ensuite à l’utilisation du projecteur avec notre nouvel écran gris à gain, le Lusoscreen qui vient palier à la plus grande faiblesse de notre précédent écran gris, le Daylight Référence et la perte de luminosité qu’il générait.

COULEURS

En sortie de boîte, le mode référence offre les meilleurs résultats avec le HD91. Les couleurs sont équilibrées et les teintes de peaux naturelles. Nos passages de Casino royale sont fidèlement reproduits sur ce point. Le visage de Daniel Craig sortant de l’avion dans la scène de la Marina de Casino Royale est fidèlement reproduit conformément aux choix du directeur de la photographie.

_B1A1037

_B1A1036

LUMINOSITÉ

Premier point d’achoppement avec le HD91, c’est plat et sans puissance lumineuse avec un écran blanc. Ce projecteur à LED n’est pas prévu pour de grandes bases d’images et nous ne saurions trop vous recommander de rester à cantonner à des bases d’images inférieures à 2m50.

La puissance des LED peut être ajustée mais notre constat  est effectué avec le maximum de luminosité après calibration.

Sur cette image de Oblivion, il est facile de comprendre que l’image de droite projetée par le HD91 sur un écran blanc classique est bien moins lumineuse que celle délivrée par le Lusoscreen à gauche. (Bases de 2m20 pour les deux images).

HD91 Lusocreen à gauche vs. HD91 écran blanc à droite

HD91 Lusocreen à gauche vs. HD91 écran blanc à droite

Cette faiblesse de la puissance lumineuse a été relevée à de nombreuses reprises par différents testeurs dans le monde. Le constructeur semble en être conscient et tente de contrebalancer ce défaut en évoquant l’effet Helmholtz-Kohlraush dans cette partie de la présentation du HD91 sur le site de la marque :

« Dans de nombreuses situations, la luminosité perçue du projecteur LED HD91 est jusqu’à deux fois supérieure à celle d’un projecteur à lampe équivalent. Grâce à ce phénomène, appelé l’effet Helmholtz-Kohlrausch (HK), Le HD91 produit des couleurs vives et intenses. La luminosité perçue du HD91 lui permet de projeter des images de tailles bien plus grandes que ce que sa luminosité ANSI laisse penser. Le projecteur tolère même une luminosité ambiante modérée sans que la qualité d’image n’en soit particulièrement affectée. »

source site officiel Optoma

De quoi s’agit-il ?

Les physiciens Allemand Rudolf Kohlraush et Hermann von Helmholtz ont démontré la dépendance de la clarté (brightness) par rapport à la luminance et à la chromaticité. Les objets de couleur apparaissent plus clairs que les objets achromatiques ayant la même luminance. Les couleurs les plus saturées apparaissent les plus brillantes.

Dans le cas du HD91, l’espace couleurs étendu permis par les LED équipant le nouveau projecteur d’Optoma rend les couleurs beaucoup plus saturées et par la même l’effet de luminosité perçue plus important. Ce qu’ Optoma oublie de préciser, c’est que le rendu et l’intensification n’est pas la même pour toutes les couleurs et que cet effet génère également des effets négatifs comme des couleurs s’éloignant trop de la référence recherchée. Seule solution revenir à un espace couleurs plus restreint mais avec des couleurs moins saturées et avec une luminosité perçue inférieure.

 

FLUIDITÉ

 

Nos séquences de fluidité de batman dark knight et de Casino Royale sont accompagnées d’un bel effet de judder en 1080p24. Seule solution pour améliorer ce constat activer le mode puremotion (interpolation d’images) mais si le judder disparaît, il est remplacé par des effets de jaggies (des halos entourant les objets ou les personnages en mouvement) qui sont clairement visibles quelque soit le niveau sélectionné (bas, moyen ou haut). Nous sommes ici dans des résultats visuels aussi mauvais que les anciennes versions du clear motion drive à la sauce JVC.

Malgré la présence de ces artéfacts, l’interpolation d’images à la sauce Optoma permet de regagner de la précision et de la netteté à l’image.

 

CONTRASTE

Le titre de ce paragraphe pourrait s’intituler mais où sont passés les noirs ? Optoma annonce un contraste dynamique de 500 000:1 et bien nous en sommes très, très loin. Le passage de l’entrée du train au Montenegro de Casino Royale délivre une image exempte de profondeur avec des noirs beaucoup plus gris que sombre. Le rendu est catastrophique, même le LG-PF80G qui n’était pas très bon sur ce point, arrive à faire mieux que le HD91.

_B1A1038

Deux solutions pour palier à cette faiblesse, sélectionner un niveau de gamma supérieur qui rendra de la superbe aux noirs mais en faisant disparaître tout détail.

La seconde solution est d’activer le dispositif de modulation de l’intensité des LED en fonction du contenu de l’image. Il s’agit d’une astuce technique sur le principe d’un iris dynamique, mais après avoir subi des effets de pompages de la lumière parmi les plus importants que nous avons pu percevoir depuis que nous testons des projecteurs, nous avons rapidement choisi de désactiver cette option.

_B1A1050

_B1A1043

 

Cette faiblesse du contraste est également perceptible sur les scènes de jour d’Oblivion, il suffit de regarder les bandes noires des deux photos ci-dessous qui tirent vers le gris.

_B1A1041

 

_B1A1042

 

 

 

VERDICT TECHNIQUE

Bruit de fonctionnement

Il n’existe pas de passage en mode lampe haut ou bas avec le HD91, mais l’intensification de la puissance des led influe sur le refroidissement de l’appareil, dans son mode le plus haut, nous avons mesuré le bruit de fonctionnement du HD91 à 35Db à 50 cm de la position des spectateurs avec le projecteur disposé sur une table basse devant le public. Ce n’est pas un projecteur discret mais le bruit reste supportable.

Piqué/netteté

Nous avons effectué trois prises de vues, la première en désactivant le mode ultradetails et les deux suivantes avec cette option activée dans ses niveaux « marche » et « HD+ ». Le constructeur triche avec le piqué,  nos croix de netteté présentent des distorsions visibles signe d’un edge enhancement (accroissement de la netteté) trop poussé. A contrario l’image redevient trop douce en le désactivant, malgré les défauts générés nous vous recommandons de  laisser cette option active.

_B1A1071

_B1A1072

Double contours avec amplification de la netteté sur l'Optoma HD91

Double contours avec amplification de la netteté sur l’Optoma HD91

Uniformité

En partant du centre de l’image mesuré à 6579K nous avons effectué 8 autres mesures pour un total de 9 secteurs. Nous considérons que l’uniformité et la répartition des couleurs est bonne dès lors que les écarts constatés sont limités à + ou – 80° pour le centre et + ou – 120° sur les bords de l’image.

6650

6575

6780

6619

6579

6650

6610

6590

6720

 

Le HD91 s’en tire plutôt pas mal sur cette mesure avec une bonne répartition des couleurs sur l’ensemble de l’image.

 

SHADING

Nos mires de gris ne présentent aucune pollution colorée et démontre que le HD91 est épargné par le shading.

_B1A1061

_B1A1062

Effets ARC EN CIEL

L’utilisation de trois LED et l’absence totale de roue chromatique permet de bénéficier d’une image exempte de tout effet arc en ciel. Ce constat a été effectué par Max, notre photographe qui est sensible à ces effets.

Bruit vidéo

L’image du HD91 est exempte de tout bruit vidéo.

_B1A1059

Overscan

En ayant pris soin de positionner le format d’image sur natif, le HD91 diffusera la totalité de l’image de votre film sans aucun rognage.

_B1A1063

COLORIMETRIE

_B1A1060

Nous vous positionnons ici les mesures effectuées dans les trois modes images qui sont le plus adaptés à une utilisation home cinéma. A ce jeu c’est le mode référence qui s’en sort le mieux et permet de réellement utiliser le HD91 sans éprouver l’impérieuse nécessité de le calibrer.

Mode FILM

Espace couleurs et luminance du mode film Optoma HD91

Espace couleurs et luminance du mode film Optoma HD91

Niveaux RVB et gamme du mode film optoma HD91

Niveaux RVB et gamme du mode film optoma HD91

Mode cinéma

Espace couleurs et luminance de l'Optoma HD91 dans le mode cinéma

Espace couleurs et luminance de l’Optoma HD91 dans le mode cinéma

 

Niveaux RVB et gamma du mode cinéma de l'Optoma HD91

Niveaux RVB et gamma du mode cinéma de l’Optoma HD91

 

MODE RÉFÉRENCE

Il porte bien son nom car c’est ce réglage usine qui permet de s’approcher au plus près de la référence sélectionnée (espace couleurs REC709 avec une température de couleurs de 6500K et un gamma linéaire et moyen à 2.2).

Espace couleurs du mode référence avec l'Optoma HD91

Espace couleurs du mode référence avec l’Optoma HD91

Niveaux RVB et gamma du mode Référence Optoma HD91

Niveaux RVB et gamma du mode Référence Optoma HD91

CONTRASTE/LUMINOSITÉ

Après calibration nous obtenons les valeurs de contraste et de luminosité suivantes :

Contraste natif on:off = 711:1
Luminosité max. 185 lux = 428 lumens
Meilleure valeur du noir : 0.26
Contraste dynamique max : 2424:1 on:off

Ces mesures ont été relevées au Luxmètre, à la sonde le constat est encore plus déplaisant. Nous vous positionnons les valeurs de contraste dynamique et natif relevées à la sonde dans les trois modes dynamique (1, 2 et 3).

Contraste natif optoma hd91

Contraste natif optoma hd91

Contraste dynamique 1 hd91

Contraste dynamique 1 hd91

 

Contraste dynamique 2 optoma hd91

Contraste dynamique 2 optoma hd91

 

Contraste dynamique  3 Optoma HD91

Contraste dynamique
3 Optoma HD91

RÉGLAGES RECOMMANDES

Si malgré tout vous souhaitez acheter un Optoma HD91 et que vous ne disposez ni de sondes, ni de budget de calibration nous vous recommandons les réglages suivants :

Mode image Référence

Luminosité : + 1

Contraste : – 11

Espace couleurs : HDTV

Gamma : Standard

Netteté : 10

Luminosité LED : 100%

Contraste dynamique : Désactivé

CONCLUSION

Le miracle n’a pas eu lieu. Les défauts recensés sur le HD91 sont trop nombreux pour pouvoir imaginer être compensés par ses trop rares qualités. Optoma, a certes,  le mérite de nous proposer un projecteur full hd à LED à un tarif bien inférieur à celui des concurrents haut de gamme que sont RUNCO, DPI ou SIM2 mais malheureusement ses performances ne sont pas au rendez-vous. Si vous envisagez d’acquérir ce modèle,  il faudra réaliser beaucoup de compromis pour pouvoir envisager de l’utiliser dans votre home cinéma.

Une des solutions que nous avons été en mesure de mettre en œuvre pour pallier aux faibles valeurs de contraste et de luminosité du HD91 aura été de projeter son image sur notre écran à haut gain, le Lusoscreen. En l’absence de configuration similaire, il faudra vous limiter à une base d’écran inférieure à 2m50 et projeter dans une salle dédiée.

Nous saluons néanmoins les efforts d’innovation et de démocratisation entrepris par le constructeur Taïwanais, pour les performances en revanche il faudra attendre un futur modèle.

Nous tenons à remercier tout spécialement Yann Gabel, directeur de www.micromedia33.com pour le prêt de ce projecteur.

OPTOMA HD91

OPTOMA HD91

Nous avons aimé :

Les couleurs vives et saturées

La facilité de placement (lens-shift/rapport de zoom)

La durée de vie de la source lumineuse

Des menus d’ajustement des couleurs complets

Nous avons regretté :

Un contraste ne correspondant pas aux standards actuels

Une luminosité limitée

Un contraste dynamique inexploitable

Un dispositif d’amplification de netteté générateur de double contours

Un mode d’interpolation d’images générant des défauts à l’image

Un prix trop élevé au regard des performances

Des lunettes 3D en option

Articles similaires

7 Réponses

  1. LACSAP

    Bonjour Grégory,

    Maintenant que tu as testé les 3 vidéoprojecteurs qui m’intéressent : OPTOMA HD 91 SONY VPL-HW55ES EPSON EH-TW9200W
    Peux tu donner ton avis comparatif afin que je décide lequel commander, je me repasse les tests et n’arrive pas à me décider !!!
    Utilisation dans home-vidéo dédié, écran Oray blanc, distance environ 4 mètres.
    Merci d’avance pour les renseignements car mon vieil Epson 2000 est parti depuis plusieurs semaines et là ce n’est plus tenable !! ^^

    Répondre
  2. LACSAP

    Merci, je vais me mettre en chasse aux tarifs et te donnerai dans quelques temps mes impressions et celles de mes proches sur cette décision.

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :