TEST SONY VPL-VW1100ES

Nous poursuivons notre tour des nouveautés 2014, avec encore une belle première mondiale : le premier test en ligne du SONY VPL-VW1100ES !  Ce projecteur 4K est le successeur du VW1000ES du constructeur japonais, il représente le sommet de la gamme des diffuseurs frontaux équipés de panneaux SXRD et est d’ores et déjà paré pour l’avenir des sources 4K ou UHD avec ses prises HDMI 2.0 dont la compatibilité avec le protocole de protection des sources numérique HDCP 2.2 a été confirmée au dernier salon CES de LAS VEGAS. Ce projecteur contient tout le savoir-faire de SONY dans le domaine de la projection home cinéma haut de gamme. Son positionnement tarifaire est à l’image des superlatifs qui vont accompagner la description de son image, à 21999€ prix public conseillé, il n’est pas à la portée de toutes les bourses.

La gamme actuelle des projecteurs 4K SONY est donc représentée maintenant par les VPL-VW500ES, VPL-VW-1000ES et enfin le VW1100ES. Ayant récemment testé le VW500ES, notre évaluation du nouveau venu sera également comparative pour déterminer quelle plus-value apporte une optique et une qualité de fabrication  plus élaborée.

A1A_0362_2

CONDITIONS DES TESTS RÉALISÉS & LISTE DES APPAREILS DE MESURES UTILISÉS

 

  • Logiciel de calibration : Chromapure Pro
  • Sonde : Eye One Pro et Display 3 en version Pro
  • Luxmètre : Volcraft 1108
  • Écrans : 2.20 mètres de base (gain 1), Ecran Daylight (gain 1.4)
  • Sources : Lecteur blu-ray 3D Oppo BDP-103D avec upscaling 4K, PCHT carte graphique compatible 4K, Lecteur freebox révolution
  • Blu-Ray 2D et 3D : Casino Royal, Superman, mires et extraits vidéos full hd et 4K Burosh,  AV709, extraits 4K Tears of steel et Sintel, jeu vidéo PC battlefield 4

Caractéristiques (données constructeur) :

  • Panneau SXRD High Frame Rate
  • Luminosité 2 000 lumens
  • Rapport de contraste  1 000 000:1 (contraste dynamique)
  • Résolution –  4K (4 096 x 2 160) x 3/26 542 080 pixels
  • Lentille de projection – Zoom / Mise au point     Électrique (env. 2,06x) / Électrique
  • Lentille de projection – Correction d’objectif « Lens Shift »     Electrique, V : +/-80 %/H : +/-31 %
  • Éclairage     Lampe très haute pression de 200 W
  • Upscaling 4K Reality Creation
  • Compatible avec les Blu-ray remastérisés en 4K
  • 4K 60P(YUV4:2:0 / 8 bits)
  • Fonction 3D
  • Émetteur 3D IR intégré
  • Lunettes 3D TDG-PJ1 (type d’IR : intégré)/TDG-BT500A (type de RF : en option)
  • Étalonnage manuel Correction des couleurs HSV
  • Mémoire de position de l’image
  • Compatibilité HDMI sans fil IFU-WH1 (en option)
  • Advanced Iris V.3
  • Modes d’image 9 modes
  • Modes gamma 11 modes
  • Alignement des panneaux Oui (Shift / Zone)
  • Entrée/Sortie – HDMI (2 entrées) RVB numérique/Y Pb/Cb Pr/Cr
  • Entrée/Sortie – à distance RS-232C : Sub-D 9 broches (femelle)
  • Entrée/Sortie – LAN RJ45 et 10BASE-T/100BASE-TX
  • Entrée/Sortie – IR IN Mini-Jack
  • Entrée / Sortie – Trigger Mini-jack, 12 V CC max. 100 mA
  • Spécifications acoustiques  22 dB
  • Consommation électrique Max. : 480 W
  • Poids Env. 20 kg
  • Lunettes 3D (2)

 

_B1A4671

 

 

 

PRÉSENTATION DE L ‘APPAREIL

Caractéristiques mises en avant par le constructeur

 

Le Motionflow du VPL-VW1100ES affiche deux fois plus d’images et de transitions par seconde que la Full HD pour des images nettes et claires, quelle que soit la rapidité de l’action. Il répond au nouveau standard 4K de 60 images par seconde.

Le projecteur offre un espace colorimétrique plus étendue, ce qui doit lui permettre de diffuser une palette de couleurs plus importante que l’espace colorimétrique Adobe RVB ou celui spécifié par la norme DCI professionnelle (Digital Cinema Initiatives).

  • Équipe d’un objectif zoom motorisé de 2,06x et une large plage de correction d’objectif (« Lens Shift ») verticale de 80% et horizontale de 31 % assurent une plus grande flexibilité lors de l’installation, même lorsque le plafond est très haut.

  • Compatible avec de nombreux systèmes domotiques. Il est équipé d’une interface RS232, d’une commande RJ45, et d’un terminal d’entrée IR-IN.

  • Mémoire de position de l’image. Cette fonction mémorise la position de l’objectif zoom. Vous pouvez l’adapter au format d’image du film projeté (y compris aux formats 16:9 et Cinemascope) et enregistrer les paramètres pour la prochaine utilisation.

  • Alignement précis des panneaux .Avec l’alignement des panneaux électroniques, les éléments rouges et bleus de chaque pixel sont positionnés correctement

  • Ventilateur quasi silencieux. (à seulement 22 dB).

  • Affiner les réglages du gamma pour obtenir un niveau de détail, des couleurs et des tons plus précis, vous pouvez affiner les réglages du gamma (niveaux 1 à 6) avec le logiciel Image Director3.

  • Un meilleur affichage 3D qui est compatible RF comme pour le VW500ES

  • Le VPL-VW1100ES est compatible avec les systèmes d’émission 3D RF et IR, et répond aux normes de la « Full HD 3D Glasses Initiative ». Les lunettes 3D RF vous offrent une meilleure stabilité et une plus grande couverture (l’émetteur et les lunettes 3D RF sont des accessoires vendus en option).

  • Option sans fil. Kit d’émetteur/de récepteur HDMI sans fil en option. Le VPL-VW1100ES se connecte par le Wi-Fi à votre lecteur Blu-ray Disc™, votre console de jeux et à d’autres périphériques.

Mais on note surtout l’apparition du Triluminos, principale nouveauté de du VW110ES, qui permet au projecteur d’afficher un gamut étendu (xvYCC), notamment présent sur la collection Blu-ray « Mastered in 4K ».

 

A1A_0343

 

 

LE PROJECTEUR

Livré dans une belle coque noire, l’esthétique du VW1100ES est à l’identique de celle du VW1000ES. Avec plus de 20 Kg sur la balance ce n’est pas un poids plume et il faudra prendre en compte ses dimensions imposantes avant tout achat. Son bloc optique est entièrement motorisé. Il est protégé par un cache en plastique qui s’efface électriquement à l’allumage de l’appareil.

A1A_0302

Toute la circulation de l’air s’effectue par des prises situées sur l’avant de l’appareil, ce qui permet de coller le fond du projecteur contre un mur ou une paroi sans entraves au refroidissement.

Sur le côté gauche lorsque l’on se trouve face à l’appareil, on trouve les commandes déportées et juste en-dessous sous un débordement de la coque, nous découvrons la connectique. Elle comprend deux prises HDMI 2.0 compatible HDCP 2.2, un connecteur LAN, une entrée composante, une VGA et un port pour un émetteur 3D externe.

 

 

035

 

 

Le module de liaison 3D est intégré dans la coque du projecteur, il est prévu pour fonctionner avec les modèles TDG-BT500A de la marque. Le VW1100ES est livré avec deux paires de lunettes 3D active travaillant en liaison infra-rouge. Si vous voulez des modèles RF il faudra les acquérir en option.

Aidé par un lens-shift disposant d’une amplitude verticale et horizontale importante, le positionnement de cet appareil dans la plupart des configurations ne posera aucun souci de trapèze ou de distance. L’image se déplace sur l’axe vertical de 81% vers le haut et de 81% vers le bas (la référence étant les 100% de la taille de l’image) et de 31% de chaque côté sur l’axe horizontal.

Le zoom est également particulièrement ample. Ainsi pour obtenir une image de 2 mètres de base il vous faudra un recul minimum de 2,54 mètres et maximum de 5,46 mètres. Pour 2 mètres 50 de base, ces distances seront comprises entre 3,17 mètres et 6,82 mètres.

Le bloc optique entièrement motorisé pilote le zoom, le focus et le déplacement vertical ou horizontal de l’image ce qui permet de vérifier et d’affiner le réglage de netteté en gardant le nez sur l’écran avec ou sans l’utilisation des mires intégrées.

Le VPL-VW1100ES est compatible avec l’utilisation d’une lentille anamorphique, mais si vous voulez vous évitez de passer de cette option onéreuse, des blocs mémoires de zoom sont disponibles pour  sauvegarder diverses configurations de l’ optique. Une simple action sur la télécommande les font apparaître. Cette possibilité est également offerte grâce à sa motorisation.

La télécommande reste du même style que les anciens modèles SONY, toujours aussi grande et longue, elle dispose d’un rétroéclairage bleu du plus bel effet et fonctionne à très grande distance.

062

 La lampe coûte 550€, sa durée de vie est de 2000h et sa référence est LMP-H330 (identique à celle du VW1000ES). L’appareil est couvert par la garantie prime support de Sony pendant trois années.

 

 

 

MENUS

 

_B1A4731

 

Avec les menus du VW1100ES nous nous retrouvons en terrain connu par rapport au VW500ES, seul manque à l’appel le dispositif d’autocalibration de ce dernier modèle. Nous verrons dans la partie verdict technique que le navire amiral de Sony peut aisément s’en passer, tout comme le dispositif de correction d’alignement des panneaux, mais nous examinerons ces deux points plus tard dans notre article.

Un large éventail de configuration de couleurs et de gamma est proposé. Dans l’ordre : Cinéma film 1 et 2, référence, TV, photo, cinéma lumineux et tv lumineux (prévus pour l’utilisation dans un salon) et un menu utilisateur. Toutes ces configurations sont doublées en 3D. Les sélections de gamma sont également pléthoriques avec les valeurs annoncées suivantes : 1.8, 2.0, 2.2, 2.4, 2.6, gamma 7, 8, 9 et 10 ainsi qu’un mode désactivé off.

_B1A4781

Aux classiques ajustement de teinte, couleur et contraste viennent s’ajuster des réglages séparés de la température de couleurs à D93, D75, D65, D55 et des mémoires de sauvegardes pour y positionner ses ajustements RVB personnalisés. Plusieurs espaces couleurs peuvent être sélectionnés : BT.709 suivi d’espace couleurs DCI, Adobe et 3 sauvegardes utilisateurs. Si cela ne suffisait pas, un CMS sur 3 dimensions est également disponible.

Le dispositif reality creation reste bien évidemment de la partie avec ses sous-menus dédiés à la restitution des blu-ray mastered in 4K de la marque avec leur espace couleurs étendu et toutes les options d’amplification de la netteté déjà présent sur les HW50/VW55 et VW500 et VW1000ES.

La seconde option permet d’accroître la sensation de netteté à l’image.

Pour accroître le contraste natif de son projecteur, SONY reconduit la gestion en fonction du contenu de l’image de la puissance du flux lumineux, l’iris dynamique inventé par le constructeur japonais dispose de deux niveaux de fonctionnement : maximum pour le plus grand rapport de luminosité et de contraste et limité pour une action plus lente de l’iris dynamique. Le projecteur étant particulièrement lumineux, un iris fixe qui permet de limiter la puissance de la lumière est toujours présent, il est réglable sur un pas de 0 à 100.

_B1A4853

Une seconde possibilité d’accroissement du contraste électronique est cette fois présente sous la dénomination amplification du contraste dans trois niveaux haut, moyen ou bas.

Pour améliorer la fluidité à l’occasion des mouvements de caméra, le VW1100ES est équipé du dispositif de SONY « Motionflow ».  Cette option est ajustable sur plusieurs niveaux. Cette capacité est réduite pour se limiter au seul mode combinaison avec des signaux 4K natifs.

Enfin pour terminer ce tour des options, n’oublions pas la reconduite du dispositif de correction électronique de l’alignement des trois panneaux SXRD.

Le VPL-VW11000ES est également un projecteur à capacité 3D, soit par l’intermédiaire de programmes 3D natifs ou par la transformation de programmes 2D en 3D. Le projecteur dispose de toutes ces possibilités. Le mode d’interpolation d’image peut être activé en 3D.

RENDU SUBJECTIF

Pour sortir des sentiers battus et nous éloigner de l’architecture habituelle de nos bancs d’essai, nous avons profité du fait que nous avions en notre possession un autre projecteur SXRD de la marque, le dernier modèle 1080p sorti, à savoir le HW55ES. Nous avons réalisé plusieurs démonstrations visuelles comparatives sur les mêmes scènes avec les deux projecteurs.

SONY VW1100ES vs. HW55ES

SONY VW1100ES vs. HW55ES

Si le VW1100ES est d’ores et déjà paré pour le futur avec ses entrées HDMI 2.0 compatibles HDCP 2.2, c’est principalement sur nos sources actuelles en haute définition que nous allons déterminer quel est son intérêt visuel et si la qualité de son optique et du traitement vidéo interne creusent la différence avec des modèles de gamme inférieure. Plusieurs extraits ont été utilisés pour nos différents tests. Nous avons donc mené nos différentes évaluations à partir des sources suivantes : notre lecteur Oppo BDP-103D, un PCHT équipé d’une carte graphique 4k et enfin une freebox revolution pour les programmes télé.

CASINO ROYALE

_B1A4785

L’encodage de ce film reste une référence et un blu-ray avec une image d’exception. Nos scènes de tests favorites permettent d’évaluer la précision et la justesse des couleurs, de la luminosité et du contraste.

_B1A4803

Le VW1100ES rend parfaitement hommage au travail du directeur de la photographie, PHIL Méheux. Tout est là, l’upscaling d’une source 1080p est réalisé à la perfection pour remplir la matrice 4096×2640 du SONY. Le reality creation travaille de façon beaucoup plus mesurée que sur le HW55ES, il est possible de monter très haut dans les niveaux sans générer d’artefacts à l’image et la fluidité est exemplaire en activant le motionflow dans son niveau le plus bas.

_B1A4786

 

Il est coutume de dire que JVC est le champion du contraste natif, c’était peut être vrai avant le VW1100ES mais ce n’est plus le cas maintenant. La dynamique d’image dans les scènes mixtes (contenu sombre et lumineux) est visuellement meilleure sur le nouveau SONY à tel point que l’activation de l’iris dynamique devient  inutile.

COMPARATIF EN PHOTOS SOURCES 1080P

Toujours sur  Casino Royale et d’autres films nous allons effectuer quelques comparaisons visuelles entre des sources 1080p sur le HW55 face au VW1100ES et les mêmes sources 1080p mises à l’échelle par le projecteur sur le 1100ES.

PC blu-ray 4k vs full HD

Voici déjà un comparatif édifiant sur une de nos images de test Burosh entre le HW55 à gauche et le VW1100ES à droite, regardez le degré de détails dans les sourcils sur la même image initialement en 1080p.

HW55 BR vs VW1100 1080p

HW55 BR vs VW1100 1080p

Zoom HW55 vs VW1100ES 1080p

Zoom HW55 vs VW1100ES 1080p

Nous avons ensuite pu comparer les mêmes effets sur des programmes TV en haute définition à partir d’un lecteur freebox Revolution, là encore la différence est nettement visible et permet de mettre en évidence la qualité du traitement vidéo appliqué par le Réality Creation.

HW1100 RC off vs HW1100 RC80 freebox 720p

HW55 RC20 vs HW1100 RC80 freebox 720p

 

SOURCES 4K NATIVE

A1A_0365

En complément de nos mires 4K Burosh, nous avons utilisé deux films d’animation au format 4K, Tears of Steel et Sintel. Si le VW1100ES transcende le résultat visuel de nos sources 2K, nous entrons dans un autre monde visuel avec des sources UHD ou 4K natives. L’image est totalement propre, mais sans l’effet désagréable qui estompe les détails du dispositif E-SHIFT de JVC. Ici c’est lisse mais sans sacrifier les détails.

4k movies diff resolution

fullhd vs 4k zoom

JEU VIDEO

_B1A4769

Max, notre photographe est en supplément un addict du jeu de tir à la première personne Battlefield 4. C’est tout naturellement que nous avons testé ce jeu en résolution 4096×2160 et ouch que ça fait mal aux yeux !  L’immersion est parfaite et moi qui ai abandonné depuis quelques années les jeux vidéos, je me suis retrouvé à penser à investir dans un nouveau PC avec une carte graphique de compétition !

fullhd vs 4k bf4

bf4 2k vs 4k

fullhd vs 4k 3

 

BRUIT DE FONCTIONNEMENT

 

Que ce soit en mode lampe haut ou en mode lampe bas, le VW1100ES est particulièrement discret avec un maximum mesuré de 29DB en mode lampe haut.

 

NETTETÉ

Mire 4K Burosh

Mire 4K Burosh

Les dimensions de VW1100ES sont imposées par un bloc optique entièrement composé d’éléments en verre. Celui du VW500ES intègre un élément en plastique et a été façonné pour contribuer à réduire la taille du projecteur. A l’occasion de notre test du VW500ES, nous avions pu mettre en évidence un léger décalage des panneaux SXRD. Ce phénomène est totalement absent de nos mires 4K avec l’image du VW1100ES.

Mire de netteté 4k VW1100ES droite de l'image

Mire de netteté 4k VW1100ES droite de l’image

La grande qualité de l’optique du VW1100ES (et de celle du VW1000es) c’est d’être en mesure d’offrir une image dépourvue de tout effet de grille tout en restant particulièrement précise au pixel près. Nous sommes bien loin du résultat obtenu avec le pseudo-effet faussement dénommé 4K, utilisé par le dispositif E-SHIFT de JVC.

De gauche à droite de l’écran et de haut en bas, aucun flou n’est perceptible, du grand art !

Mire de netteté 4K côté image gauche SONY VW1100ES

Mire de netteté 4K côté image gauche SONY VW1100ES

FLUIDITÉ

L’aide à la fluidité propre à SONY n’est disponible dans tous ses modes qu’avec des signaux upscalés. Les programmes 4K natifs peuvent uniquement bénéficier du mode insertion (le SONY VW1100ES accepte tous les signaux UHD et 4K mais limite auYUV 4:2:0: 8 bits les signaux 4096×2160 en 50 et 60hz,les signaux 4k).

Sur les sources haute définition que ce soit en mode bas ou en mode haut, l’interpolation d’images offre un confort visuel non négligeable ainsi qu’un gain en précision appréciable dans les travellings.

 

UNIFORMITÉ/COINS LUMINEUX/BRUIT VIDEO

_B1A4695

 

Nous restons dans le domaine de l’excellence et nous n’arrivons pas à trouver de défauts au navire amiral de SONY. Aucun trace de dérive colorée n’est visible à l’image, toutes nos nuances de gris ne présentent pas de traces de couleurs qui n’ont pas à être à l’image.

_B1A4709

Une mire noire permet de rechercher la présence de coins plus lumineux que le centre de l’écran, ce n’est pas le cas ici. Enfin l’image du VW1100ES est principalement caractérisée par son lissé et nous n’avons déceler la présence d’aucun artefact visuel de type bruit vidéo, fourmillement, ou solarisation.

_B1A4700

 

OVERSCAN

Notre mire de cropping permet de constater qu’en mettant le réglage d’overscan à zéro (il l’est par défaut), la totalité de l’image source est présente à l’écran sans être rognée sur les bords.

_B1A4696

 

COLORIMÉTRIE

_B1A4692

Si nous avons bien procédé aux mesures de tous les modes usines, nous ne vous mettons ici qu’un résumé de ceux nous apparaissant les plus pertinents. Pour les autres une succession d’images prises sur la même scène vous permettra de constater leurs effets.

L’image la plus naturelle est obtenue avec le mode référence qui présente des écarts restreints ne justifiant pas de calibration. C’est maintenant une constante sur tous les projecteurs SONY, les projecteurs sont particulièrement bien étalonnés dans le mode référence en sortie de boîte.

MODE REFERENCE

CIE mode référence Sony VW1100ES

CIE mode référence Sony VW1100ES

 

Gamma linéaire annoncée par le constructeur à 2.4 et mesuré à 2.47

Gamma linéaire annoncée par le constructeur à 2.4 et mesuré à 2.47

 

La luminance présente également des écarts faibles dès la sortie de boîte

La luminance présente également des écarts faibles dès la sortie de boîte

 

Niveaux RVB du mode réfeéence du vw1100es 6601k deltaE 4.1

Niveaux RVB du mode réfeéence du vw1100es 6601k deltaE 4.1

 

MODE PHOTO

Pour les personnes désireuses de projeter sur de grandes bases d’écran (supérieures à 3 mètres). Le mode photo constitue une bonne base de départ, il suffira de sélectionner l’espace couleurs BT.709 et la température de couleurs D65 pour obtenir une image équilibrée mais délivrant en mode lampe haut plus de 1500 lumens ! Dans ce mode nous avons obtenu plus de 47 Foot lambert sur 2m20 de base, iris totalement ouvert. Globalement il faut saluer le travail des concepteurs de ce projecteur et la qualité d’ajustement des couleurs et du gamma qui correspondent peu ou prou aux valeurs annoncées par le constructeur.

Diagramme CIE du mode photo après sélection de l'espace couleurs BT709

Diagramme CIE du mode photo après sélection de l’espace couleurs BT709

Gamma mode photo mesuré à une moyenne de 2.28

Gamma mode photo mesuré à une moyenne de 2.28

Luminance du mode photo

Luminance du mode photo

Niveaux RVB du mode photo après sélection de la température de couleurs D65

Niveaux RVB du mode photo après sélection de la température de couleurs D65

MODE CINEMA NUMERIQUE

Nous avons poussé la curiosité plus loin, en nous intéressant également au mode usine intitulé CINEMA DCI (norme du cinéma numérique), vous pourrez constater qu’il ne s’adapte pas à notre utilisation à domicile avec sa dominante verte beaucoup trop prononcée.

Espace couleurs cinéma numérique

Espace couleurs cinéma numérique

Gamma cinema numerique 2.43

Gamma cinema numerique 2.43

Luminance DCI

Luminance DCI

Niveaux RVB Cinéma numérique avec une température de couleurs de 6386k et un deltae 21.7 ! Inutilisable

Niveaux RVB Cinéma numérique avec une température de couleurs de 6386k et un deltae 21.7 ! Inutilisable

 

Au travers de l’examen des photos d’écran qui vont suivre vous pourrez jauger de l’influence des pré-réglages de couleurs usine sur l’image du VW1100ES.

 

Image originale

Image originale

 

Cinéma 1

Cinéma 1

 

 

Référence

Référence

 

 

Cinéma film 2

Cinéma film 2

 

Photo

Photo

Jeu

Jeu

 

 

Cinéma lumière

Cinéma lumière

 

 

 

LUMINOSITÉ/CONTRASTE

 

_B1A4701

 

 

 

En mode calibré nous obtenons à partir du mode référence de très bonnes valeurs mais en-deçà en terme de luminosité de ce que nous obtenions avec notre VW500ES (nous précisons que nos mesures de luminosité ont été effectuées sur un VW1100ES affichant plus de 100 heures au compteur à une distance écran projecteur de 3m50 pour une base d’image de 2m20).

Voici nos mesures : 275 lux en mode lampe bas à D65 soit 806 lumens

380 lux en mode lampe haut soit 1114 lumens

Avec des couleurs proches de D65 et un espace de couleur collant à la référence de l’espace couleurs HDTV nous avons réussi à obtenir une valeur de 530 lux soit 1553 lumens avec le mode lampe haut en sélectionnant le mode usine PHOTO et en appliquant les corrections évoquées ci-dessus.

Sans activer l’iris dynamique nous obtenons après calibration un très bon niveau de noir à 0.02 lux ce qui nous permet d’arriver à un contraste natif on:off de 19 000:1. Après activation de l’iris nous avons mesuré avec notre nouveau luxmètre un contraste dynamique de 137 500:1

De très fortes valeurs de contraste qui conjuguées à une luminosité puissante viennent définitivement supplanter la concurrence des D-LA JVC.

RENDU 3D

A l’image des VW1000ES, HW50, HW55ES et VW500ES, la 3D délivrée par le VW1100ES est spectaculaire mais pas exempte d’effets de ghosting. Vous pouvez constater que notre mire permettant de rechercher les images fantômes affiche  des traces du canal droit sur le canal gauche.

A1A_0372

CONCLUSION

Après avoir testé cet Everest de la projection home cinéma, il va nous être difficile de revenir en arrière. Le VW1100ES vient maintenant prendre la place de maître étalon de référence visuelle pour nos comparaisons. C’est bien simple nous n’avons pas réussi à le prendre en défaut, quelque soit le domaine d’évaluation. Projecteur de haute qualité, il reste hélas inaccessible au plus grand nombre mais nous permet à nous autres mortels de rêver à l’idéal de l’image dont nous aimerions pouvoir bénéficier à la maison.

Positionné à plus de la moitié de son prix, le VW500ES profite des gênes des VW1000ES et VW1100ES mais sans jamais pouvoir les supplanter ou les égaler. Nous avons trouvé la perfection de l’image home cinéma à domicile mais il reste maintenant à être en mesure de l’acquérir.

Merci aux ingénieurs de SONY qui sont parmi les derniers dans ce secteur sinistré de la projection à domicile à innover et à toujours vouloir repousser les limites de la qualité de l’image cinéma. Avec le VW1100ES c’est encore une fois une mission réussie !

Pour la qualité de son image qui vient encore une fois de déplacer nos critères d’évaluation vers le haut, nous décernons au VPL-VW1100ES la médaille d’or du projecteur de référence PJHC.FR

 

SONY-VPL-VW1100ES-Gold-Award-pjhc-projection-homecinema-frNous avons aimé :

Tout !

Nous avons moins aimé :

Le prix

A1A_0353_1

15 Réponses

  1. Aziz

    J’ai vraiment apprécié la qualité de votre article. Je suis a l’affût de vos tests mais je fois avouer que le comparatif avec les captures écrans ne sont pas flagrants. J’ai du mal à voir les différences. C’est bien dommage. En tout cas bravo pour votre travail. Vous avez de la chance de pouvoir tester des monstres comme ça.

    Répondre
    • Grégory

      Bonjour et merci pour vos commentaires. A ce niveau de qualité, les nuances commencent à être subtiles et sont ardues à mettre en évidence, même avec tout le talent déployé par max notre photographe. Pour la facilité de chargement et la navigation sur le site, nous nous limitons également à la taille de nos images. Les images originales non compressées sont beaucoup plus parlantes mais avec plus de 15 Mo par prise de vue, nous sommes obligés de les réduire.

      Répondre
      • yannsarah

        je pense qu’on va mettre en place une solution pour pouvoir mettre les photos en haute définition par des liens

  2. Fabrice SCHIAVI

    Votre test est très intéressant. Avec des couleurs proches de D65 nous avons sur ce test ainsi que l’autre du 05/01/14 :

    TEST SONY VPL-VW1100ES

    Contraste natif 19.000:1,
    luminosité lampe haute 380 lux = 879 lumens
    luminosité lampe bas 275 lux = 1.114 lumens

    TEST JVC DLA-X700

    Contraste natif 14.650:1,
    luminosité lampe haute 300 lux = 879 lumens
    luminosité lampe bas 200 lux = 586 lumens

    Il serait intéressant également de comparer le VPL-VW1100ES avec le DLA-X900 dont le contraste natif sur le papier est de 25% supérieur au 700, ce qui élèverait le contraste mesuré peut-être aux alentours des 17.500 mesurés, mais le gain n’est pas forcément mathématique. Resterait la luminosité qui elle ne progresserait pas. Comparaison qualité/prix, ce qui est subjectif, de ces deux haut de gamme dont l’un est à 22.000 euros et l’autre à 10.000.

    Je m’interroge aussi sur une question qui me paraît essentielle, le déclin de la puissance lumineuse des lampes JVC au bout d’environ 50h (article du 15/07/13) http://www.projection-homecinema.fr/2013/07/15/la-malediction-des-lampes-jvc-le-declin-accelere-de-la-puissance-lumineuse/
    Cette question n’est pas reprise dans le test du 05/01/14, et pourtant c’est un paramètre incontournable et devrait être inclus dans les tests. L’intérêt pour l’utilisateur étant le résultat en vitesse de croisière, à partir d’environ 100h d’utilisation. Qu’en est-il pour SONY ? Avez-vous des informations sur des projets en projection laser (autre que leur Life Space UX Ultra Short Throw Projector à 30.000 euros) ?

    Merci.

    Répondre
    • Grégory

      Bonjour Fabrice et tout d’abord merci pour vos commentaires qui nous encouragent à continuer.
      Je rebondis sur votre question concernant les mesures des durées de vie des lampes. Nous sommes en mesure de réaliser ce genre de mesures alors que la commercialisation des projecteurs est bien avancée et uniquement si des utilisateurs nous font remonter leurs mesures. Pour un projecteur qui vient de sortir comme le VW1100ES, nous effectuons généralement une trentaine d’heures de tests. Il est difficile en une semaine et sur un seul modèle de test de pouvoir dégager les mesures que nous avons pu réunir pour l’article sur l’usure des lampes des projecteurs JVC. Pour en revenir au VW1100ES, il est reparti de chez nous avec un peu plus de 110 heures au compteur de sa lampe et vous avez nos mesures de luminosité dans son test.

      Pour les futurs projets SONY, j’ai bien peur qu’il ne fasse attendre la rentrée 2014 pour voir quels seront les nouveaux modèles.

      Bonne journée à vous.

      Répondre
      • Fabrice SCHIAVI

        Bonjour Grégory, merci de votre réponse. Pourriez-vous à l’avenir faire un article sur les lampes en général (comparatif entre marques de projecteurs), ça me semble un point important, et récurrent sur ce sur je peux lire à ce sujet. Auriez-vous noté une perte de luminosité entre le début de vos tests et la fin pour le VPL-VW1100ES et le DLA-X700 ? Merci à vous.

      • Grégory

        J’ai mesuré le X700 au départ de mes tests et après 25 heures. La luminosité n’avait pas bougée. En revanche, 580 lumens pour un projecteur neuf en mode lampe bas avec une lampe neuve, me semble insuffisant. Vous avez les mesures du VW1100ES dans son test (pareil que pour le X700, pas de changement entre le début de mes tests et la fin).

      • Fabrice SCHIAVI

        Merci Grégory, à suivre avec d’éventuels retours utilisateurs.

  3. spavon

    Le projecteur a l’air FABULEUX,mais … 20 000€ !
    Ce n’est même pas la peine d’espérer une baisse de prix de toute façon « il reste hélas inaccessible au plus grand nombre mais nous permet à nous autres mortels de rêver à l’idéal de l’image dont nous aimerions pouvoir bénéficier à la maison »
    sa colle parfaitement a mon ressentie ^^.

    Pour la différence dans les image 4k,autant je vois sur la tête du dragon,les sur-cils et les cils des changement de contraste et de détail.
    Idem sur le comparatif HW55 et vw1100es,le hw55 a comme une sorte de flou (mois de détails) et une couleur plus terne.
    Autant sur BF4 rien le néant (a part la dernière image avec le murer),étant fan de la licence également je me suis dis,cool on va voir se que peut éventuellement donne le jeu,eh bien non déception !

    En fin d’article avec comparatif d’image des différent mode,par rapport a l’image d’origine,je trouve que celle se rapprochant le plus de celle-ci est celle du mode photo,j’aurais penser au mode référence (mais je la trouve trop lumineuse),je m’attendais a autre chose après avoir lu les différentes mesures.

    Je pense aussi que la 3d aurait mérite un peu plus que les quelques ligne qui lui ont était accorde,on y voit clairement du ghosting,mais quand est il des effets de jaillissement ect…

    En tout cas encore un gros et très bon test de votre part.
    MERCI

    Répondre
    • Grégory

      Bonjour Spavon et merci pour vos commentaires. Je suis en phase avec vos remarques, la partie 3D aurait pu et du être développée. C’est peut être mon manque d’enthousiasme pour ce type d’image qui en est la cause. La 3D du VW1100ES est tout aussi spectaculaire (effets de jaillissements) que celle des HW50/55 et VW1000, même si elle reste victime d’effets de ghosting. Sur les images de BF4 (dans leur taille d’origine) on arrive à voir plus de détails dans les blocs de détons mais effectivement rien de transcendant. Non la grosse claque visuelle elle est vraiment obtenue avec les films 4K comme Sintel. Très bon dimanche à vous.

      Répondre
  4. Fabrice SCHIAVI

    Bonjour, ci-dessous le lien d’un long test également fort intéressant, certes de juin 2012 mais qui mérite d’être lu.

    Deux questions : l’auteur évoque une diagonale de 150 pouces en 2D, pensez-vous que l’on puisse aller plus loin ?
    La fonction zoom avec une mise à l’échelle 4K pour une projection plein écran sur un 2.35 peut-il remplacer une lentille anamorphique ?

    Merci.

    http://www.projectorreviews.com/sony/sony-vpl-vw1000es-projector-review/

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :